Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Street art - art de rue : N°1 - yarnbombing, knitted graffiti, knit art...les rues s'habillent de laine.

18 Mars 2013 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #STREET ART

yarnbombing collection in natures paul keirn (60) Partager cet article : http://0z.fr/f331e

Yarnbombing, littéralement "attentat au fil", au fil de laine bien sûr, est un phénomène mondial. Force d'impact du Net sur fond de morosité, sans doute. Envie de donner des couleurs à un quotidien que l'on voudrait plus souriant. Pas de doute. Moins agressive que le peinture, la laine s'impose. Fait marquant, toutes les générations s'y mettent ! Des plus agées - qui possède la technique ! - crochet ou point mousse au plus jeunes qui apprennent. Le "knitted graffiti" ou graffiti en laine, autre appellation, fait sortir les lainages de la maison. Nous verrons plus avant les précurseurs du phénomène.

yarnbombing collection in natures paul keirn (2)

Les arbres sont les premiers atteints par le virus laineux.

yarnbombing collection in natures paul keirn (24)

yarnbombing collection in natures paul keirn (25)

yarnbombing collection in natures paul keirn (39)

yarnbombing collection in natures paul keirn (26)

 

yarnbombing collection in natures paul keirn (3)

yarnbombing collection in natures paul keirn (43)

yarnbombing collection in natures paul keirn (62)

yarnbombing collection in natures paul keirn (77)

Et puis...

yarnbombing collection in natures paul keirn (13)

yarnbombing collection in natures paul keirn (1)

yarnbombing collection in natures paul keirn (1)

yarnbombing collection in natures paul keirn (36)

yarnbombing collection in natures paul keirn (47)

yarnbombing collection in natures paul keirn (61)

yarnbombing collection in natures paul keirn (74)

yarnbombing collection in natures paul keirn (55)

yarnbombing collection in natures paul keirn (8)

yarnbombing collection in natures paul keirn (40)

Une petite pause s'impose...Le mouvement d'aujourd'hui est à associer à l'intiative d'une jeune marchande de laine installée à Huston (USA), Magda Sayeg, 37 ans, en 2005, qui a commencé par habiller la poignée de porte de sa boutique. Puis...Avec ses copines elle a commencé à tout habiller de laine. Son site est toujours en activité : http://www.magdasayeg.com/

Magda raconte : clic !

Le mouvement à ensuite traversé l'Atlantique pour débarquer à Londres avec le mouvement "Knit the city" (tricotte la ville) :

yarnbombing collection in natures paul keirn (34)

yarnbombing collection in natures paul keirn (35)

Aujourd'hui, même la pub récupère le phénomène :

 

 

A SUIVRE...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

wira 15/04/2013 18:58


Si ce sont des récupérations de laine OK..mais si c'est pour relancer la vente de la laine et par là même , la production de la TONTE des MOUTONS C'est IGNOBLE car Hormis les combats que nous
menons pour un Monde Meilleur afin d'améliorer les conditins d'existence pour les humains, il y a également le combat contre la Soufrance Animale que l'on peut ignorer ou passer sous silence.Le
végétarisme va dans ce sens mais le monde VEGAN va plus loin ..il exige qu'aucunes maltraitances ne soient faites sur les Animaux terrestreset , quels qu'ils soient, et ce ,en vue de soigner les
Ames malades et les esprits dégénérescents  de cette planèe qui va,chacun le sait ,chacun le dit,chacun le pense,a sa perte.La Vie des Animaux ne nous appartiennet pas. je suis certaine
que,nombre de femmes  ignorent  les conditions inhumaines que subissent les MOUTONS  par la main de l'homme (ou certaines femmes exempts de sensibilité ) . Qu'elles ignorent les
souffrances que l'on infligent a tous ces animaux (abattoirs entres autres ) qui servent aux jouissance de la Population . Regardez les vidéos ..1 FOIS ......qui relatent ces barbaries Vous
n'acheterez plus de LAINE ..Vous ne pourrez plus manger dANIMAUX ( viande pour les hypocrites ) a moins d'être vous même ....Inhumains .

Paul Keirn 17/04/2013 07:33



Je vous comprends mais en même temps je pense davantage aux souffrances des humains.