Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 17:48

sa-cath-n-ramos-astronaute.jpgRésumé des épisodes précédents...

Tout commence par un petit article
, sur 'la nullité du vol des mites' (c'est vrai que les mites volent mal), article au cours duquel je parle de Darwin pour dire, finalement, que la mutation génétique "vol erratique" est la mieux adaptée une fois "jetée" dans la réalité, qui se caractétise par la sélection naturelle.  Le résultat c'est bel et bien que les mites ont survécu ! Et là...

Badaboum, tombent comme des feuilles mortes, les commentaires émanant de ceux qui refusent la théorie de l'évolution, favorables à l'idée que seul Dieu a créé les cieux, la Terre, l'espèce humaine. Et que tout cela s'est passé il  a 6000 ans, pas davantage. Ce sont les "créationnistes", farouches adversaires du darwinisme,  voyant en fait dans le darwinisme non seulement le déclin de la religion, mais aussi la perte des valeurs de l'occident et (pour les plus atteints) l'arrivée du communisme (authentique !). Idéologie (plutôt de d'extrême-droite) et religion (version pré-Vatican II) se mêlent. J'y réponds en écrivant une suite : "le combat entre créationnistes et scientifiques vous concerne ! "

Idéologie et sciences font mauvais ménage. Pendant la guerre froide (1945-1989 ou 91), aux Etats-Unis, nombre de chercheurs ont tout fait, y compris de fausses communications scientifiques, pour tenter de prouver que TOUT EST GENETIQUE et rien social (études truquées de Burt sur les jumeaux, encore enseignées en 1971 à la fac pendant mes études de psy), alors que côté communistes soviétiques les chercheurs ont également faits de fausses communications pour prouver que TOUT EST SOCIAL...et rien génétique !

Le stalinisme s'étend fort heureusement effondré, le combat d'aujourd'hui se situe entre religions et sciences. Les intégristes américains sont les moteurs du "créationnisme", relayés en Europe par les tenants d'une droite extrême. Les deux religions prosélytes (qui veulent faire des adeptes), l'Islam des islamistes et le Chistiannisme intégriste se donnent même parfois la main pour lutter contre ce qu'elle prenne pour leur ennemi d'aujourd'hui : la science.
Il faut voir comment internet sert de base d'expression à des propos qui relèvent franchement de la psychiatrie. Et les critiques continuent de pleuvoir, mais ça ne fait rien, il faut répondre calmement, et cela oblige à revoir ses connaissances, à se documenter (lire ou relire un très modeste article "sciences contre croyances" )

Plus intéressantes sont les contributions des personnes qui se posent de vraies questions, bien que souvent, on sent bien en arrière-plan, soit une volonté de semer le doute sur la science, soit de la condamner comme si c'était le moteur d'idées dangereuses pour la foi. Il n'en reste pas moins que de vraies questions existent.

C'est le cas du commentaire suivant :  
  

  • Belles explications très fouillées de la remarque de cet Internaute, mais elles ne m'apparaissent pas assez complètes pour reconnaître que la Théorie de l'évolution est "une réalité maintes fois vérifiée" !

    Qu'en est-il de la reproduction scientifique de l'apparition spontanée de la vie, dans la soupe originelle (reproduite) ? Qu'en est-il de la survenue du Big Bang (reproduite) ?
    Qu'en est-il des bifurcations entre les branches de l'évolution, avec les différents types intermédiaires des êtres vivants (reproduits ? Constatés car trouvés dans leur multitude, dans les terrains ?),
    Qu'en est-il des cataclysmes dont la Terre a été l'objet, au fil du temps, qui ont fait changer à plusieurs reprises l'axe des Pôles, la position de la Terre par rapport à l'équateur, aux tropiques, avec les changements radicaux de climat intervenus, sur chacune des zones de la surface de la Terre ?

    Tout ceci participant largement au fait qu'il n'y a jamais eu sur le long terme, un environnement stable, uniforme, évoluant de façon continue et permanente, pour que la dégradation des isotopes radioactifs se soient toujours faite de façon stable et continue, sur notre planète, condamnant totalement toute base linéaire, permanente, continue et régulière de leur dégradation, qui est la base "solide", des datations effectuées sur notre Planète.

    Tant que nous serons incapables d'intégrer tous les événements qui sont survenus sur notre planète, identifiés dans toutes les disciplines, je pese que nous aurons des explications qui ne pourront pas être totalement convaincantes...

