Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - TCHERNOBYL - 26 avril 1986-2011 - Quoi de neuf N°33 - Dernières nouvelles - NATURE(S)

25 Avril 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

 

 Tchernobyl-quoi-de-neut---natures-paul-keirn.jpg L'actualité en direct sera mise à jour tout au long de la journée, et placée à la suite des épisodes du film "La bataille de Tchernobyl". 


picto appel news en line fukushima - natures paul keirn Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

 

TCHERNOBYL - FUKUSHIMA, MEME COMBAT !

A commencer par celui de faire sortir la vérité...

Associer "Quoi de neuf ?" à Tchernobyl peut paraître étrange. Et pourtant qui sait aujourd'hui que les 500 000 à 800 000 "liquidateurs" ont permis d'éviter une seconde explosion à Tchernobyl, bien supérieure à celle d'Hiroshima et qui aurait entraîné la mort de millions d'européens. Et bien d'autres informations trop souvent méconnues.
 "La bataille de Tchernobyl" est l'un des films qu'il faut avoir vu, qu'il faut faire voir autour de soi, qui va au-delà des querelles partisanes et dévoile - il en est encore besoin - ce que représente vraiment le nucléaire en tant que choix énergétique dominant.
Avant le film, ci-dessous, juste une minute, l'animation de l'IRSN, qui montre que - peut-être vous, peut-être moi - allons mourir d'un cancer lié au passage du nuage de Tchernobyl.

Partager      

Animation de l’IRSN qui montre le déplacement du panache radioactif par la représentation de l’activité volumique du césium 137 au dessus de l’Europe entre le 26 avril et le 6 mai 1986.



 

La bataille de Tchernobyl

Auteur/Réalisateur : Thomas Johnson

Producteur : Play Film

Pays : France

Durée : 94’ 

Le 26 avril 1986, 1 h 23 du matin. Une flamme aux couleurs arc-en-ciel de 1 000 mètres de haut s’élève dans le ciel d’Ukraine.

Le quatrième réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl explose. Le plus grave accident nucléaire de l’Histoire vient de se produire.
Quelques jours plus tard, une deuxième explosion menace, une explosion nucléaire au cœur de l’Europe, plus puissante qu’Hiroshima. Pendant sept mois, cinq cents mille soldats, mineurs, civils, baptisés depuis "les liquidateurs", sont envoyés de toutes les Républiques d’Union soviétique pour se battre, au péril de leurs vies, et tenter de "liquider" la radioactivité et écarter toute nouvelle menace. Une véritable bataille.
Sept mois, d’une intensité phénoménale, que les survivants ne sont pas prêts d’oublier...

 

Prix festivals : 2006 : Prix Italia ; Mention spéciale au prix Europa - Berlin ; Golden Chest International TV Festival - Sofia - Bulgarie ; Festival International du

Sélections festival : EcoFilms- 2007 - 2007 : Göteborg International Film Festival - Suède ; FIPA - Biarritz - France ; Festival INPUT ; Festival Images mouvementées - Festival Unaff - Stanford - USA ;

Coproduction : France 3, Discovery International Networks

 

Générique :
Réalisateur: Thomas John
Son,
Image: Nicolas Duchêne, Nikolay Goncharenko, Christopher Wood,
Son: Mikhail Fedulov, Georgy Komlev,
Montage: Jérôme Legrand,

Musique: Benoit Pimont, Commentaire: Olivier Julien, Léo Morfin 

Le film est présenté ici par tranches d'une vingtaine de minutes, tel qu'il peut être vu sur Dailymotion.

 

 


La bataille de tchernobyl 1/5 

Ecrire un commentaire  

Partager      

 


LA BATAILLE DE TCHERNOBYL 2/5 

Ecrire un commentaire  

Partager      

 


LA BATAILLE DE TCHERNOBIL 3/5 

Ecrire un commentaire  

Partager      

 


La bataille de tchernobyl 4/5 

Ecrire un commentaire

Partager      


La bataille de Tchenobyl 5/5

Ecrire un commentaire 

Partager      

 

...---... INFOS RELEVEES A 16H000

Faits-divers-.jpg

TIENS ! DES FAITS DIVERS !...


