Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

La corde d'arc en boyau.

La manière la plus simple de faire une corde pour arc est d'utiliser le boyau. C'est-à-dire l'intestin grêle des mammifères. Pour l'aspect encyclopédique, le "catgut" est une déformation du viel anglais "kitgut" (corde de violon). Par déformation et traduction littérale, catgut est devenu "boyau de chat".
En fait les seuls boyaux qui sont utilisés actuellement par les charcutiers-traiteurs sont les boyaux de mouton (pour faire les chipolatas et les merguez ) et les boyaux de porc pour faire le boudin et les saucisses. Pour quelques euros, voire gratuitement, votre charcutier mettra à votre disposition ces boyaux (vérification faite, ils disposent de boîtes contenant 180 mètres de boyaux...).

Après estimation soigneuse, il vous faudra 4 rubans de boyaux de porcs, chacun d'une longueur d'1,80 mètre pour faire une corde d'arc de 3mm de diamètre.

Que ce soit du porc ou du mouton l'expérimentation est strictement la même.

Coupez en amont l'intestin grêle au sortir de l'estomac et le couper au niveau de son entrée dans le colon (gros intestin). Il est préférable de faire cela dans l'eau d'une rivière pour éviter l'odeur répulsive qui s'en dégage. Faire entrer l'eau dans le tube et délicatement, entre le pouce et l'index, videz-le. Refaire plusieurs fois même opération. Attention, ce ruban fait très facilement des noeuds. Enroulez-le sur une branche quelconque ou une planchette. C'est le moment de le vider d'éventuelles bulles d'air. La description est longue, mais la pratique demande une quinzaine de minutes.

Coupez deux branches vertes ; fendez les dans le sens de la longueur jusqu'à la moitié.
Glissez le début des quatre rubans d'un mètre quatre-vingt dans cette fente. Ligaturer le bout de la branche fendue afin de serrer les rubans de boyaux (cela peut se faire facilemment avec des tiges d'orties séchées). Cette petite branche sera nouée à une branche d'arbre plutôt horizontale à 1,80 m de hauteur. Faire de même avec l'autre extrêmité des boyaux et cette fois associez cette petite branche à une bûche ne pesant pas plus de 500 à 700 g. Ce poids tend les boyaux verticalement et de plus est mobile : elle peut précisément être tournée sur elle-même. Ce qui est tout l'intérêt du procédé : la torsade.

L'action principale commence. Faire tourner la bûche tranquillement jusqu'à ce que l'on parvienne à un degré de torsion à la limite de la double torsade (comme sur les avions à élastique des enfants). Une surtorsion risquerait de rompre la corde en formation.
On fera également attention à répartir la torsion tout du long des boyaux en utilisant pouce et index. S'il advenait qu'une bulle d'air résiduelle aparaisse, il suffira de la crever pour faire sortir l'air.

Attendez jusqu' à temps que le boyau ne soit plus glissant, c'est-à-dire une demi-heure.

A ce moment, le boyau est assez solide pour subir une seconde torsion dans la continuité de la première. Ne pas surtorsader le fil. Laissez le sècher. L'ensemble perdra environ 10 cm de longueur. Deux heures plus tard, graissez légérement la corde et coupez-la en haut et en bas. Enroulez votre corde d'arc mais pas trop serré : la "bobine" doit avoir au moins 7 cm de diamètre.
La corde est prête à être fixée sur une branche de hêtre (de préférence). Votre arc est terminé.

Partager cette page

Repost 0