    Et comment intègre-t-on, dans la théorie de l'évolution, toutes les fosses qui ont été découvertes de part le monde par les paléonthologues et dans lesquelles on a retrouvé pèle-mêle, des animaux d'Afrique (Lion, éléphant, hippopotame...) avec des animaux de zone tempérée (renard, loup), avec des animaux des zones pôlaires ou glaciaires (ours, élan, grizzli, rennes...), pouvant laisser à penser qu'il y eu des raz de marée, ayant totalement arrasé les terrains, mélangé leurs différentes couches, brassé les fossiles dans les terrains, pour les laisser ensuite dans un ordonnancement totalement différent de celui qu'aurait pu être celui lié à un climat calme, non changeant, évoluant linéairement, selon une permanence, qui semble bien être l'une des bases de la théorie de l'évolution !!!



Belles explications très fouillées de la remarque de cet Internaute, mais elles ne m'apparaissent pas assez complètes pour reconnaître que la Théorie de l'évolution est "une réalité maintes fois vérifiée" !

Qu'en est-il de la reproduction scientifique de l'apparition spontanée de la vie, dans la soupe originelle (reproduite) ?
Là, nous ne sommes plus du tout dans la théorie de l'évolution, que vous évoquez une phrase plus tôt. Nous sommes dans un autre domaine, en tout cas pas celui de l'évolution ! La question est évidemment essentielle et non résolue. Le site présenté ci-dessous en lien évoque les idées et les théories relatives à l'apparition de la vie sur Terre. La "soupe originelle" que vous évoquez est une des pistes. Il y est démontré qu'un mélange de molécules simples soumis à l'énergie solaire et aux décharges électriques fait rapidement apparaître des molécules chimiques complexes qui sont celles là mêmes que l'on retrouve dans les formes de vie plus primitives. Mais il manque toujours le moment où les molécules se reproduisent, s'alimentent, bref, la vie. Les coacervats complètent cette première approche en montrant comment se forment très naturellement les parois séparant le vivant de son milieu. Tout cela de manière purement chimique. La panspermie s'applique à expliquer que les premières formes du vivant sont venues avec les poussières stellaires et les météorites. Cela est tout à fait vraisemblable mais ne fait que reporter ailleurs l'émergence de la vie.
Les théories concernant les origines de la vie, un diaporama inclus dans un pdf pas mal fait, avec malheureusement trop peu de commentaires (http://147.94.111.32/gsc/news/orvie.pdf)

Qu'en est-il de la survenue du Big Bang (reproduite) ?
Cette fois encore, nous ne sommes pas dans le champ explicatif de la théorie de l'évolution ! Cela dit vous me donnez une idée de recherche sur le net, savoir si des chercheurs ont été tentés de voir comment un "plasma" (quatrième état de la matière, s'ajoutant aux phases gazeuse, liquide et solide) peut évoluer si on le place brutalement dans le vide. L'ABSENCE DE REPONSE A UNE QUESTION SANS RAPPORT AVEC L'EVOLUTION N'IMPLIQUE PAS L'INVALIDITE DE LA THEORIE DE L'EVOLUTION.

Qu'en est-il des bifurcations entre les branches de l'évolution, avec les différents types intermédiaires des êtres vivants (reproduits ? Constatés car trouvés dans leur multitude, dans les terrains ?),
Là, cette fois, on est dans le domaine de l'évolution. A vrai dire je ne suis pas sûr de bien comprendre la question. Par bifurcation, parlez-vous d'apparition d'espèces, avec des chaînons, des taxons intermédiaires ? Par exemple, l'archéopteryx considéré comme premier "oiseau" ? Et donc modèle de la transition reptile-oiseau.

Si c'est bien cela, je crois que vous parlez du phénomène de spéciation, qui fait qu'un forme de vie change, qu'une nouvelle espèce apparaît, et change même à ce point qu'elle n'est plus interféconde avec des espèces-parents. "Reproduits ?" dites-vous ? Oui, bien sûr : prenez le catalogue Truffaut et vous y verrez des milliers de plantes qui ont été transformées à coup de sélection naturelle (choix de la reproduction de graines ayant donné des caractéristiques spéciales), soit à coup de mutagènes (substances chimiques qui provoquent des mutations plus ou moins stables). Puis stabilisation des caractères nouveaux (une rose doit être "stable" pendant sept ans avant d'être commercialisée et nommée). Vous devriez regarder de plus près les mutations progressives qui transforment les reptiles en ce qu'on appelle les oiseaux (les oiseaux étant la dernière évolution des reptiles, en résumé). Vos devriez regarder les études sur les reptiles mammaliens (on y voit la morphologie du chien par exemple, mais sous forme reptilienne, le cynognathus par exemple)

Qu'en est-il des cataclysmes dont la Terre a été l'objet, au fil du temps, qui ont fait changer à plusieurs reprises l'axe des Pôles, la position de la Terre par rapport à l'équateur, aux tropiques, avec les changements radicaux de climat intervenus, sur chacune des zones de la surface de la Terre ? (ndr : approche 'catastrophiste' - voir ci-dessous)

Tout ceci participant largement au fait qu'il n'y a jamais eu sur le long terme, un environnement stable, uniforme,(ndr : approche 'catastrophiste' - voir ci-dessous) évoluant de façon continue et permanente, pour que la dégradation des isotopes radioactifs se soient toujours faite de façon stable et continue, sur notre planète, condamnant totalement toute base linéaire, permanente, continue et régulière de leur dégradation, qui est la base "solide", des datations effectuées sur notre Planète.