REUTERS 12:19

L'Ukraine marque le 25e anniversaire de l'accident de Tchernobyl

En 1986, les autorités soviétiques avaient retenu pendant 48 heures la nouvelle de la catastrophe. Dmitri Medvedev, qui a reçu lundi au Kremlin des survivants des opérations de nettoyage à la centrale, a estimé qu'il fallait davantage de transparence pour les situations d'urgence nucléaires.

"Je pense que notre pays doit tirer les leçons des événements - à la fois de l'accident de Tchernobyl en 1986, déjà éloigné dans le temps, et de la tragédie récente au Japon. Peut-être, la leçon la plus importante est-elle la nécessité de dire la vérité à la population", a-t-il dit.

http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/l-ukraine-marque-le-25e-anniversaire-de-l-accident-de-tchernobyl-26-04-2011-1323292_240.php

 

7sur7.BE

.../...

On dénombre actuellement 55 réacteurs, bien que le Japon ait entretemps connu plusieurs problèmes, dont un critique en 1999 à Tokai-mura (moins de 150 km au nord-est de Tokyo), à la suite d'une mauvaise manipulation. "L'accident de Fukushima va nécessairement rouvrir le débat au Japon et modifier l'avenir de l'énergie nucléaire, c'est certain", assure un spécialiste du secteur. Et d'ajouter que "les projets de 14 réacteurs supplémentaires d'ici à 2030 sont susceptibles d'être remis en cause". 

Il faudra placer judicieusement le curseur, sachant que "le Japon a besoin d'énergie et que les fondamentaux sont toujours les mêmes: pas de ressources fossiles et obligation de diminuer les émissions de CO2", rappelle un industriel, selon qui "l'électricité d'origine nucléaire ne sera pas abandonnée dans l'archipel". (afp)

http://www.7sur7.be/7s7/fr/9776/Seisme-et-tsunami-au-Japon/article/detail/1255478/2011/04/26/Un-deuxieme-Tchernobyl-impensable-Plus-maintenant.dhtml

 

EUROPE1

La présidente de la région Poitou-Charentes et candidate à la primaire du Parti socialiste, Ségolène Royal, a estimé mardi sur France Inter qu'"il fa(llait) ramener le nucléaire à une énergie d'appoint", et a proposé de "garder une ou deux centrales" qui "serviront d'appui".

 

 

NORD-ECLAIR

Le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl explosait au cours d'un test après une erreur de manipulation, provoquant des rejets radioactifs vers une bonne partie de l'Europe.

25 ans plus tard, plus de 100 000 personnes se sont retrouvés près des centrales nucléaires, en Allemagne et en France, pour s'opposer à cette filière.

.../...

Sur 12 sites allemands, au moins 80 000 manifestants ont réclamé l'abandon par la chancelière Angela Merkel du sursis de 12 ans qu'elle a accordé aux centrales nucléaires en arrivant au pouvoir. Celles-ci devaient initialement être fermées en 2020.

http://www.nordeclair.fr/France-Monde/France/2011/04/26/a-100-000-contre-le-nucleaire.shtml

 

MIDI LIBRE

C’est l’association Action Environnement qui l’a révélé ce matin au cours d’une conférence presse en ce jour de vingt-cinquième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl et six semaines après le drame de Fuskushima : il n’y a pas de radioactivité anormale relevée en Aveyron. Mais cela ne signifie pas que le nuage radioactif, consécutif à l’accident nucléaire du Japon, n’a pas survolé le département et que des gaz ou autres particules ne le contaminent pas.

 

picto appel news en line fukushima - natures paul keirn Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

game-over-you-lost 26/04/2011 19:35



Paul, oui il y a des gens délirants qui voient partout des francs maçons ou des Juifs en train de comploter mais là on ne parle pas de ça!!


Le FMI a été crée par les US et la CIA


oui on prête et on endette des Pays qui ont des ressources que l'on veut s'accaparer.


cherchez plûtôt dans ce sens !!!


