Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Trophées de la Malbouffe 2014 : FOODWATCH fait la remise des prix !

2 Octobre 2014 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #DEFENSE DES CONSOMMATEURS

Foodwatch-remise-des-trophees-du-pire-marketing-2014-Paul-.jpg

 

FOODWATCH COMMUNIQUE

2/10/2014 - Newsletter de FOODWATCH

 

Bonjour,

 

C’est une récompense dont l’industrie alimentaire a honte; d’ailleurs, elle n’en veut pas et préférerait que foodwatch ne l’ait jamais inventée ! Mais quand 184.000 consommateurs allemands et hollandais décident que Nestlé et Coca-Cola méritent le trophée du pire marketing pour deux de leurs produits destinés aux enfants, foodwatch se doit d’aller remettre le fameux prix à ces fabricants peu scrupuleux… Dont acte.

Une visibilité médiatique dont les fabricants se seraient bien passés

Hier matin donc, à l’aube, nos collègues de foodwatch Allemagne et foodwatch Pays-Bas ont enfilé leur costume d’aliments géants, sous le regard des médias présents, avec la ferme intention de remettre leur prix aux gagnants. Vous vous souvenez de cette fois où l’on a tenté de vous faire avaler quelque chose dont vous ne vouliez vraiment pas ? C’est à peu près la réaction qu’ont eue Nestlé et Coca-Cola : « Non, merci ».

food-watch-01.jpg Clic !

Un lait Nestlé pour bébés qui favorise surpoids et caries : gagnant 2014 foodwatch Allemagne

Ce repas du soir Nestlé (Alete) à base de lait et de céréales, destiné aux bébés dès dix mois, paraît inoffensif sur le papier mais est en réalité bien trop riche pour les tout-petits : sa consommation favorise prise de poids excessive et autres caries. Un sérieux risque qu’a d’ailleurs souligné la société des pédiatres allemands. Dès 2007, ces professionnels ont alerté les géants de l’agroalimentaire, les invitant à retirer ce type d’aliment de la vente. Nestlé est resté sourd aux recommandations des médecins. Alete se dit toujours bon pour la santé et promet même une croissance saine pour les bébés ! Un scandale.


Capri-Sun, presque aussi sucré qu’un Coca : gagnant 2014 foodwatch Pays-Bas

Les consommateurs néerlandais ont élu Capri-Sun, une boisson destinée aux enfants et distribuée en France par Coca-Cola. On croit avoir affaire à un jus de fruit… mais chaque petite pochette contient presque autant de sucre qu’un Coca ! Lorsqu’il s’agit d’induire en erreur, Capri-Sun sait mettre les bouchées doubles : pour les enfants un emballage alléchant et ludique, pour les parents un coup de bluff censé leur faire oublier que la boisson à base de « délicieux jus et eau minérale » ne contient que 12% de jus concentré. Ces petits arrangements sont d’autant plus révoltants qu’ils se font sur le dos des enfants, directement ciblés par un marketing inacceptable. Des pratiques que foodwatch dénonce depuis plusieurs années et mises en lumière par le vote massif des consommateurs.

 

En France aussi

Depuis 2007, année du lancement du trophée cocasse et néanmoins efficace, 4 produits sur 10 incriminés par foodwatch ont changé leur étiquetage, leur composition ou ont tout simplement disparu du marché : Saint-Albray, Danone... Preuve que la pression des consommateurs – celle que vous et nous exerçons – paie.

La France n’est pas à l’abri des ruses légales des fabricants qui se croient invulnérables. Ainsi, les boissons Capri-Sun ont pris d’assaut le marché français avec les mêmes méthodes et la même recette que celles qui ont révolté nos voisins européens. C’est pour cela qu’en France également, foodwatch met les industriels face à leurs responsabilités, pour obtenir la transparence que les consommateurs méritent.

 

Ne gardez pas cette info pour vous !