Tant que nous serons incapables d'intégrer tous les événements (ndr : approche 'catastrophiste' - voir ci-dessous)
qui sont survenus sur notre planète, identifiés dans toutes les disciplines, je pense que nous aurons des explications qui ne pourront pas être totalement convaincantes...
Nous y voilà ! L'UNIFORMITARISME contre le CATASTOPHISME. Deux doctrines qui s'affrontent depuis le XIXème siècle et que l'on retrouve très bien dans les propos du commentaire.

Catastrophisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

 

Le catastrophisme est une théorie scientifique qui tente de construire rationnellement les croyances sur l'origine du monde et sur l'évolution des espèces en mettant en avant l'impact qu'auraient eu des catastrophes de courte durée, violentes et inhabituelles (par exemple, le déluge...!). Un nom pour ce type de théorie est apparue au XIXe siècle, lorsqu'est apparu l'uniformitarisme, théorie qui, quant à elle, postule que les processus qui se sont exercés dans un passé lointain s'exercent encore de nos jours (forces constantes sur de très longues périodes, l'approche darwinienne)

Par ailleurs, depuis le début du XXIe siècle le catastrophisme quitte le domaine des sciences biologiques et fait explicitement l'objet de diverses théorisations tant sur le plan social, philosophique que politique

Histoire

Développement du catastrophisme

Avant l'émergence de la théorie de l'uniformitarisme, la croyance dominante sur la création du monde et l'apparition de la vie relevait essentiellement (et pas seulement dans un contexte chrétien) d'une conception dite catastrophiste. En Europe, l'idée d'une grande inondation, popularisée par la Bible, est un exemple typique de ces croyances. Cette théorie s'appuyait par ailleurs sur certaines observations géologiques et paléontologiques.

Selon cette théorie, les espèces s'éteignaient à cause de catastrophes, suivies par la formation de nouvelles espèces ex nihilo c'est-à-dire que les espèces éteintes étaient retrouvées sous la forme de fossiles et que les espèces nouvelles étaient considérées comme immuables (Fixisme). Cette théorie était en accord avec l'épisode biblique : les fossiles étaient les restes d'espèces n'ayant pas trouvé de place sur l'Arche de Noé.

Au début du XIXe siècle, plusieurs nouvelles théories commencèrent à remettre en cause le catastrophisme. L'une des plus importantes d'entre elles, le transformisme, fut développée par Jean-Baptiste de Lamarck. La théorie de l'évolution allait ensuite définitivement supplanter le catastrophisme.


Reprenons le même morceau de texte et regardons le cette fois sous l'angle de la réfutation de la datation scientifique à cause des catastrophes :

Qu'en est-il des cataclysmes dont la Terre a été l'objet, au fil du temps, qui ont fait changer à plusieurs reprises l'axe des Pôles, la position de la Terre par rapport à l'équateur, aux tropiques, avec les changements radicaux de climat intervenus, sur chacune des zones de la surface de la Terre ?
Tout ceci participant largement au fait qu'il n'y a jamais eu sur le long terme, un environnement stable, uniforme, évoluant de façon continue et permanente, pour que la dégradation des isotopes radioactifs se soient toujours faite de façon stable et continue, sur notre planète, condamnant totalement toute base linéaire, permanente, continue et régulière de leur dégradation, qui est la base "solide", des datations effectuées sur notre Planète.
Tant que nous serons incapables d'intégrer tous les événements
qui sont survenus sur notre planète, identifiés dans toutes les disciplines, je pense que nous aurons des explications qui ne pourront pas être totalement convaincantes...

Comment résumer honnêtement les propos ci-dessus : il y a eu un nombre considérable de catastrophes. Cette absence de stabilité empêche toute datation solide. Sans datation, pas d'explications convainquantes.
 
Nous sommes là dans l'erreur scientifique, aussi simple que totale. Rien de moins. Pourquoi ?

Pour démontrer l'erreur, il faut d'abord savoir ceci :

Un peu de physique du noyau des atomes suffit à nous en convaincre. Suivez, c'est assez simple : 

Le carbone est produit en masse dans le cœur 
des étoiles massives, chaque fois que trois noyaux d'hélium fusionnent.