Le Fonds monétaire international (FMI) est une institution internationale regroupant 185 pays, dont le rôle est de « promouvoir la coopération monétaire
internationale, de garantir la stabilité financière, de faciliter les échanges internationaux, de contribuer à un niveau élevé d’emploi, à la stabilité économique et de faire reculer la
pauvreté ».


Le FMI assure donc la stabilité du système monétaire international et la gestion des crises monétaires et financières. Pour cela, il fournit des crédits aux pays
qui connaissent des difficultés financières telles qu'elles mettent en péril l'organisation gouvernementale du pays, la stabilité de son système financier (banques, …), ou les flux d'échanges de
commerce international avec les autres pays.


Lors d'une crise financière, pour éviter qu’un pays ne fasse « faillite » (c’est-à-dire que ce pays ne puisse plus payer ses dépenses primordiales, comme
le paiement des fournisseurs ou des salaires des fonctionnaires), le FMI lui prête de l’argent le temps que la confiance des agents économiques revienne. Le FMI conditionne l’obtention de prêts à
la mise en place de certaines réformes économiques.


L’institution a été créée en 1944 et devait à l’origine garantir la stabilité du système monétaire international, dont l’écroulement au moment de la Grande
dépression des années 1930 avait eu des effets catastrophiques sur l’économie mondiale. Après 1976 et la disparition d’un système de change fixe, le FMI a hérité d’un nouveau rôle face aux
problèmes d’endettement des pays en développement et à certaines crises financières.


Là où il intervient, le FMI, avec l’aide d’autres organisations internationales octroyant des prêts (comme la Banque mondiale), négocie donc des plans dits
d’Ajustement structurel. Ils consistent généralement à améliorer les conditions de production et d’offre via la promotion des mécanismes du marché. Parmi les mesures concrètes souvent
exigées on trouve, l’ouverture du pays aux capitaux étrangers et au commerce international, la libéralisation du marché du travail et la réduction du poids de l’État, c’est-à-dire la
privatisation de nombreuses entreprises. L’économiste américain John Williamson a regroupé l’ensemble de ces idées sous le terme de « consensus de Washington », en soulignant qu’elles
sont partagées par la plupart des grandes organisations internationales (Fond monétaire international, Banque mondiale, Organisation mondiale du commerce…) dont la plupart ont leur siège à
Washington.


Ces plans ne prévoient pas de baisses d'impôts, mais en général des baisses de dépenses conjuguées à des hausses d'impôts afin de rétablir l'équilibre budgétaire des états à problème. Par
exemple, au Cameroun, le plan d'ajustement s'est traduit par des hausses de la fiscalité au point que le groupement patronal a dû demander une « pause fiscale » de deux ans pour pouvoir
faire face aux nouveaux impôts.


Les interventions du FMI se sont multipliées dans les pays en développement à partir des années 1980 qui virent éclater la crise de la dette du Tiers Monde, notamment à partir de 1982 et la
cessation de paiement du Mexique. Toutefois le FMI est aussi parfois intervenu dans des pays développés, comme en Corée du Sud à la fin des années 1990.


Des critiques ont pour source la plupart des organisations altermondialistes et proviennent également d'économistes réputés libéraux (cf. Friedman…) ou de la Banque mondiale. Elles considèrent
que les interventions du FMI, même si elles permettent un dépannage momentané des pays du tiers monde qui les acceptent, aggravent la pauvreté et les dettes en supprimant ou diminuant la capacité
d'intervention de ces États, ce qui les empêcherait de mieux régler leurs problèmes. L'argument principal se base sur le fait que le FMI préconise les mêmes recommandations économiques et
globalement les mêmes plans d'ajustement structurel (essentiellement des privatisations et des ouvertures du marché intérieur) à tout pays demandeur d'aide, sans analyser en profondeur la
structure de chacun. Sur la base du « Consensus de Washington », il préconiserait le plus souvent une plus grande ouverture aux capitaux, aux services et
biens mondiaux, la privatisation des entreprises publiques ainsi que l'austérité budgétaire. On peut prendre comme exemple l'Argentine, qui était considérée comme un pays modèle par le FMI (pour
avoir suivi à la lettre ses recommandations), mais qui a connu une grave crise économique en 2001, entraînant le chaos (avec cinq présidents en dix jours en 2001).