 

Vous êtes déjà très nombreux à vous mobiliser et à signer les pétitions foodwatch ciblant ces grands noms de l'industrie alimentaire qui ne se gênent pas pour nous induire en erreur  : 

Leclerc et son filet de dinde qui contient une quantité de non-négligeable d'eau et d'algues alors que l'emballage brouille les pistes avec sa mention 100% filet ;

https://www.change.org/p/e-leclerc-cessez-de-nous-vendre-de-la-dinde-%C3%A0-l-eau-p%C3%A9tition-dindonsdelafarce-3

 

Vrai et son yaourt bio arôme fruits rouges qui ne contient pas de morceaux de fruits du tout et un arôme qui n'est même pas bio ;

https://www.change.org/p/vrai-renoncez-aux-ruses-avec-votre-yaourt-bio-pas-si-bio-que-%C3%A7a

 

Maggi (Nestlé) et sa soupe boeuf-carottes... sans boeuf alors que l'emballage présente un généreux morceau de viande ;

https://www.change.org/p/nestl%C3%A9-vous-vous-moquez-de-nous-avec-votre-soupe-maggi-cherchezleboeuf

 

Puget et sa vinaigrette à l'eau et à l'huile de colza ;

https://www.change.org/p/puget-lesieur-cessez-de-trahir-notre-confiance-avec-votre-vinaigrette-%C3%A0-l-eau

 

Lustucru pour ses tortellini parmesan-jambon cru surtout remplis d'ingrédients bon marché et bien moins ragoûtants.

https://www.change.org/p/lustucru-frais-directeur-g%C3%A9n%C3%A9ral-lustucru-cessez-de-nous-prendre-pour-des-f%C3%AAl%C3%A9s

 

Bravo, continuez à mettre la pression ! L'expérience nous le prouve : les géants de l’agroalimentaire présents partout en Europe ne peuvent se cacher éternellement derrière un « non, merci ». Parce que vous allez en décider autrement. Faites passer le mot : partagez l'info et invitez vos proches à s’inscrire à notre newsletter. Merci.

 

https://www.facebook.com/foodwatchFR

 

A LA SUITE DE CETTE REMISE DE PRIX, NATURE(S) SOUTIENT FINANCIEREMENT FOODWATCH

FOODWATCH se présente:

"foodwatch lutte pour les droits des consommateurs

foodwatch est une organisation politique qui défend les droits du consommateur. Nous voulons que, dans un marché transparent, le consommateur puisse librement décider de ce qu’il mange, en toute connaissance de cause et sans risque.

Quel est le problème ?

Nous ne choisissons pas seuls notre nourriture. Nous, consommateurs, sommes souvent les victimes impuissantes de règles édictées par le secteur agroalimentaire au monde politique. Car ce sont bel et bien les lobbyistes de l'industrie qui décident de ce qui atterrit dans nos assiettes ! L'industrie n'a aucun intérêt à être totalement transparente sur ce que nous consommons. Or nous avons le droit de savoir. Pour mettre fin à cette situation et faire respecter nos droits en matière d'alimentation, nous, consommateurs, devons joindre nos forces. foodwatch est là pour faire entendre nos revendications.

Pour cela, foodwatch exige :

Que les lois protègent les droits des consommateurs – et pas seulement ceux de l’industrie.

Que les consommateurs aient enfin la liberté de choisir ce qu’ils veulent manger en connaissance de cause, qu’ils sachent ce que contiennent leurs denrées alimentaires.

Que l’industrie cesse d'abuser de la publicité mensongère pour vendre ses produits.

Que tout le monde ait assez à manger et puisse se permettre d’accéder à une alimentation équilibrée.

Que les denrées alimentaires ne présentent pas de risques pour la santé des consommateurs.

Que les consommateurs puissent se faire entendre : tant que nous ne nous unirons pas pour défendre nos intérêts, l’industrie agroalimentaire restera aux commandes.

Comment travaille foodwatch ?

foodwatch réalise des recherches et des analyses indépendantes.

foodwatch dévoile les cas de publicité mensongère les plus scandaleux de l’industrie agroalimentaire.

foodwatch désigne les responsables : pas de faux-fuyants mais des noms.

foodwatch fait des propositions de loi et met les politiciens face à leurs responsabilités..

foodwatch informe et mobilise les consommateurs.

foodwatch travaille en tant qu’association à but non lucratif depuis 2002 en Allemagne. L'ONG se finance grâce aux cotisations et aux dons de plus de 25.000 donateurs (chiffres de décembre 2012). Depuis 2009, foodwatch compte aussi un bureau à Amsterdam (Pays-Bas). foodwatch France a été créée en juillet 2013 avec le statut d'association loi 1901.

L'intérêt des consommateurs et l'indépendance sont nos priorités absolues. foodwatch refuse donc systématiquement toute aide de l’État. Pour éviter tout risque de conflits d'intérêts et ne subir aucune pression visant à influencer son travail, foodwatch n'accepte pas non plus de fonds provenant de l’industrie agro-alimentaire et des grandes entreprises de la distribution alimentaire.

-o0o-

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article