Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Promenades champignons : "Barbes", "Sanguins" et "Délicieux"

Promenades champignons : "Barbes", "Sanguins" et "Délicieux"



Après les pluies qui ont touché le Var, puis deux jours de soleil, un explosion de champignons. Et surtout  la base d'une bonne comparaison entre Lactaire délicieux et Lactaire sanguin.
Si vous êtes amateur(e), je complèterais par des données scientifiques plus élaborées ces prochains jours avec les liens ad hoc. Ainsi que...les recettes de cuisine accompagnant ces étranges végétaux que sont les champignons (Ndr - je me corrige : en 2016, les champignons ne sont plus considérés comme des végétaux. C'est désormais une classe à part entière entre plantes et animaux, les funghis). Ce sera également l'occasion de faire un point sur les savoir-faire du Haut-Var afin qu'ils ne tombent pas dans l'oubli.

A quelque dizaines de mètres de l'endroit où nous avions trouvé le premier Lactaire délicieux de l'année , un précurseur isolé, nous retournons, sans imaginer qe pusieurs kilos de champignons nous attendent.

A commencer par celui-ci (ci-contre), décrit comme non comestible, et qui s'est avéré très fin entre les mains expertes de mon accompagnatrice,qui depuis trente ans les ramasse et les mange. Une tradition familiale bien ancrée, que partagent la plupart des habitants de cette zone sud de Brignoles.


Les grands comestibles (cèpes et autres amanites des Césars) sont des champignons symbiotiques, c'est-à-dire qui vivent en association avec un végétal ; le champignon apportant le plus souvent l'eau et les sels minéraux et le végétal chlorophyllien le sucre (glucose) résultant de la photosynthèse.

Le Clavaire (ci-contre) est lui un "saprophyte" ; il se nourrit des débris végétaux en décomposition. Point de partenariat avec ce qui est mort. 

Une autre séquence de découverte en trois clichés. Au bord d'une petite clairière orientée sud.
J'utilise toujours une boussole au début de la recherche, pour savoir les orientations. Choisir une clairière et regarder la bordure exposée au sud, non loin (1,5 mètre) d'un arbre...multiplie par dix les chances de découvrir un champignon, bon ou mauvais. La présence des "mauvais" étant une bonne indication de la présence des "bons".



Et voici (ci-dessous) le Clavaire couronné, qui se déguste après 30 à 40 minutes d'ébullition, à l'huile (d'olive bien sûr) et au vinaigre. Les habitants de la région ne connaissent aucun mode de conservation de ce champignon. Dans le Haut-Var, on les appelle "les Barbes".



Les deux premiers Lactaire délicieux sont découverts rapidement. Chapeau humide, un peu visqueux, pied creux, lamelles fragiles et libérant un lait blanc à crème. L'identification est simple. Ensuite vient le problème des variétés. Pour mémoire, dans les classifications il y a dans cet ordre le genre, l'espèce et la variété (à revoir et développer le "binome de Linné" xxx).

Ainsi, le Lactaire délicieux ne présente généralement pas ces traces vertes visibles ici. Il ne s'agit pourtant pas d'un Lactaire sanguin

L'appareil numérique sert vraiment de bloc-note...



Changement de décor, quelques dizaines de mètres plus loin, à la base d'une petite colinne, là où l'eau a pu abondamment ruisseler. L'humidité très forte est propice à l'apparition du Lactaire, qu'il soit délicieux ou sanguin. 



Rien d'étonnant à ce que le "sanguin" soit peu ramassé. Il n'est pas très attirant par l'apparence. Et surtout, vert sur fond vert, il est très bien camouflé, comme le montre ces images.





Voici donc le Lactaire sanguin. Cette fois-ci, bien que sa morphologie soit ientique au Délicieux, le rouge domine : les lamelles, la coupe du pied et surtout le liquide qui s'échappe de sa chair.


Une particularité apparaît rapidement : la partie couverte du chapeau champignon, celle qui est encore recouverte par les mousses et les herbes, reste orange. La partie exposée à l'air et à la lumière devient verte. Oxydation au contact de l'air ? Peut-être (je chercherais).
Les deux images suivantes montrent parfaitement ce phénomènee. Le champignon tel qu'il est vu est totalement vert. La photo suivante est prise alors que la mousse qui recouvrait partiellement le chapeau est dégagée : la partie qui éttait cachée est orange.





La comparaison entre le "sanguin" (ci-dessous à gauche) et le "délicieux" est bien marquée.

Cette fois-ci, une fois la main retournée, le délicieux est à gauche et le sanguin à droite.






Les variétés de Lactaire sont nombreuses. Ici le (nom latin, nom français xxx) ne fournit pas un lait orange ou rouge, mais jaune. Question à la spécialiste : on ne les mange pas. Je me demande s'il est pour autant toxique. Résultat : non toxique mais à saveur acre, donc

immangeable.



Le biotope est toujours le même : un sol acide, très humide.  C'est-à-dire du sable, des limons sableux, un sol assez pauvre avec peu d'humus. La couverture végétale est classique de ces sols sableux : les pins, les fougères, les grade bruyères (ou "brandes"), les houx, les genêts. Un biotope très proche de celui que l'on trouve dans les Landes.


Erica
La journée myco est terminée. Au loin vers le nord, la barrière formée par les Alpes. Une densité de population très faible et un impact sur la nature tout aussi faible. Le Var est le premier des départements français en production de miel. Nous sommes au pays de la vigne, de l'olivier et du blé dès que le sol devient plat. C'est ainsi que Fernand Braudel définissait l'"économie" de la Méditerranée, le blé, la vigne et l'olivier.

 

-o0o-

 

Partenariat NATURES - EURIZIA
A la découverte des meilleurs riz

Partager cette page

Repost 0