À ce sujet, l'américain Joseph E. Stiglitz a développé ces critiques, notamment sur la période 1990-2000, dans son livre La Grande Désillusion (2002). Au sujet de l'intervention du FMI dans les
pays asiatiques, notamment l'Indonésie, l'économiste libéral Milton Friedman, a même déclaré que « sans le FMI, il n'y aurait pas le problème de l'Asie. Il y aurait
peut-être des cas isolés, comme la Thaïlande, mais [qu']il n'y aurait pas une si grande crise à travers l'Asie ». La direction de la Banque mondiale s'est également montrée distante
par rapport à la position du FMI et a renforcé l'impression que les deux institutions ne parlent plus systématiquement d'une même voix. M. James Wolfensohn neuvième président de la Banque
mondiale, dans son discours du 6 octobre 1998, a déclaré « qu'il souhaiterait que les programmes de sauvetage financier attachent plus d'importance aux préoccupations
sociales (comme le chômage) et que le FMI insistait trop en revanche sur la stabilisation des monnaies ».


Dans son livre The Globalisation of Poverty, Michel Chossudovsky impute au FMI l'éclatement de la fédération yougoslave, qui «est directement relié au programme de restructuration
macro-économique imposé au gouvernement de Belgrade par ses créanciers de l'extérieur. Adopté en plusieurs étapes depuis 1980, ce programme a contribué à déclencher l'effondrement de l'économie
nationale qui a mené à la désintégration du secteur industriel et au démantèlement graduel de l'État providence. Les tendances séparatistes alimentées par les divisions sociales et ethniques ont
justement pris leur élan pendant une période d'appauvrissement brutal de la population yougoslave. »


Les populations peuvent être très critiques face aux politiques d'ajustement structurel (PAS). Par exemple, la population sénégalaise ne comprend pas pourquoi ce pays a dû privatiser tant ses
chemins de fer, ce qui a abouti à la suppression de la ligne, que son Office national vétérinaire, mesure conduisant à l'élévation des prix des produits vétérinaires, entraînant un développement
des épidémies et des parasites et aboutissant à décimer des troupeaux, abaisser la qualité sanitaire des animaux, et empêchant les exportations du bétail. La situation en Guinée et au Ghana est
sensiblement la même. En Mauritanie, la suppression de la propriété collective traditionnelle de la terre a entraîné une concentration de la propriété foncière dans les mains de transnationales
agro-alimentaires.


Le problème peut être lié à la fois à une mauvaise connaissance du terrain par le FMI, et à une mauvaise communication de sa part.


Enfin, le FMI a subi un second revers en Amérique Latine, notamment en Argentine, dont le président Nésto



Paul Keirn 26/04/2011 23:57



Oui, bel exposé, que je partage totalement. Souvent il y a un mix composé d'ingérence par ouverture des marchés, d'influence notamment par la CIA et aussi des idioties technocratiques sans
oublier les ravages de l'économétrie. Ne pas oublier qu'un systeme créé en 44 est par nature un outil de la guerre froide et qu'un des objectifs US est d'empêcher que, comme les dominos, des pays
tombent sous la coupe de régimes communistes staliniens. Cela me rappelle l'intervention des Etats-Unis en Egypte, retournant les terres sur 1,20 mètre avec des bull-charrues, d'un air de dire,
vous égratignez la terre avec vos araires, c'est ridicule. Et la latérite de remonter en masse, rendant les champs stériles pour une décennie. Bel exemple de technocratie et de mépris des
populations. L'idée que je souhaite te faire partager, c'est que toutes ces instances de pouvoir ne sont pas huilées, mais dysfonctionnent allégrement bien qu'ayant toutes les cartes en main.



game-over-you-lost 26/04/2011 16:08



Avez vous tapé FMI CIA ??


vous verrez que tout ça est une même chose!


