Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - 6 avril 2011 - Quoi de neuf N°13 - Dernières nouvelles

6 Avril 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

quoi de neuf N°13 - Fukushima natures paul keirn
ACTUALITES FUKUSHIMA

 

nuage radioactif 

 Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)


Mise à jour de 09H30______________UN TOURNANT_______________
 
17H30 - Globalement : inquiétant.

Bonne nouvelle concernant le colmatage de la fuite, mais une grave incertitude concernant une nouvelle explosion, des débuts de "criticité" (réaction en chaîne "sauvage") et, à plus long terme, la pollution radioactive des aliments par reconcentration le long de la chaîne alimentaire.

DERNIERE MINUTE - 19H00 heure de Paris

 

©AFP / 06 avril 2011 18h07 - Romandie News

Bâle exige l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim.

ZURICH (Suisse) - Le parlement du canton de Bâle-Ville a exigé mercredi l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim, proche de la frontière suisse, estimant que la plus ancienne centrale française pouvait être victime d'un accident aux conséquences catastrophiques.  

Dans une résolution adoptée à 73 voix pour, 0 contre et 11 abstentions, le grand conseil "exige l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim", selon un communiqué.

"L'expérience actuelle au Japon démontre que des événements aux conséquences catastrophiques et imprévisibles peuvent survenir dans une installation, pourtant décrite comme sûre par les autorités", a estimé le conseil.

.../...

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), chargée de la surveillance des centrales françaises, avait pour sa part assuré que ces risques sont dûment pris en compte et qu'il n'y a "aucune raison de fermer une centrale nucléaire en France".


 

Fukushima: fuite d'eau colmatée, mais risque d'explosion
L'Expansion.com avec AFP - publié le 06/04/2011 à 08:35
Tepco est parvenu à stopper la fuite d'eau radioactive qui se déversait dans l'océan. Mais l'opérateur de la centrale de Fukushima se prépare désormais à un risque de nouvelle explosion liée à l'accumulation d'hydrogène dans le réacteur. Il devrait injecter de l'azote dans le réacteur 1.
 
AFP
06/04/2011
L'opérateur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, Tepco, envisage d'injecter de l'azote dans le réacteur 1 afin d'éviter une possible explosion provoquée par l'accumulation d'hydrogène, a-t-il annoncé aujourd'hui.

ASN (hier soir 19H30)
Tepco essaye actuellement de remédier à deux problèmes principaux :
- Le risque d'explosion en raison de l'accumulation d'hydrogène. Une injection d'azote liquide pourrait être opérée sur le réacteur 1 afin d'éviter ce risque ;
- Les fuites d'eau contaminée issues du réacteur 2. Tepco a indiqué qu'il injecterait du silicate de sodium dans les fondations situées à proximité de la tuyauterie du réacteur pour empêcher ce phénomène.
 
REUTERS/Toru Hanai/L'EXPRESS
Le gouvernement japonais a fixé mardi 5 avril un taux limite de radioactivité pour les produits de la mer afin de rassurer la population préoccupée par les rejets radioactifs de la centrale accidentée de Fukushima. "Nous allons provisoirement appliquer les taux fixés pour les légumes" aux poissons et aux crustacés, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano.
La limite a été fixée à 2.000 becquerels/kg pour l'iode 131, qui peut provoquer des cancers. Celle pour le césium 137 est de 500 becquerels. Au delà, les poissons sont considérés comme impropres à la consommation.
 
LE FIGARO 8H18
À Fukushima, la fuite d'eau radioactive est colmatée
les techniciens de Tepco ont injecté dans cette fissure du verre soluble (silicate de sodium), un agent chimique qui a pour propriété de se solidifier au contact de l'eau.
 
FMC Radio
Une radioactivité plusieurs millions de fois supérieure à la limite légale a été mesurée ces derniers jours le long des côtes japonaises près de la centrale nucléaire de Fukushima. En France, la Direction générale de la Santé (DGS) va lancer toute une série de mesures pour contrôler la radioactivité de l’eau potable
 
THE MAINICHI DAILY NEWS
Le maire Tokaimura critique le gouvernement, et Tokyo Electric sur la crise nucléaire
"Le gouvernement et TEPCO ont été trop confiants dans leurs technologies et ils ont fini par répondre seulement après les problèmes survenus", a-t-il dit, ajoutant: "L'énergie nucléaire est un monstre. Ils ont été pris au dépourvu, en se disant: l'énergie nucléaire est sans danger."
 
Le "monstre" (à survoler avec la flèche de la souris)

Vue de la construction de 1970 à 1974 du réacteur Numéro 3 de Fukushima.

