Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Où l'on reparle de l'arnaque commerciale des "listes de plantes dépolluantes"

22 Novembre 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #MIEUX CONSOMMER !

science-et-vie-couverture-in-natures-paul-keirn.jpg +Gd->Clic!

Dans le numéro 1130 du magazine Science & Vie, daté novembre 2011 (couv ci-dessus), j'ai trouvé, page 131, une brève qui a confirmé mon travail d'investigation antérieur sur les prétendues "plantes dépolluantes" (ci-dessous).

science-et-vie-plantes-ne-depolluent-pas-in-natures-paul-k.jpg

Recherches au cours desquelles il était apparu que le Docteur Wolverton avait testé les plantes des bureaux américains des années soixante-dix pour en analyser les échanges gazeux et demontré que les plantes de bureaux retenait effectivement de nombreux gaz toxiques. Mais il ne s'agissait aucunement d'une liste des plantes dépolluantes comme souhaitent nous le faire croire les marchands de plantes. Toutes les plantes le sont. De même qu'elles polluent autrement avec les germes contenus dans leur substrat (terreau).

 

Pour lire l'article écrit sur NATURE(S)

http://paul-keirn.over-blog.com/article-les-plantes-depolluantes-arnaques-des-listes-de-plantes-depolluantes-et-arguments-scientifiques-83630560.html

 

Pour lire le rapport de l'ADEME sur les plantes dépolluantes 

http://ddata.over-blog.com/3/26/82/45//ADEME-Actes_Epuration_par_les_plantes_6mai2010-1--copie-1.pdf

 

Une volée de bois vert pour les marchands, dont voici quelques extraits :

 

Page 43 :

..."

depuis deux ou trois ans, le sujet des plantes « dépolluantes » fait l’objet d’un fort écho médiatique sur internet ou dans la presse écrite, à l’initiative de journalistes, d’entreprises privées ou d’associations. 

Le sujet intéresse le grand public. Cet intérêt se développe dans le contexte favorable d’une nouvelle demande sociale concernant le renouveau de la « nature », le bien-être » et les méthodes alternatives recourant aux végétaux. Et, ce développement répond aussi à des offres de marché suscitées par ces nouvelles tendances de la société. 

Ce bruit médiatique entendu autour des plantes dépolluantes pour un usage de qualité de l’air intérieur comme de qualité de l’air extérieur est-il approprié ? Y a-t-il une diffusion objective de l’information sur le sujet ? 

Un résultat scientifique est perçu comme un bon argumentaire de vente pour un produit. On utilise la science pour mieux vendre. Le constat général montre que de nombreux messages relatifs aux plantes « dépolluantes » avec des objectifs commerciaux donnent une information auprès du grand public qui  se traduit plutôt par une mauvaise appropriation du résultat scientifique. 

Il est cité souvent de manière partielle ou non significative. Ces pratiques peuvent mener à des abus et à de la désinformation. L’ADEME, en tant que lanceur d’alerte vis-à-vis de ses partenaires, notamment les entreprises et les collectivités, et en qualité d’agence de vigilance dans ses champs de compétence, se doit de rappeler qu’une information crédible se fonde d’abord sur des résultats scientifiques bien validés.

.../...

Page 44 :

L’étiquetage « plante dépolluante » se pratique déjà chez les professionnels privés des filières du secteur, notamment dans certaines enseignes de la distribution et du jardinage. 

De nombreuses plantes en pots sont proposées à la vente comme plantes « dépolluantes » et, des recommandations sont données pour choisir une plante en fonction du polluant ou de la pièce à dépolluer.  

L’ADEME considère, au vu de l’avancée des travaux du programme PHYTAIR et des études réalisées à ce jour dans le domaine, que l’utilisation de telles étiquettes est prématurée."... !

Qu'on se le dise !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article