Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Promenade A...comme Agaric

30 Septembre 2009 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #CHAMPIGNONS

Première promenade, appelée A par commodité. Mieux que des chiffres. A comme Agaric, parce que j'ai choisi de photographier chaque recherche de champignons en cet automne 2009 (l'Agaric champêtre est le "champignon de Paris"...sauvage).

L'action se situe dans le Var, non loin de Brignoles (ah non,vous ne voyez pas ? regardez ici !), plus précisément dans une zone très sauvage, où, parfois, la nature repousse les villages à 5 à 10 kim à la ronde. La zone s'étend de La Roquebrussanne à Mazaugues formant un triangle avec Signes (environ 150 km² de pleine nature, le bonheur !).

C'est aussi l'occasion de parler de ce que l'on peut voir dans la nature, sachant bien que l'essentiel ne l'est pas.
En route... Et quand on ne trouve pas de champignon, on regarde tout autour de soi. Je vous invite à me
suivre...

En ce 28 septembre 2009, pas de champignons à l'horizon.
L'occasion de regarder autour de soi.

Oui, comme vous vous le disiez, c'est bien un cynorhodon, le fruit de l'églantier

Le cynorrhodon ( ou cynorhodon) est le fruit du rosier ou de l’églantier, et d'une manière plus générale
des plantes du genre rosa de la famille des Rosacées (ce que wiki est savant quand même !). La fleur,
c'est l'églantine, mère de toutes les roses actuelles, fabriquées par croisements ou 'cultivars'.
Le cynorrhodon, familièrement appelé « gratte-cul », fournit le poil à gratter (farce connue des très
anciens, voir les années 1950).



Ce "rosier des chiens"(kunorhodon, qui signifie « rose de chien »  tire son nom des propriétés attribuées
à la racine de l''églantier ("rosier des chiens", dont la fleur (l'églantine) est aussi appelée rose canine,
dog rose en anglais) pour lutter contre la rage. L'intérêt de l'étymologie, c'est de comprendre d'où ça vient.

J'ai fait des confitures de cynorrhodons pour l'hiver. Un délice. Voir la recette


 
Les pollinisateurs, à commencer par l'abeille, sont des partenaires de l'espèce humaine.
Les pesticides massacrent les insectes aveuglément ; les utiles comme les nuisibles ! 
Alors voici venu le temps où l'on se rend enfin compte que sans pollinisation pas de graine
 et donc moins de céréales à se mettre sous la dent au niveau mondial...(Lire ci-dessous)


L' INRA  (Institut national de recherche agronomique) explique :

 "Il n’existait à ce jour que des estimations très approximatives du nombre de cultures qui dépendent des animaux pour assurer leur pollinisation et du degré de cette dépendance. Un groupe de chercheurs d’Allemagne, de France (INRA d'Avignon), d’Australie et des Etats-Unis a réalisé une large revue bibliographique des travaux scientifiques portant sur les 115 cultures les plus importantes pour plus de 200 pays afin d’évaluer la dépendance aux pollinisateurs de la production agricole mondiale utilisée directement par l’homme pour sa nourriture.

La production de plus de 3/4 des cultures : la majorité des cultures fruitières, légumières, oléagineuses et protéagineuses, de fruits à coques, d’épices et de stimulants (café, cacao) bénéficient de l’activité pollinisatrice des animaux, alors qu'un quart des cultures n’en dépendent pas du tout. En terme pondéral, 35% de la production mondiale de nourriture résulte de la production de cultures dépendant des pollinisateurs, 60% provient de cultures qui ne dépendent pas des pollinisateurs (principalement les céréales comme le blé, le maïs et le riz) et 5% provient de cultures pour lesquelles l’impact des pollinisateurs est encore inconnu."
  [lire la suite]


Des "grains de genièvre". Cela fait penser à la choucroute et aux petits grains noirs que certains laissent sur le côté de l'assiette. Les graines de genièvre sont super irritantes pour l'estomac, ce qui entraîne un afflux de suc gastrique et donc...une meilleure digestion. C'est pour cela qu'il fait croquer les grains de genièvre dans la choucroute...






Une zone déboisée ou brûlée ?
Qu'est-ce qui répousse en premier ?
Généralement, le bouleau est le premier à recoloniser les zones défrichée (en biotope européen).












Les asperges sauvages sont devenues dures depuis avril.
Au printemps es jeunes tiges pousses, tendres et délicieuses, ce sont des asperges. Une diamètre ne dépassant pas 4 ou 5 millimètres mais une saveur exceptionnelle







Une prêle  !
Juste deux mots.
La prêle a bien connu les dinosaures et dépassait largement les 1,5 mètre d'aujourd'hui.
  

Je cite :
"Le mésozoïque

Période entre -245 à -65 Millions d'Années

Pendant le Mésozoïque, la Terre se transforma considérablement : On observe des modifications des continents, des océans, des montagnes...

le début du Mésozoïque fut le témoin d'un nouvel essor de la vie.

