Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Corossol et cancer : s'il avait un quelconque effet, les laboratoires auraient déjà commercialisé un médicament

6 Août 2017 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #PLANTES & ETHNOBOTANIQUE, #DEFENSE DES CONSOMMATEURS, #SANTE PUBLIQUE, #INDIGNé(e)S, #RAA - RESEAU ANTI-ARNAQUES

Un certain Hubert V. nous fait parvenir son opinion et elle mérité d'être à son tour commentée. Notamment en ce qui concerne les lobbys pharmaceutiques et les prétendues études positives concernant le corossol.

Il dit :

Hubert .V
05/08/2017 à 06:22
je tiens simplement a préciser qu'il serait facile de démonter votre discours de la même façon que vous le faites envers le corossol :
- leur toxicité "semble" trop forte pour être utilisés comme médicaments,
- il a été "envisagé" que ces molécules soient des toxines alimentaires, "susceptibles" d'être impliquées dans la survenue de parkinsonismes atypiques en zone tropicale.
Vous ne convaicrez personnes avec de telles approximations et éventualites; pourquoi ne pas évoquer le lobby pharmaceutique, pourquoi ne pas reporter les études biologiques et cliniques, pourquoi ne pas citer les test in-vivo sur des humains ?
Bien a vous.

Hubert .V

06/08/2017 à 08:50
he oui, il est facile de supprimer les commentaires non complaisant.

Cher Hubert

Comme vous le voyez et contrairement à vos propos, votre commentaire n'a pas été censuré. 

Un peu de sérieux : les labos pharmaceutiques sont assez riches et assez bien pourvus en ethno-phyto-pharmacologues qui parcourent le monde en tous sens pour reprendre à leur profit toute molécule vraiment active et la transformer en médicament.
Croyez bien que si le corossol avait eu le moindre effet sur le cancer, le médicament dérivé de cette plante existerait déjà et aurait balayé toute concurrence !

Un peu de sérieux : il n'y a pas de complot style David contre Goliath, les grands labo écrasant de pauvres et méconnus savants marginalisés qui détiennent un savoir qui gêne et que l'on tente de faire taire. Non !
Si vous pensez cela, vous êtes dans l'univers du fantasme et vous défendez malgré vous des charlatans - des salopards - qui profitent de la détresse des personnes atteintes du cancer et osent affirmer que "le corossol est 10.000 fois plus puissant que les chimiothérapies". Les condamnant ainsi à une mort certaine en surfant sur la mode des plantes, en surfant sur la naïveté scientifique, la détresse et la rancœur des démunis. Les charlatans veulent se remplir les poches, mais sans tests, sans recherche et sans preuve. Et ils y parviennent parce qu'il y a des ânes comme vous pour les défendre. 

Non, hélas, pour l'instant, comme le rappellent toutes les instances de santé et les centres de recherche sur le cancer, il n'y a pas de remède contre le cancer dans l'alimentation, ni dans les végétaux. Tout au plus sait-on ce qu'il faut éviter, pour minorer la probabilité de survenue d'un cancer (style charcuterie, sel, viande rouge) et qu'il faut manger beaucoup de fruits et légumes. Cela au moins est scientifiquement vérifié. 



Mais comme on ne peut pas faire du fric en vendant un style de vie, alors on s'appuie sur des plantes seulement connues de peuples lointains au fond des forêts et qui contractent moins le cancer. Et pour cause, leur durée de vie est si courte qu'ils n'atteignent pas les âges les plus durement frappés par la maladie ! On paie quelques doctorants pour fabriquer des études bidons sur lesquelles on pourra s'appuyer et il n'y a plus qu'à vendre sur internet. 

Il est vrai que certains arguments relevés contre le corossol sont eux aussi marqués d'incertitudes et que néanmoins ils prévalent : cela s'appelle le principe de précaution. 
Il est central dans la conception européenne de la gestion du risque. Il permet d’interdire certains produits susceptibles d’être dangereux même si les preuves scientifiques ne permettent pas de déterminer avec certitude la dangerosité du produit (un principe qui a été largement écorné sur l'affaire du glyphosate !). C’est ainsi que l’UE restreint l’importation de boeuf made in USA nourri aux hormones de croissance ou les OGM.
Vous dites :

J'ai ajouté quelques études à l'article. Parmi celles que j'ai pu voir, pas une n'est déterminante. Et quasiment toutes donnent des résultats sur des souris. Chacun devrait savoir que l'extrapolation à l'espèce humaine n'est pas possible. Toutes les pubs pour le corossol ne s'embarrassent pas de cela : faire de l'argent est leur seul but. En outre, je n'ai pas trouvé de recherche, avec échantillon représentatif, couronnées de succès sur des humains. Avez-vous des références à me fournir ? Donnez les moi.

Paul

http://www.20minutes.fr/sante/2078595-20170601-video-non-corossol-fruit-traite-cancer
"Selon Cancer Research UK, une association britannique qui finance la recherche contre le cancer, « il n’y a aucune preuve qui démontre que le corossol fonctionne comme traitement du cancer. » L’association précise : « nous ne soutenons pas l’utilisation du corossol pour traiter le cancer. Nous conseillons d’être très prudent avant de croire ou de payer pour n’importe quel traitement alternatif pour le cancer sur internet. »

Les sites qui prétendent que le corossol guérit le cancer affirment s’appuyer sur des études scientifiques. Problème, peu de ces sites citent les études en question. Certains s’appuient sur des études de 1997, publiées par des chercheurs de l’université Purdue, aux Etats-Unis. Toutefois, ces études ne portent pas sur le corossol, mais sur l’asiminier trilobé, un arbre qui pousse exclusivement aux Etats-Unis. La confusion entre le corossol et l’asiminier vient de leur nom en anglais : l’asiminier est appelé « pawpaw », tandis que le corossol est traduit par « graviola » ou « Brazilian pawpaw ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article