Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Comment faire mûrir les fruits ?

13 Juin 2010 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #BOTANIQUE, #MIEUX CONSOMMER !

comment faire murir les fruits

La maturation des fruits n'est pas un problème d'aujourd'hui. De tout temps, les cueilleurs que nous sommes ont cherché à consommer des fruits mûrs à point. Une des techniques consiste à placer un fruit mûr parmi les fruits à faire mûrir comme sur la photo. Les avocats et les pommes vont mûrir beaucoup plus vite.

Mais c'est un petit peu plus compliqué que ça ! Pourquoi ? Comment ? C'est l'objet de ce bref article. 

Comment ça marche ?  Sur la photo ci-dessus on peut voir qu'une pomme bien blette a été placée à côté d'autres fruits à faire mûrir.
Le processus est le suivant : la maturation d'un fruit lui fait produire un gaz qui se répand autour de lui. Il s'agit de l'éthylène (C2H4), un hydrocarbure naturel qui déclenche ou accélère le processus de maturation des fruits voisins.
Voilà pour le principe.

En fait, il y a deux types de fruits (laissons de côté les légumes) :
les fruits "climactériques" et les "non-climactériques"...
"Climactérique" signifie chez l'espèce humaine "un moment critique" de changement (la puberté et plus souvent la ménopause ou l'andropause). Par analogie, la maturation est une phase dite climactérique, un moment critique.
 

Des fruits ou légumes sont dits "climactériques" quand ils continuent de mûrir après avoir été récoltés en dégageant naturellement de l’éthylène : ce gaz déclenche le processus du mûrissement, qui entraîne lui-même la production d’éthylène, accélérant ainsi la maturation.

Fruits climactériques :

Abricot (Prunus armeniaca L.)
Avocat (Persea americana Mill.)
Banane (Musa sapientum L.)
Cherimoya (Annona cherimela Mill.)
Corossol, Annone (Annona muricata L.)
Durian (Durio zibethinus Murr.)
Feijoa (Feijoa sellowiana Berg.)
Figue (Ficus carica L)
Fruit de la passion (Passiflora edulis Sims.)
Goyave (Psidium guajava L.)
Kaki (Diospyros kaki Thunb)
Kiwi (Actinidia sinensis Planch)
Mangue (Mangifera indica L.)
Melon cantaloup et honeydew (Cucumis melo L.)
Nectarine (Prunus persica Batsch)
Papaye (Carica papaya L)
Pêche (Prunus persica Batsch)
Physalis (Physalis peruviana L.)
Poire (Pyrus communis L.)
Pomme (Malus domestica Borkh.)
Prune (Prunus domestica L.)
Sapotille (Manilkara achras Fosb.)
Tomate (Lycopersicum esculentum Mill.)

Fruits non-climactériques :

Ananas (Ananas comosus Merr.)
Cajou (Anacardium occidentale L)
Carambole (Averrhoa carambola L.)
Cerise (Prunus avium L.)
Citron (Citrus limonia Burm.)
Concombre (Cucumis sativus L.)
Fraise (Fragaria sp)
Lime (Citrus aurantifolia Swingle)
Litchi (Litchi sinensis Sonn)
Mandarine (Citrus reticulata Blanco)
Mangoustan (Garcinia mangostana L.)
Myrtille géante (Vaccinium corymbosum L.)
Olive (Olea europaea L.)
Orange (Citrus sinensis Osbeck)
Pamplemousse (Citrus grandis Osbech)
Pastèque (Citrullus lanatus Matsum et Naka•)
Raisin (Vitis vinifera L.)
Ramboutan (Nephelium lappaceum L)
Tamarillo (Cyphomandra betacea Sendt)  

Reprenons le principe déjà évoqué en ajoutant cette dernière notion : on fait mûrir un fruit vert climactérique en plaçant à côté de lui un fruit mûr climactérique. Tous les fruits de la première liste peuvent être mis les uns à côté des autres pour mûrir. Ceux de la deuxième liste (non-climactériques) ne profiteront en rien de la présence de leur semblable ou de ceux de la première liste (quelques exceptions existent : il existe des melons non-climactériques et le raisin présente de nombreux récepteurs éthylèniques).
Chez les fruits climactériques, le développement de la compétence à mûrir 
est intimement lié à la capacité de synthétiser l'éthylène ou de répondre à l'éthylène exogène en termes de déroulement complet du processus de maturation. 