C'était pour répondre à la démocratie en Afrique du Nord que vous m'aviez cité dans les "bonnes nouvelles"


Hé oui: Un jour on s'endort et quand on se réveille c'est trop tard



Paul Keirn 26/04/2011 18:18



On tombe sur de nombreux sites qui sans en avoir l'air retombent tous dans les folies d'un prétendu complot judéo-maçonnique. C'est éculé et surtout ça ne se passe pas comme ça dans la réalité.
C'est du fantasme. Regardez d'ailleurs comment c'est construit : des masses d'affirmations sans source, des allusions perfides, et on recommence. Pour avoir cotoyé cet univers un certain temps,
je peux vous dire qu'il s'agit plutôt d'un vaste échiquier où tout le monde déplace des pions (mieux, le jeu de go avec 25 couleurs de pions !), où chacun tire le maximum de couverture à soi.
Chacun fait une multitude d'alliances et finit par trahir une bonne moitié d'entre elles. c'est vrai au niveau des personnes comme au niveau des Etats. S'il en était autrement, tout serait
beaucoup plus simple. Mais ce c'est pas le cas. Pour mieux comprendre, il faut faire de l'histoire (de chaque pays), de la géopolitique (de chaque pays), de l'économie, étudier les forces en
présence (partis, groupes de pression, pouvoirs divers et variés), regarder les objectifs affirmés, scruter le rôle des services spéciaux, du Quai d'orsay (MAE). Et dans ce train fou, il est sûr
que les aspirations "populaires" comptent pour peu de chose, sauf au moment des élections. De ce côté là l'objectif "pas de vague" est mondial.  Mais l'objectif n'est pas non plus atteint !
Heureusement ! Enfin, croyez bien que je ne dors pas (sourire).



game-over-you-lost 26/04/2011 12:42



Merci Paul d'être optimiste à ma place ,de prendre le relais, car moi, je n'en suis plus capable.


Concernant les exemples de luttes cités, je ne veux pas m'engager dans un long débat qui m'épuiserait encore plus que je ne le suis déjà .Mais je vais vous donner quelques pistes à explorer que
vous ne connaissez peut-être pas:


à mon tour de mettre une pièce dans le Jukebox


Il suffit de chercher quelques mots sur google:


1/ projet Haarp


2/ FMI et  CIA


-la sécu tout le monde connait et tout le monde sait que ça fonctionne bien


- le front populaire et les congés payés formidable et aujourd'hui l'allongement du temps de travail ( jusqu'à épuisement ) alors que beaucoup de jeunes ne peuvent accéder à l'emploi.


......


 


 



Paul Keirn 26/04/2011 15:19



Haarp fait partie des recherches de guerre NRBC, bien sur. Tout ce que vous pouvez imaginer de plus fou est essayé : infrasons, ultrasons, guerre sans destruction matérielle, annihilition de tout
ce qui est électronique, vaccins spécifique des ethnies (déjà au Viet Nam), LSD. Et maintenant également climatique. On fouille, on trouve, on diffuse. Allez, courage !!!



game-over-you-lost 26/04/2011 12:01



Le progrés c'est Flexblue, avec ça les journalistes qui n'auront pas de sous marin de poche n'auront accés à aucune image ; Le refroidissement en cas d'accident est assuré ; les liquidateurs
devront passer des examens de plongée .


Vous pensez encore que l'homme n'est pas complétement dégénéré ?



Paul Keirn 26/04/2011 12:11



C'est sûr que l'espèce humaine est la plus agressive du rêgne animal. Ensuite, pour ma part, je parle toujours au pluriel (la preuve : NATURE(S)) : il y a DES hommes, certains totalement égoistes
; d'autres plus altruistes. Je pense qu'au pluriel c'est plus clair ("La femme" se prête à bien des réductions , des femmes, ça devient différent). Je me pose quand même des questions sur
l'espèce humaine, seule espèce capable de s'auto-détruire. Impressionnant !



game-over-you-lost 26/04/2011 11:39











"le plutonium".
Selon Uesugi, après l'explosion des tuyauteries de refroidissement des réacteurs, le 14 mars, il y a eu la
préoccupation au sujet d’une possible fuite de plutonium notamment pour l’unité n°3. Cependant, étonnamment, jusqu'à deux semaines après, quand Uesugi a posé la question, pas un
seul représentant médiatique n'avait soulevé la question du plutonium aux conférences de presse de TEPCO.