Au coeur du noyau de l'atome de carbone, il y a toujours 6 protons mais le nombre de neutrons varie : il y a 11, 12, 13 ou 
14 neutrons dans les atomes de carbone

En physique nucléaire et en chimie, deux atomes sont dits "isotopes" s'ils ont le même nombre de protons mais pas le même nombre 
de neutrons. Les carbones 11, 13 et 14 sont des isotopes du Carbone12. On note 12C pour dire Carbone à 12 neutrons

Le carbone possède deux isotopes stables dans la nature, le 12C (98,89 %) et le 13C (1,11 %).
Les autres isotopes 11C et 14C sont instables. Ils perdent de l'énergie et se retransforment peu à peu en carbone stable. Tant qu'ils se décomposent, ils sont par définition "radio-actifs". On parle de "radio-isotopes" pour parler des atomes de carbone 11C et 14C puisque ce sont des isotopes et qu'ils sont radioactifs.

Une dernière notion : la "période". C'est le temps qu'il faut pour que la radioactivité soit réduite de moitié. C'est juste ce qu'il faut retenir.

La carbone 14 a une "période" de 5 730 ans.
Cela
signifie tout simplement que le carbone 14 met 5730 ans à perdre la moitié de sa radio-activité. C'est grâce à cette caractéristique qu'il est couramment utilisé pour la datation d'objets archéologiques.

Encore 5730 ans et il sera au quart de sa radio-activité, etc., etc. 
On connait le pourcentage du carbone 14 dans un être vivant (grosso modo toujours le même). Mais 5730 ans plus tard on ne trouvera que la moitié du 14C. Et cela se mesure.

C'est ainsi que l'on peut dater les êtres ayant vécu il y a fort longtemps. Tant qu'ils étaient vivants, il consommait du carbone sous une forme ou une autre, et tant qu'ils consommaient, il se réapprovisionnaient en 12C et 14C au taux existant sur Terre. Mais une fois morts, il n'y a plus d'apport nouveau de carbone alors le carbone instable, le 14C, commence à se transformer en 12C. Il suffit de connaître le taux de 14C pour évaluer la date de la mort de la plante ou de l'animal concerné.

Sachant ce qui précède, on peut en déduire ceci :

Les catastrophes au cours desquelles les restes des êtres morts peuvent être brassés, mélangés, ne changent en rien la vitesse à laquelle se décompose le carbone 14. Sa période ne peut en rien être affectée par les cataclysmes puisque ces transformations s'effectuent au coeur du noyau des atomes ! Noyau qui est totalement à l'abri des événements accidentels qui ont pu affecter la planète. Il n'est donc pas possible de remettre en cause la datation par le catastrophisme. Que l'environnement soit stable ou non importe peu.

Alors, à la question-titre, de savoir si le darwinisme répond à toutes les questions de l'évolution nous pouvons répondre qu'il ne répond pas à TOUTES les questions, mais à suffisamment d'entre elles pour valider la structure générale de l'évolution : il y a bien évolution par le double jeu des mutations et des combinaisons génétiques inédites aléatoires sur des centaines de milliers de siècles, puis double sélection naturelle par la sélection de survie et par la sélection sexuelle. Qu'il reste des zones encore inexplorées, cela va de soi. Mais l'incomplétude des expériences n'invalide en rien la structure théorique. Il n'est pas besoin d'observer toutes les vagues de la Terre (observations et expériences) pour savoir que l'eau monte lors de la marée sous l'influence combinée de la Lune et du Soleil (structure théorique).



 

Repost 0
Publié par Paul Keirn - dans GENETIQUE
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 22:01

 


Ce titre un peu provocateur voudrait-il vraiment dire que dinde et poulet et donc tous les oiseaux, SONT des reptiles ?  Avant de raffiner cette affirmation, il faut dire - avec une majorité de scientifiques - que la réponse est OUI. Des descendants de reptiles.

Le Caudipteryx ci-contre est l'une des meilleures représentations de l'ancêtre de la dinde...

Les reptiles ont connu un grand nombre de genres et d'espèces, parmi lesquels figurent les ancêtres des oiseaux que nous connaissons.

C'est cette catégorie de reptiles-oiseaux qui a survécu au grand cataclysme d'il y a 65 millions d'années, qui vit la fin des dinosaures.






Bien des indices mettent sur la voie : quiconque a mangé du lézard ou du serpent peut le dire. Ces deux animaux, assez rares dans la gastronomie de l'hexagone, ont le goût de...poulet.
Ensuite, il suffit de regarder les pattes d'un poulet : elles présentent des fausses écailles, comme tous les reptiles. Ce sont là des indices simples, mais déjà assez parlants.
