Le processus chimique est complexe. Voir wikipédia.
"On ne connaît pratiquement rien sur les mécanismes impliqués dans
l'acquisition de la compétence à mûrir. Une hypothèse couramment admise est celle de la présence d'inhibiteur(s) de maturation. Tant que l'inhibiteur est présent, la formation du complexe éthylène-récepteur serait empêchée, rendant ainsi impossible léaction de l'éthylène et sa synthèse autocatalytique. La nature chimique de l'inhibiteur est inconnue. Il est possible qu'il s'agisse d'auxines."
Yang-cycle
 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres facteurs interviennent dans la maturation : la lumière (qui augmente le métabolisme de la plante), l'air (et surtout l'oxygène : Il existe une corrélation inverse entre l'activité respiratoire et la durée de conservation des fruits de sorte que les faibles taux d'oxygène permettent de prolonger leur durée de survie et de ralentir la maturation.) et la chaleur. Historiquement, on retrouve l'intérêt pour la maturation : dans le "Dictionnaire raisonné d'Histoire Naturelle", tome V, de 1800, toutes les techniques de maturation sont évoquées.
Passer la flèche de la souris sur le texte ci-dessous pour l'agrandir : 

L'éthylène est considéré comme une hormone végétale car il intervient dans de très nombreuses "actions" des plantes. C'est rappelons-le l'éthylène produit par un arbre dont les feuilles sont attaquées qui engendre la production de tanins chez les arbres voisins pour prévenir une attaque (les feuilles deviennnent amères et indigestes). Bref, les arbres communiquent ainsi. D'où l'importance de "manger les feuilles" en remontant au vent et non l'inverse. Ce que savent faire chèvres et chevreuils, qui ont parfaitement assimilé le processus !...A malin, malin et demi. 
A défaut de manger des feuilles comme il faut ces prochaines semaines, au moins saurez-vous accélérer (où ralentir) la maturation de vos fruits préférés, ce qui est quand même plus utile. A suivre !
 

 

chevre_poitevine_dressee_contre_un_arbre_collectio-copie-1.jpg

 

-o0o-

 

Partenariat NATURES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lafo 29/09/2013 14:46


très intéressant, merci !

Paul Keirn 30/09/2013 07:32



Qu'avez-vous aimé ? 



Bernard Maddio 06/10/2010 19:07



L'article est intéressant.


Suite à cet article concernant l'éthylene qui en ce qui me concerne, accélére le murissement de mes pommes, y a t il un moyen de pièger l'éthylene par un moyen économique et autre que les
produits vendus en fleuristerie par exemple.


Le charbon actif par exemple pour l'aquarium ou du charbon de bois pulvérisé ?...



Paul Keirn 06/10/2010 19:50



Oui, je comprends, vous aimeriez que vos pommes mûrissent moins vite. Je vais regarder ce qui a été fait à ce sujet. D'ici 24 heures disons


Amicalement


Paul



Plantine 14/06/2010 19:18



Très intérressant cet article. Je connaissais l'histoire des acacias 'qui se parlent' pour prévenir les autres d'un danger. C'est une réponse de la nature très ingénieuse je trouve.


Mais connaissez-vous l'effet de l'éthylène sur les orchidées en fleurs ? non ? et bien cela les fait faner prématurément.


Donc, on éloigne la coupe avec les pommes et les bananes de la plante.


Bonne soirée Paul



Paul Keirn 15/06/2010 14:50



Excellente info !


Bonne soirée Plantine



.Tachka. 13/06/2010 18:28



Et avec cet idiot de temps les figues sont malades avant de commencer à mûrir!!!!


Ton article est super.


Bonne fin de journée.



Paul Keirn 13/06/2010 23:47



Oui, ça risque d'être le cas pour les vignes, ici. Et la semaine promet d'être mouvementée...!