 Le couvercle de la cuve du réacteur est en attente sur le sol en premier plan sur la photo.
 Cette photo de la cuve du réacteur sans son enceinte de confinement montre surtout la complexité de la chaudronnerie nucléaire périphérique. L'image des ouvriers travaillant sur le réacteur donne une idée de la
taille de la construction 

EN PASSANT la flèche de la souris sur la photo,  le montage final de l'intérieur apparaît

 

VOSGES MATIN
Tchernobyl : des aliments toujours contaminés (25 ans après)
Plusieurs produits alimentaires en vente sur les marchés du nord de l’Ukraine sont toujours contaminés par la radioactivité, 25 ans après la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl, a indiqué hier l’organisation écologiste Greenpeace.
Des niveaux supérieurs à la norme de césium 137, élément radioactif à longue durée de vie, ont ainsi été détectés sur plusieurs échantillons de lait, de champignons séchés et de baies, pris dans des marchés de village dans les régions de Jitomir et de Rivne (nord), selon une étude de Greenpeace présentée à Kiev
 
ASN
Point de situation à Fukushima au 5 avril (hier 19h30 heure de Paris)
Conséquences radiologiques de l'accident au Japon d'après l'ASN.
A ce jour, 3 430 tonnes d'eau faiblement contaminée ont été rejetées de façon volontaire en mer. L'exploitant estime à 11 500 tonnes la quantité d'eau à rejeter de façon volontaire.
Une fuite d'eau fortement contaminée (de l'ordre de 300 kilo-becquerels (KBq) par cm3 en iode 131) issue du réacteur n°2 a été détectée en mer. L'exploitant essaye de remédier à cette fuite.
Enfin, Tepco essaye actuellement de remédier à deux problèmes principaux :
- Le risque d'explosion en raison de l'accumulation d'hydrogène. Une injection d'azote liquide pourrait être opérée sur le réacteur 1 afin d'éviter ce risque ;
- Les fuites d'eau contaminée issues du réacteur 2. Tepco a indiqué qu'il injecterait du silicate de sodium dans les fondations situées à proximité de la tuyauterie du réacteur pour empêcher ce phénomène.


POLOGNE - http://ciotolubka.blog.pl/ (traduction Google)
Omerta! Quelque part dans les médias!
Depuis le 1er avril, l'information de moins en moins. Et de plus en plus difficile pour elle. Les vrais amis savent dans la pauvreté. En situation de crise que vous voyez comment le gouvernement se soucie de vous. Les médias officiels de toute information!   menace pour le monde n'existe pas. Ou trop tard pour faire quoi que ce soit.   Les quelques informations indépendantes réel de blogs, de particuliers.
Non faszują l'information et se battent pour la divulgation complète de celui-ci (en .fr):
Leglu Dominique, directeur de Science & Avenir, sur son blog (même lien)
Corinne Castaigner, directeur CRIIRAD
canadyjskie médias indépendants centpapiers.com
blogs privés sont:
http://www.the-early-bird.fr/pages/fukushima-story-4921592.html    physicien atomiste
http://paul-keirn.over-blog.com/
 
Welcome bievenue Clic !
Witam przyjaciół z Polska ! Et bonjour aux francophones & français expatriés 

NOUVEL OB'S - Dominique LEGLU
FUKUSHIMA (suite 28) ATTENTION AUX POSSIBLES IRRADIATIONS GRAVES
Mercredi 6 avril. 01H. Il va falloir s’habituer à au moins deux choses : à une catastrophe qui dure et à l’accumulation de chiffres gigantesques – et des plus variés.
 
.../...La question de la contamination de l’eau de mer est d’ailleurs au cœur du débat. Ainsi, ils s'interrogent sur la découverte de certains éléments retrouvés dans cette eau contaminée et se demandent : y a-t-il eu, ou non, des « reprises de criticité » - autrement dit des reprises de réaction en chaîne – soit dans un réacteur, soit dans les combustibles usagés ? Question loin d’être innocente, car, lors de telles « reprises de criticité » (que nous avons évoquées dans ce blog à plusieurs reprises (2)) ce sont des bouffées de neutrons (une radioactivité très dangereuse car très pénétrante et difficile à détecter « sur le terrain ») qui sont émises !.../...
La présence de Chlore 38 serait le signe de cette excursion hors du réacteur selon les travaux de F. Dalnoki-Veress et Arjun Makhijani 

Datant du 5 avril - Texte de M. Arjun Makhijani
http://japanfocus.org/-Arjun-Makhijani/3509