Le 26 mars, en réponse à la question d'Uesugi Takashi, TEPCO a déclaré :


"Nous ne mesurons pas le niveau de plutonium et n'avons
même pas de détecteur pour le mesurer." Ironiquement, le jour suivant, le Secrétaire en chef du Cabinet, Edano, a annoncé que "du plutonium a été détecté".






le Ministère des Affaires Intérieures et de la Communication, l'Agence Nationale de Police et METI, pour combattre les "rumeurs" considérées nuisibles pour la sécurité japonaise à la
suite du désastre de Fukushima.


Le gouvernement prétend que les dégâts causés par les tremblements de terre et par l'accident nucléaire sont amplifiés par des rumeurs
irresponsables et qu’il doit agir pour le bien public. L'équipe du "projet" a commencé à envoyer des "lettres de requête" à des organisations telles que les opérateurs de téléphonie, les
fournisseurs d’accès à Internet, des stations de télévision câblée et d'autres, exigeant qu'ils
"prennent des mesures adéquates basées sur les directives en
réponse aux informations illégales." Les mesures incluent l'effacement de toute information de sites Internet que les autorités considèrent nuisible
pour l'ordre public et la moralité.

Makiko Segawa est journaliste titulaire à l'Agence de Presse Shingetsu. Elle a préparé ce rapport à Fukushima et
Tokyo. Elle peut être contactée à shingetsunewsagency@gmail.com







Paul Keirn 26/04/2011 12:21



Je la contacte dès maintenant pour en savoir plus


A bientot



game-over-you-lost 26/04/2011 11:23



Paul ,


Que d'enthousiasme pour parler de ce film sur Tchernobyl !!! Vous n'étiez pas au courant ???????????????????????????????????


Le régime Russe à l'époque a mis les moyens pour éviter le pire mais aucune démocratie n'est capable d'envoyer au casse pipes 500.000 personnes désignées comme liquidateurs.


Pour mémoire je crois me souvenir que la presse faisait état en France qu'il y avait 80 liquidateurs à Tchernobyl à l'époque.


80 ou 500.000 c'est pas pareil ??? qui ment ??


Le nombre de morts reconnus aprés Tchernobyl s'éléve à 600.000 en URSS


pourtant la presse de des-information Française évoque souvent 40 morts


40 morts ou 60000 c'est pas pareil ??? Qui ment???????????


moi naïf !!!peut-être?? je croyais que tout le monde se souvenait de ça !!!


Je me rends compte, aujourd'hui, que beaucoup de gens ont tout oublié ou presque d'avril 86


Dans 25 ans nous aurons tout oublié de Fukushima et il faudra une troisiéme catastrophe pour nous souvenir .


OK on y va !! à ce niveau on ne peut plus parler de connerie humaine.C'est bien au delà, nous sommes les grands gagnants , toutes catégories confondues.


Chacun pour soi et Dieu pour tous.


Dormez en paix braves gens!!


On s'occupe de tout.


Au final c'est peut-être mieux comme ça .La vie sur terre ça se mérite.


L'homme ne mérite que de récolter ce qu'il a semé : l'horreur et la désolation.


La guerre totale comme dit l'homme fou.


Ok faites comme il vous plaira je me résigne à mon sort. Au fait n'auriez vous pas connaissance de pilules pour éviter de vômir ?



Paul Keirn 26/04/2011 12:19


Sourire. Je glisse une pièce dans le flipper ! Je ne suis pas optimiste, mais (qui sait ? L'éducation, l'expérience, et tout et tout), je ne baisse jamais les bras quoiqu'il arrive. Là, c'est
certain, la machine militaro-industrielle dépasse chacun de nous, mais tous, nous sommes aussi très très forts. Regardez l'Histoire ! (la Révolution, la laïcité, 36, mai 68, les révolutions des
pays arabes pour plus de démocratie, la sécu, etc...). Tous les droits ont été acquis de haute lutte, avec des morts souvent. Alors...On continue !