Laissons la parole au scientifique Eric Buffetaut. Après une thèse de doctorat ès-sciences sur l'évolution des crocodiliens, soutenue en 1981, Eric Buffetaut s'est orienté vers l'étude d'autres groupes de vertébrés fossiles, notamment les dinosaures, les ptérosaures et...les oiseaux primitifs.

             

BIOGRAPHIE DE : Eric BUFFETAUT 

Né en 1950 en Normandie, Eric Buffetaut a étudié la géologie et la paléontologie à l'Université de Paris. Après une thèse de troisième cycle sur des crocodiliens crétacé du Niger, il est entré au CNRS en 1976, et c'est au sein de cette institution que se déroule depuis sa carrière (il est actuellement Directeur de Recherche).
Après une thèse de doctorat ès-sciences sur l'évolution des crocodiliens, soutenue en 1981, Eric Buffetaut s'est orienté vers l'étude d'autres groupes de vertébrés fossiles, notamment les dinosaures, les ptérosaures et les oiseaux primitifs. Ses recherches sur le terrain l'ont mené au Canada, au Mali, en Tunisie, au Pakistan, en Inde, en Corée du Sud, en Chine et en Thaïlande. Ses recherches actuelles portent notamment sur les dinosaures et autres vertébrés du Crétacé supérieur du Sud de la France, et sur l'évolution des faunes de vertébrés mésozoïques en Asie du Sud-Est, en collaboration avec le Service géologique de Thaïlande. Il est d'ailleurs co-directeur du Centre de Recherches Paléontologiques de l'Université de Maha Sarakham, en Thaïlande. Les recherches ainsi menées en Thaïlande ont ainsi conduit à la découverte du plus ancien tyrannosaure connu, et du premier dinosaure sauropode du Trias. Les dinosaures de la plate-forme adriatique constituent un autre de ses domaines de recherches actuels, en collaboration avec des paléontologues slovènes.
Un autre thème paléontologique abordé par Eric Buffetaut est celui des grandes extinctions, et en particulier de celle de la limite Crétacé-Tertiaire, provoquée par un impact d'astéroïde, qui provoqua entre autres la disparition des dinosaures.
Il s'intéresse également à l'histoire de la paléontologie, et a publié divers ouvrages sur ce sujet.
Eric Buffetaut a participé à la fondation du Musée des Dinosaures d'Espéraza (Aude), et il est actuellement président de l'Association Dinosauria, qui gère ce musée.
Eric Buffetaut est Professeur honoris causa de l'Université de Bucarest (Roumanie).
Eric Buffetaut est l'auteur d'environ 400 articles et ouvrages scientifiques.

Contexte : biographie de Eric Buffetaut, biographie Buffetaut

 
   

Interview publiée dans l'excellent "linternaute.com" :

L'internaute : les seuls survivants des dinosaures sont les oiseaux, qui sont leurs descendants". Combien d'espèces de dinosaures connaît-on ?

Eric Buffetaut : On a décrit, depuis le début du 19e siècle, plusieurs centaines d'espèces de dinosaures, près de mille, mais toutes ne sont pas reconnues comme valides actuellement. Chaque année, une vingtaine de nouvelles espèces sont signalées. Mais il est certain qu'on est encore très loin d'avoir découvert toutes les espèces qui ont existé, le nombre connu actuellement n'est qu'une petite fraction.

Quel est le lien de parenté entre les reptiles actuels et les dinosaures ? Ce sont leurs descendants ?
Ce lien est en fait assez lointain. Les reptiles actuels ne sont que des cousins assez éloignés des dinosaures. Leurs plus proches parents parmi les reptiles actuels sont les crocodiles, les lézards et serpents, et les tortues, sont plus éloignés. En fait, les animaux actuels qui sont les plus proches parents des dinosaures sont les oiseaux, car les oiseaux descendent de certains petits dinosaures carnivores.

Quelles sont les espèces ont survécu aujourd'hui ?
Aucune espèce de dinosaure n'a survécu jusqu'à aujourd'hui. Les derniers dinosaures au sens strict du terme ont disparu il y a 65 millions d'années, à la fin du Crétacé. Les seuls survivants des dinosaures sont les oiseaux, qui sont leurs descendants. Mais aucune espèce d'oiseau contemporaine des dinosaures n'a persisté jusqu'à aujourd'hui. Les oiseaux actuels sont simplement des descendants de certains dinosaures.