Parmi les invertébrés, les mollusques commencèrent à jouer un rôle prépondérant, notamment les ammonites et les bélemnites. Parmi les autres formes marines, on observe ostracodes foraminifères, brachiopodes, échinodermes, coraux.

  • Le Mésozoïque est caractérisé par la diversification des reptiles ; ces animaux colonisèrent tous les milieux ; les plus célèbres sont les dinosaures, qui atteignirent des tailles gigantesques.
    • Les premiers mammifères apparaissent, leur taille ne dépassait pas celle de la musaraigne.

    • L'archéoptérix, ancêtre des oiseaux, date aussi du mésozoïque.

  • La flore est dominée par les fougères, les prêles, les conifères."

    Truc&Astuces : la prêle contient 10% de silice, c'est pourquoi on l'a depuis des siècles utilisée pour récurer les casseroles et autres plats en métal.

    Entre chêne et pin les chances sont bonnes pour découvrir des cèpes, mais rien, trop tôt dans la saison. Il n'y a pas  même de "mauvais" champignons". Pas de mauvais donc pas de bons non plus.
    La notion de mauvais champignons recouvre tous les cas, du toxique, voire mortel, aux hallucinogènes.


                  












    L'amanite-tue-mouches (la muscaria) endort brutalement les mouches qui se noient. Quid ?
    Une assiette, un fond de lait, une cuiller de sucre et des morceaux d'amanite tue-mouche. Les mouches viennent boire le lait sucré et sont foudroyées. Voici la bête :

A cliquer pour découvrir les autres images de ce champignon symbole de tous les chamignons


Aujourd'hui, il faudra se contenter de ces champignons durs comme du pneu, sans doute de la famille des amadouviers. A l'intérieur il y a de fins poils très combustibles. Avant l'invention des allumettes on "battait le briquet" : on frappait un morceau de fer avec un silex. Le silex, plus dur, arrache des paquets d'atomes de fer en fusion. Cette étincelle orientée vers l'amadou enflamme celle-ci.
Un magnifique site, celui de www.futura-sciences.com et le dossier de M. Bertrand Roussel sur l'amadouvier. Cette technique prévaut jusqu'à l'apparition de l'allumette : 


 L'amadouvier.

La zone 2 est l'amadou.

Le "briquet", le silex et l'amadou. Seul moyen de faire du feu avant 1830 (je ne parle pas des autres techniques, bois sur bois) en Europe.

Extrait de "Petite histoire des allumettes" du blog 'Audrey.
"L'allumette chimique, sur ce principe, ne sera mise au point qu'au début du XIXe siècle, en particulier grâce aux recherches de l'apothicaire français CHANCEL, qui invente les allumettes oxygénées.
En 1816, son confrère et concitoyen DESRONE invente l'allumette au phosphore.


C'est à un anglais, le pharmacien anglais WALKER, que l'on doit l'allumette à friction, dont la tête s'enflamme par simple frottement sur un papier de verre.
Mais ces allumettes restent dangereuses, car s'enflammant trop facilement.
La boîte d'allumettes avec frottoir naît à la même période . La plus ancienne, inventée et commercialisée par WALKER, date de 1830[/g].

Le français Charles SAURIA, cependant, perfectionne l'invention, tant et si bien qu'on peut en définitive le considérer comme l'inventeur des allumettes à friction vraiment utilisables .

Dès 1832, on vend à Paris des allumettes "pyrogènes"* , (dont une boîte spécimen, conservée à la Bibliothèque Nationale, et très joliment ornée, semble bien être la plus ancienne boîte française connue).



Demain, on repart aux...champignons !












Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jeanmimi 13/10/2009 15:43


Bonjour,
Je suis très heureux d'intégrer votre blog dans la communauté "VTT, nature & photo"
Merci d'avoir choisi cette modeste communauté ou l'on ne fait pas que d'y parler VTT même si c'est la passion principale Mais aussi de communion avec la nature et de photographie (mon boulot).
Bienvenue à vous donc et bravo pour votre blog.
N'hésitez pas à faire vivre cette communauté en y publiant vos articles et en vous présentant dans le forum ou des topics sont mis à votre disposition pour y parler de tout et de rien.
Votre blog est très sympa et l'esprit que vous y développer correspond tout a fait au mien.
N'oubliez pas non plus de faire apparaitre sur votre blog, la fenêtre "communauté" afin que l'on puisse y voir notre coccinelle emblématique.
A très bientôt et encore merci


Paul Keirn 14/10/2009 08:32


Merci de m'accueillir dans votre communauté ! Je ne réponds qu'à deux critères sur 3 : nature et photo, oui ; vtt, je ne peux hélas pas pratiquer ce sport. Je vais aller voir chaque
blog, un par un.


Sandra 12/10/2009 08:48


Vite des infos sur les cèpes ! (Sandra de Lacanau)


Paul Keirn 12/10/2009 09:08


Pour l'instant, il n'y a que le 'cèpe des bouviers' (silius bovinus, voir sur Google images) et ce qu'on appelle ici des 'sanguins', c'est-à-dire des Lactaires sanguins ou délicieux. Prochaine
'promenade' asap (as soon as possible, puisqu'on me le demande).