Natures

gaz-de-schiste-les-264-risques-exploitation-du-gaz-de-schis.jpg  Partager cet article : http://0z.fr/RRh-t

Mission-pour-la-science-Ambassade-des-Etats-Unis.jpg  

La MS&T, Mission pour la Science et la Technologie de l'Ambassade de France aux Etats-Unis, à Washington DC, a publié le 22 mars 2013 un article sous le titre "Quels consensus sur les risques liés à l'exploitation du gaz de schiste" (source : http://france-science.org/Bulletin-Electronique,1224.html )

Le support de l'article est le site de l'ADIT (http://www.adit.fr/), qui est l'Agence pour la diffusion de l'information technologique : une société nationale française, leader auropéen de l'intelligence économique et stratégique. Pour qui aime le renseignement , l'ADIT est la source inépuisable et exceptionnelle de l'évolution du monde. Et notamment les "bulletins de l'ADIT" émamant de toutes les ambassades sur tous les sujets.

Logo-ADIT-in-natures-paul-keirn-copie-1.jpg

L'article que met en exergue la MS&T cette semaine est une étude américaine sur les risques de l'exploitation du gaz de schiste. Pas moins de 215 experts ont contribué à la réalisation de cette étude de la RFF, la très respectée "Resource for the future", une organisation indépendante qui s'est donné pour tâche d'expertiser les données technologiques. 215 experts pour 264 risques liés à l'exploitation du gaz de schiste ! Une somme incontournable résumé ci-dessous par la MS&T via l'ADIT. 

Cette reproduction est faite dans le respect de l'utilisation des articles de l'ADIT :

  ambassade-de-france-in-natures-paul-keirn.jpg

Ambassade de France à Wahington DC

 

BE Etats-Unis 325  >>  22/03/2013

Energie & Environnement

Quel consensus sur les risques liés à l'exploitation du gaz de schiste ?

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72619.htm

Alors que le gaz de schiste reste l'un des principaux sujets des mobilisations et débats environnementaux aux Etats-Unis, le think tank Ressources for the Future vient de publier une étude rassemblant les avis de 215 experts (universitaires, industriels, membres d'ONGs et de l'administration) sur les risques liés à l'exploitation du gaz de schiste et à la fracturation hydraulique. Les experts semblent s'accorder sur les principaux risques, qui ne sont d'ailleurs pas forcément ceux habituellement évoqués dans les débats.

Les experts ont identifié :

- les risques qui leurs semblent prioritaires dans la gestion quotidienne des sites, parmi une liste de 264 risques liés à l'exploitation du gaz de schiste (du développement du site à l'abandon du puits, listés dans la "matrice des risques" mise au point par RFF).

- les risques prioritaires pour réduire les accidents potentiels

- l'autorité qui leur semble la plus adaptée pour réduire ces risques : le gouvernement (par l'adoption de régulations), l'industrie (pas des actions volontaires) ou une combinaison des deux.

 

La "matrice des risques" [1] liés au développement du gaz de schiste a été développée par RFF avec l'aide de spécialistes du secteur (géologues, hydrologues, économistes, représentants de l'industrie, des ONGs, ...). Cette liste comprend 264 risques sociaux et environnementaux potentiels de chaque activité associée au développement de l'exploitation des gaz de schiste. Les activités sont classées en 6 catégories :

1) développement du site et préparation,
2) activité de forage,
3) 
fracturation,
4) utilisation du puits et production,
5) fluide de fracturation, stockage et 
traitement de l'eau utilisée et
6) autres activités. Elle est disponible sur le site de RFF (voir 
sources).