Le reste de l'interview porte sur les dinosaures (à lire en + gros sur le lien indiqué en tête d'article)


Est-ce que ça pourrait être une maladie qui a décimé les dinosaures ?
Non, c'est peu probable parce qu'il y avait des dinosaures très différents les uns des autres et surtout parce que les derniers dinosaures vivaient dans toutes les régions du monde, qui étaient bien séparées les unes des autres, de sorte que la transmission de maladies de l'une à l'autre aurait été difficile.

Quelle est la théorie la plus répandue concernant la disparition des dinosaures? A-t-on trouvé la cause de la fin des dinosaures (météorite bouleversement climatique) ?
Je pense que la théorie la plus largement acceptée aujourd'hui est celle de l'impact d'une énorme météorite, qui s'est produit il y a 65 millions d'années, et qui aurait provoqué une catastrophe écologique mondiale ayant provoqué la disparition de très nombreuses espèces, y compris les dinosaures. La cause principale de leur disparition aurait été la manque de nourriture, suite à la dévastation de la végétation provoquée par l'obscurité ayant suivi l'impact.

"La disparition des dinosaures semble s'être faite très rapidement, peut-être en quelques années"
Les dinosaures ont-ils disparu à la même période ? A priori c'est une somme de facteurs qui a causé leur disparition mais s'est-elle étalée dans le temps ?
Il semble en fait que la disparition des dinosaures se soit faite très rapidement, peut-être seulement en quelques années (mais c'est difficile à évaluer précisément). Et il n'est pas certain du tout que plusieurs facteurs soient cause. Les effets de l'impact météoritique ont pu suffire à exterminer les dinosaures, sans chercher d'autres causes.

Comment expliquer qu'une météorite ait pu éradiquer un groupe entier ? Et comment ont survécu les mammifères ?
Les effets de l'impact ont été mondiaux, on en retrouve la trace dans les roches dans le monde entier : on voit que partout la végétation a été très affectée, sans doute par manque de lumière. Donc les dinosaures ont pu être privés de nourriture partout où ils vivaient. Si les mammifères ont survécu, c'est sans doute parce qu'ils étaient de petite taille et n'avaient pas les mêmes besoins alimentaires que les dinosaures. Ils étaient moins dépendants des végétaux vivants.

Si on trouvait un dinosaure bien conservé dans la glace, pourrait-on le faire revivre grâce à son ADN ?
Il est impossible de retrouver un dinosaure conservé dans la glace, car il n'existe plus aujourd'hui de glace s'étant formée au temps des dinosaures. D'ailleurs, il y avait très peu de glace à cette époque, le climat étant plus chaud qu'aujourd'hui. Actuellement, on n'est pas capable de faire "revivre" un animal à partir de son seul ADN. Peut-être le pourra-t-on un jour. Mais l'ADN est une molécule très fragile, et on ne connaît pas d'ADN remontant à l'époque des dinosaures. Il est donc très peu probable qu'on puisse un jour réaliser une telle manipulation génétique, à moins de progrès techniques très inattendus.

"Actuellement, on n'est pas capable de faire "revivre" un animal à partir de son seul ADN". Peut-on étudier les régimes alimentaires des dinosaures ? Si oui, est-il possible d'employer des méthodes de chimie organique ?
Pour étudier les régimes alimentaires des dinosaures, on s'est surtout servi de la forme de leurs dents, de l'usure de celles-ci, et des rares contenus stomacaux trouvés dans certains fossiles très bien conservés. Cela laisse souvent des incertitudes. On peut imaginer d'employer la géochimie pour essayer de reconstituer le régime des dinosaures, à partir de divers isotopes contenus dans leurs os (azote, carbone...). Mais les tentatives jusqu'ici n'ont pas été très concluantes, car il faut être sûr que les proportions de ces isotopes n'ont pas été modifiées par la fossilisation. Or les os de dinosaures ont en général subi des changements chimiques importants depuis la mort de l'animal, donc il est à craindre que les rapports isotopiques ne soient plus ceux d'origine, d'où une source d'erreur considérable.

Peut-on savoir de quelles couleurs étaient les dinosaures ? Quels cris ils poussaient?
On dispose de très peu d'information sur la couleur des dinosaures, car même quand des empreintes de peau sont conservées, elles n'ont pas conservé la couleur d'origine. Pour les cris, c'est aussi très difficile, même si on a essayé de reconstituer les sons produits par l'air passant dans les conduits respiratoires de certains dinosaures. Pour ces détails on fait plus appel à l'imagination qu'à la science !

Quel était le plus gros dinosaure ? Et le plus petit ?
Le plus gros dinosaure était peut-être Argentinosaurus, qui vivait en Argentine il y a une centaine de millions d'années, et aurait mesuré une quarantaine de mètres de long et pesé 80 tonnes ou plus (les estimations de poids sont délicates). Le plus petit serait Microraptor, qui vivait en Chine il y a 125 millions d'années, et ne mesurait qu'une cinquantaine de cm de long, et ne devait pas peser plus lourd qu'un petit oiseau.


