Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Mais pourquoi les mites ont un vol aussi nul !

10 Décembre 2009 , Rédigé par Paul Keirn



Il y avait des mites un peu partout dans ce grenier où des vêtements avaient été entreposés à la hâte.
Un claquement de main, paf ! Et c'est raté.
Plusieurs, comme pour applaudir, et c'est encore raté. Pas possible. Je regarde ce vol erratique. Encore quelques essais et puis...hmm, ( en fait plusieurs jours plus tard et quelques mites ratées de plus) je pense à Darwin ! (personne n'est parfait).

Et au fond à une réflexion qu'il faut sans doute toujours se faire quand on observe quelque chose, un animal ou une plante : si c'est là, c'est que cela a résisté à la sélection naturelle. Et donc, que c'est adapté !

Si les mites volaient en ligne droite et aussi lentement, il n'y aurait plus de mites, car toutes auraient été tuées. Un vol si lent n'aurait pas été adapté.

Les mutations successives que connaissent toutes les populations animales (et végétales) ont forcément donné lieu à toutes sortes de types de vol.
Les individus sont ensuite confrontés à leur environnement du moment, et là, la sélection naturelle opère : ils sont plus ou moins bien adaptés à leur environnement.
Les lignées mal adaptées subissent de très nombreuses pertes (mites qui volent lentement, en ligne droite) et donc transmettent moins leur patrimoine génétique ; alors que les mieux adaptées survivent et transmettent leurs particularités à leur descendance (mites dont le vol est imprévisible). Le pourcentage des lignées adaptées s'accroit jusqu'à devenir la variété dominante.
Ainsi, c'est précisément (et paradoxalement) la mauvaise qualité du vol de la mite (quasi aléatoire) qui lui donne une supériorité sur les variétés qui voleraient droit ! 
La séquence "mutation" suivie de "sélection naturelle"  définit le Darwinisme.
Ou plutôt ce qu'on appelle aujourd'hui le "néo-darwinisme". Car Darwin ne pouvait pas connaître la génétique et s'appuyait sur l'idée globale d'une évolution (en réalité des mutations) et surtout de la mise au ban d'essai de la réalité environnante : la sélection naturelle.
Charles_Darwin.jpgCharles Darwin (en 1869)

Charles Robert Darwin (12 février 1809 - 19 avril 1882) est un naturaliste anglais dont les travaux et les théories sur l'évolution des espèces vivantes ont profondément révolutionné la biologie. Après avoir acquis la célébrité parmi les scientifiques pour son travail sur le terrain et ses recherches en géologie, il a apporté l'hypothèse que toutes les espèces vivantes ont évolué au cours du temps à partir d'un ancêtre commun ou d'un petit nombre d'ancêtres communs, grâce au processus de la « sélection naturelle ».

Darwin a vu de son vivant la théorie de l'évolution acceptée par la communauté scientifique et le grand public, alors que sa théorie sur la sélection naturelle a dû attendre les années 1930 pour être généralement considérée comme l'explication essentielle du processus d'évolution. Au XXIe siècle, elle constitue en effet la base de la théorie moderne de l'évolution. Sous une forme modifiée, la découverte scientifique de Darwin reste le fondement de la biologie, car elle explique de Mlogique et unifiée la diversité de la vie

Son livre de 1859, L'origine des espèces, fit de l'évolution à partir d'une ascendance commune l'explication scientifique dominante de la diversification dans la nature. Il examina l'évolution humaine et la sélection sexuelle dans La filiation de l'homme et la sélection liée au sexe, suivi par L'expression des émotions chez l'homme et les animaux


Dixit Wikipedia à l'article "Théorie synthétique de l'évolution" :
Le néo-darwinisme ou "théorie synthétique de l'évolution constitue le cadre conceptuel le plus largement utilisé dans l'étude scientifique des processus d'évolution en biologie. Cette théorie est basée sur l'intégration de la théorie de l'hérédité mendélienne et de la génétique des populations à la théorie darwinienne Cette synthèse fut menée au cours des années 1930 et 1940 par R.A. Fisher, J.B.S Haldane, Sewall Wright, Julian Huxley, Ernst Mayr, Bernhard Rensch, George Gaylord Simpson et George Ledyard Stebbins. Baptisée ainsi par Julian Huxley en 1942, cette théorie est aussi appelée néodarwinisme ou synthèse néodarwinienne pour souligner le fait qu'elle constitue une extension de la théorie originale de Charles Darwin qui ignorait les mécanismes de l'hérédité génétique"

Le-vol-des-papillons-copie-1.gifMe voilà donc rassuré sur le vol des mites. Ce n'est pas que j'étais vraiment inquiet, mais j'aime bien comprendre. Et puis, j'ai remarqué qu'il y avait quelques autres problèmes sur Terre. Nettement plus importants que le vol des mites. Mais ça ne fait rien. Observer la nature n'empêche en rien d'être attentif au monde.
J'aime assez cette période du XIXème siècle du point de vue du bouleversement des idées : en quelques années : Darwin balaye les idées créationnistes et montre que l'Homme est une variété de primates, Freud (né en 1856) quelques décennies après dévoile les monstres qui hantent l'inconscient et Marx décrit la société autrement (je parle du Marx sociologue). Cela fait beaucoup ! Et c'est bien.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

krystele 19/01/2010 13:09


bonjour, je viens de visionner ton blog que je trouve super
moi aussi ,j'en ai un ,passe le voir si tu as le temps et dis moi
ce que tu en pense merci et bonne journée
krystele


Paul Keirn 19/01/2010 13:48


J'y glisse, j'y cours, j'y vole !
Amicalement
Paul


Plantine 13/12/2009 10:34


Intéressant cet article. Bon je vous l'accorde, pas primordial dans la bonne marche de la recherche, mais tout de même !
Je me demandais justement : l'être humain habillé de laine étant d'apparition toute récente, de quoi se nourrissaient les mites avant ? et bien, je viens d'apprendre en cherchant sur
Wiki " Ils sont présents dans les nids d'oiseaux où ils se nourrissent des plumes et des restes "... ce qui succite une autre question : les oiseaux ont-ils du soucis à se faire pour leur
garde-robe ou les mites ne s'attaquent-elles qu'aux plumes mortes ? et une deuxième : les moutons sont-ils aussi victimes des attaques 'sournoises' de ces 'volants' erratiques ?


Paul Keirn 13/12/2009 13:58


Hmm je découvre moi aussi, quand aux moutons mités...ça demande une sérieuse recherche.