 

Un relatif consensus

 

RFF a demandé aux experts de lister les risques qui leur semblaient prioritaires dans ceux liés à l'exploitation quotidienne des gaz de schiste. Parmi les 20 risques cités le plus souvent par les experts, 12 sont communs. Un schéma interactif réalisé par RFF permet de bien visualiser ces "risques consensuels" [2] et au contraire, les risques évoqués uniquement par certains experts. Sept de ces "risques consensuels" concernent la qualité des eaux de surface, notamment le risque de dispersion du fluide et des eaux utilisées pour la fracturation et les difficultés liées à leur stockage. Deux sont relatifs à la qualité de l'air, en particulier aux émissions de méthane qui contribuent fortement au réchauffement climatique, et deux autres mentionnent la qualité des eaux profondes (aquifères). Enfin, l'un de ces douze risques évoque la perturbation des habitats autour du site d'exploitation. Parmi les risques prioritaires sur lesquels les experts divergent, il est intéressant de noter que les perturbations pour les populations locales, en particulier les ondes sismiques, ont été identifiées comme prioritaires par les experts de l'industrie et du monde académique mais pas par les experts gouvernementaux ou ceux des ONGs.

Ces "risques consensuels" ne sont pas ceux généralement évoqués dans les débats publics (l'impact sur l'eau potable des aquifères étant bien plus souvent mentionné que l'impact sur les eaux de surface). Autre élément surprenant, sur les 12 risques évoqués par l'ensemble des experts, seuls 2 sont spécifiques à l'exploitation des gaz de schiste ; les autres, notamment la construction de routes, de plateforme d'exploitation ou encore le risque de fuite, sont des risques également associés à l'exploitation du gaz naturel et du pétrole en général.

Les risques liés aux conséquences environnementales de l'exploitation du gaz de schiste font également un consensus global. Parmi les 10 priorités listées par les différents experts, six sont communes et sont liées à la gestion des eaux et du fluide de fracturation utilisés, en particulier aux risques présentés par les éléments naturellement radioactifs qui sont ainsi remontés à la surface.

Au-delà des risques liés à l'exploitation quotidienne du site, les experts ont également été interrogés sur les risques d'accident. Les experts des ONGs sont ceux qui ont exprimé le plus d'inquiétudes quant à la probabilité d'accidents et la gravité de leurs impacts. En revanche, la liste des 3 risques principaux d'accidents de tous les experts comprend deux risques d'accidents communs (rupture des tubages et du ciment), la troisième priorité variant entre une fuite dans le stockage des eaux usées (pour les experts des ONGs, du gouvernement et du monde académique) et les accidents de camion (pour l'industrie).

Enfin, sans surprise, l'autorité en charge de la prévention de ces risques doit être le gouvernement d'après les experts des ONGs, du monde académique et du gouvernement. A l'inverse, la moitié des experts de l'industrie estime que l'industrie devrait assurer ce rôle (contre moins d'un tiers des experts des autres domaines). Pour réduire ces risques, les experts estiment que le gouvernement et l'industrie doivent travailler ensemble dans le développement du gaz naturel. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les impacts de l'exploitation du gaz de schiste sur la qualité des eaux et de l'air.

RFF espère que cette étude pourra aider les différents acteurs à mieux évaluer les risques et les bénéfices de l'exploitation du gaz de schiste. Le président Obama a justement annoncé la semaine dernière, dans un discours au laboratoire national d'Argonne dans l'Illinois (voir son discours ci-dessous), la création d'un fonds fiduciaire dédié à la transition énergétique de 2 milliards de dollars, alimenté par les revenus liés aux concessions pétrolières et gazières sur les terrains fédéraux. Cela fait craindre aux associations environnementalistes une augmentation du nombre de permis d'exploitation délivrés. Si la Maison Blanche a démenti et assuré que ce fonds n'était pas lié à une augmentation des permis, certains Républicains au Congrès en font une condition nécessaire pour soutenir le projet. Les modalités précises du financement de ce fonds n'ont pas encore été discutées au Congrès et de nombreuses incertitudes demeurent mais une chose est sûre, le débat sur les risques associés au gaz de schiste n'est pas terminé.

 

- [1] La matrice et le rapport sont disponibles en ligne sur http://redirectix.bulletins-electroniques.com/51pJD

- [2] Le schéma est disponible à l'adresse suivante : http://redirectix.bulletins-electroniques.com/BI63X

Rédacteurs :

- Céline Ramstein, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org ;

- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

 

Mention légale :

BE Etats-Unis numéro 325 (22/03/2013) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - 

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72619.htm

 

ADIT-in-natures-paul-keirn.png

Dim 24 mar 2013 Aucun commentaire