Est-ce que la disparition des dinosaures est contemporaine de l'apparition des plantes à fleur et des premiers mammifères ?
Non, les premiers mammifères sont apparus à peu près en même temps que les dinosaures, il y a environ 230 millions d'années, au Trias. Quant aux plantes à fleurs, elles sont apparues au moins 50 millions d'années avant la disparition des dinosaures. Ces trois événements ne sont donc pas liés.

Comment arrive-t on à savoir tant de chose sur les dinosaures, alors qu'on n'a que des morceaux de squelette à notre disposition ?
On a parfois des squelettes entiers, pas seulement des morceaux, et il arrive qu'on ait autre chose que des os, par exemple des restes de peau, des plumes, des traces des organes internes. On connaît aussi des empreintes de pas et des œufs de dinosaures, et même des excréments. On dispose donc de pas mal d'éléments, en plus des squelettes qui donnent aussi de bonnes informations, pour reconstituer la biologie des dinosaures et leur mode de vie. On peut même reconstituer leur température corporelle en étudiant les isotopes de l'oxygène conservés dans leurs os.

Comment évalue t-on l'intelligence des dinosaures ?
Ce n'est pas facile. La taille du cerveau à elle seule n'est pas un très bon guide. On s'intéresse plutôt à ce que l'on peut connaître de leur comportement: vie ne groupe, soins apportés aux petits, etc. Les empreintes de pas, les structures de ponte peuvent nous renseigner. Elles font penser que les dinosaures pouvaient avoir des comportements ressemblant à ceux des oiseaux, ce qui suggère qu'ils n'étaient pas si stupides qu'on l'a souvent cru.


Les paléontologues ont-ils à leur disposition des fossiles de l'endocrâne des dinosaures ? Si oui, sont-ils lisibles ?
Oui, on peut étudier l'endocrâne des dinosaures, soit à partir de moulages naturels ou artificiels de la cavité crânienne, soit en employant des scanners qui permettent de "voir" la forme de cette cavité sans avoir besoin de scier le fossile. On peut ainsi avoir des images précises de l'aspect du cerveau des dinosaures et des proportions des différentes parties, ce qui permet des comparaisons avec les cerveaux d'animaux actuels, par exemple, et peut donner une idée de leurs capacités intellectuelles.

A part les mammifères, quel groupe d'animaux a été favorisé par l'extinction des dinosaures ?
Surtout les mammifères, peut-être aussi les oiseaux, qui pouvaient subir la concurrence de certains petits dinosaures. Mais les grands gagnants furent sans conteste les mammifères, qui purent se diversifier après la disparition des dinosaures.

Quel genre de mammifères vivaient sur Terre à l'époque des dinosaures ?
Il existait au temps des dinosaures des mammifères très variés, certains appartenant à des groupes aujourd'hui éteints, et d'autres qui sont les ancêtres des mammifères actuels (monotrèmes, marsupiaux, placentaires). Ils avaient en commun d'être de petite taille, le plus gros mammifère contemporain des dinosaures avait la taille d'un blaireau.


Y'avait-il des dinosaures marins ?
Non, il n'y avait pas de dinosaures marins. Il existait de grands reptiles marins (ichthyosaures, plésiosaures, mosasaures), mais ils n'appartiennent pas au groupe zoologique des dinosaures, qui étaient des animaux terrestres.

On les présente souvent, soit comme des gros herbivores lents et stupides, soit comme des carnivores féroces et agiles. Est-ce que ces images correspondent à la réalité ?
Il y avait chez les dinosaures une grande diversité, avec des herbivores et des carnivores, des gros et des petits, etc. Mais on a sans doute souvent exagéré la stupidité des dinosaures. Si les carnivores étaient peut-être dans l'ensemble plus agiles et rapides que les gros herbivores, du fait de leur mode de vie chasseur, les herbivores étaient sans doute capables de comportements assez complexes, et tous n'étaient pas énormes et lents.

Comment peut-on savoir si les dinosaures avaient le sang froid ou chaud ?
C'est un vieux problème que l'on essaie de résoudre par plusieurs méthodes. On peut s'intéresser à la microstructure des os, qui donne des indications sur la croissance et montre que beaucoup de dinosaures avaient une croissance rapide, comme les animaux à sang chaud. On a aussi utilisé récemment les isotopes de l'oxygène conservés dans les os. Le rapport entre ces isotopes chez les dinosaures rappelle celui des mammifères plus que celui des reptiles à sang froid, on en conclut donc que beaucoup de dinosaures avaient le sang chaud (c'est à dire pouvaient garder leur corps à une température constante en dépit des changements de la température ambiante).


"Jurassic Park était assez fidèles aux conceptions de l'époque"
Est-ce qu'il pourrait encore exister des dinosaures aujourd'hui ?

Pourquoi pas ? Le milieu dans lequel ils vivaient n'était pas si différent de celui d'aujourd'hui, rien ne s'opposerait à ce qu'ils vivent dans certaines régions du globe au moins.

Quel est selon vous le dinosaure le plus étonnant ?
Je pense que c'est le dinosaure à plumes Microraptor gui, qui vivait en Chine il y a 125 millions d'années, et qui possédait quatre ailes, formées par de longues plumes insérées sur les pattes de devant et les pattes de derrière. Elles devaient lui servir à planer d'arbre en arbre, d'une façon qui n'est plus utilisée par aucun animal.

Que pensez-vous du film Jurassic Park ? Comporte-t-il des erreurs ?
Ce film montrait les dinosaures tels que les paléontologues se les représentaient en 1993, et il était assez fidèle aux conceptions scientifiques de l'époque. Ces conceptions ont évolué sur certains points, ce qui fait qu'il y a des erreurs dans le film par rapport aux connaissances actuelles. Par exemple, les "raptors" devraient être couverts de plumes, comme l'ont montré des fossiles découverts depuis que le film a été réalisé.

Comment sont apparus les dinosaures ?
Leurs ancêtres sont des reptiles carnivores assez petits qui vivaient il y a environ 240 millions d'années, et dont les membres tendaient à se redresser pour bien soutenir le tronc au-dessus du sol. Cette évolution a permis aux premiers dinosaures d'avoir une locomotion efficace, surtout pour de gros animaux, qui a pu leur donner un avantage par rapport à d'autres reptiles à locomotion "rampante".

 
Quelle est l'idée reçue fausse la plus répandue au sujet des dinosaures ?
Qu'ils étaient gigantesques et stupides, et qu'ils se sont éteints à cause d'une lente dégradation du climat.

Eric Buffetaut : Merci pour vos questions, qui étaient pertinentes et intéressantes ! Et pour l'occasion de participer à ce chat.

Le livre
 
Les dinosaures, idées reçues
Eric Buffetaut
 Ed. Le Cavalier Bleu, octobre 2006
Consulter les libraires du net



Membres antérieurs de A. Ornitholestes (dinosaure théropode non-avien), B. Archaeoptéryx, C. Sinorsis (un oiseau primitif du début du crétacé, image et D. Poulet

La simitude du squelette de ces reptiles et du poulet est grande.



L'archeopteryx est le plus connu des reptiles volants :
















Archeopteryx.

















Le Therizinosaur :


















Le squelette du poulet.

















Le squelette de l'archeoptéryx.












Plusieurs représentations du Caudipteryx, l'ancêtre de la dinde.









































 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous les articles les plus récents. A cliquer :  "Pourriez-vous devenir un tortionnaire  - Expérience de Milgram" - "Tout comprendre sur le nouveau code-barres QR 2D" - "Pourquoi les racines de Mandragore ont une forme humaine" - "Connaître les grains de genièvre" - "Quel est votre reptile rôti préféré ? Dinde ou poulet" - "La peste et le vignaigres des quatre voleurs" - "Le fameux discours du chef indien Seattle" sans oublier " Les oeufs centenaires" - trouver des MORILLES !"  Et votre hit-parade du site en AVRIL 2010 !

Repost 0
Publié par Paul Keirn - dans GENETIQUE
commenter cet article

Edito

  • : Natures
  • Natures
  • : NATURE, SCIENCE & TRADITIONS, CONSOMMATION & SANTÉ,... Faire partager aux lecteurs les émotions, les réflexions, les connaissances sur la nature, vérification scientifique des recettes léguées par nos ancêtres, les trucs & astuces de survie douce. Sans oublier que "la" nature s'inscrit dans le paysage politique local, national et mondial.
  • Contact

Choose your language

 

 

PARTENARIAT NATURES - EURIZIA

comparer prix achat riz jasmin


 

 

 

 

2-Nous sommes tous Charlie

2014-septembre---ou-trouver-des-lactaires-delicieux-et-sa.jpg

Champignons pissacans suillius in natures paul kei-copie-1

 

 

 

 

Dans La Même Catégorie Peut-Être Aimerez-Vous Aussi :

 

mycodb
IDENTIFICATION
CHAMPIGNONS
________________

 

 
 

CNRS - La vidéo du vendredi

Merci !

free counters

LAISSEZ UN MESSAGE !
paul.keirn@gmail.com