Introduction par Arjun Makhijani

La présence d'eau hautement radioactifs dans trois bâtiments à turbine à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est largement comprise à partir de barres de combustible dans les réacteurs endommagés. Cela a à juste titre, soulevé des inquiétudes, car il indique à plusieurs problèmes, y compris les dommages et les fuites de carburant étendue dans le système de tuyauterie. Moins d'attention a été portée à la présence d'un radionucléide de très courte durée, le chlore-38, dans l'eau dans le bâtiment de la turbine de la tranche 1. Le présent document évalue si sa présence apporte la preuve d'un grave problème - une ou plusieurs réactions en chaîne involontaire (techniquement: criticités involontaire) - dans le réacteur. Ces réactions en chaîne de créer des éclats de produits de fission et de l'énergie, deux facteurs qui pourraient causer des dommages supplémentaires et d'aggraver les conditions de travail qui sont déjà très difficile.

Le chlore-38, qui a une demi-vie de seulement 37 minutes, est créé lorsque stable de chlore-37, ce qui représente environ un quart du chlore dans le sel, absorbe un neutron. Depuis l'eau de mer a été utilisée pour refroidir, il ya maintenant une grande quantité de sel - des milliers de kilogrammes - dans les trois réacteurs. Maintenant, si un réacteur est vraiment fermé, il n'ya qu'une seule source importante de neutrons, à savoir, la fission spontanée de certains métaux lourds qui sont créés lorsque le réacteur fonctionne, et restent présents dans le combustible du réacteur. Les plus importants sont deux isotopes de plutonium et deux du curium. Mais si des réactions en chaîne accidentelle se produisent, cela signifie que les efforts visant à arrêter complètement le réacteur par le bore mélange avec l'eau de mer n'ont pas complètement réussi. criticités périodique, ou même un seul accident, cela signifierait que les produits de fission hautement radioactifs et d'activation sont (ou ont été) créé au moins dans l'unité 1, car il a été fermé. Cela signifierait également que l'une ou plusieurs salves intense de neutrons, qui causent des dommages aux personnes rayonnement lourds, ont eu lieu et, éventuellement, pourrait se produire à nouveau, à moins que le mécanisme est connu et les mesures prises pour l'empêcher. Des mesures seraient également besoin d'être prises pour protéger les travailleurs et à mesure des neutrons potentiel et l'exposition aux rayonnements gamma.

Cet article examine si une fission spontanée seul pourrait être responsable de le chlore-38 dans l'eau du bâtiment de la turbine de la tranche 1. Si cela pouvait être la seule explication, il y aurait moins d'être préoccupé. Cependant, l'analyse indique qu'il est peu probable que la fission spontanée est le seul ni même la principale explication de la concentration mesurée de chlore-38. En supposant les mesures rapportées sont correctes, ce qui laisse une seule autre explication - une ou plusieurs réactions en chaîne involontaire. Ce document est présenté dans l'esprit de stimuler le débat de savoir si les mesures de sécurité supplémentaires pourraient être nécessaires, et si des mesures supplémentaires pour mettre les réacteurs sous contrôle devrait être envisagée. Il est également présenté comme une analyse préliminaire pour la discussion scientifique d'une terrible et techniquement difficile de crise nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi.

Arjun Makhijani Mars 30, 2011 - voir document complet :  http://japanfocus.org/-Arjun-Makhijani/3509

schema d'origine
Le schéma montre le fond de la cuve du réacteur ou l'eau de mer et le combustible fondu seraient en contact.Sur la gauche, les élements appliqués dans le calcul de la radioactivité de l'eau de mer ("fuel" désigne le combustible radioactif)

L'un des scenarios possible
Reprise simpifiée du schéma précédent - Légende de l'illustration d'origine - traduction Google :
Scénario 1: Le combustible a fondu, et a réuni dans le bas des régions  inpedestal et expedestal de la cuve du réacteur (l' «ampoule») . L'eau de mer est supposé entrer en contact et de recouvrir le combustible de fusion. Ce scénario a été prévu dans le rapport de CRHyman ("Contenir le calcul des conditions de débris près de la marque BWR je drywell réservoir pendant les phases ultérieures d'un accident grave», Nucl. Engin. Et Design., 121, 1990, p 379-393.) 
.
LE SITE DU JOUR : slate.fr

Slate logo - repris sur fukushima natures paul keirn
Comment la France est devenue nucléaire (et nucléocrate)
par Anne de malleray
Extraits :

"Soutenue par les gouvernements successifs, ce que d’aucuns appellent l’exception française sur le nucléaire n’a jamais été remise en cause depuis le lancement du Plan Messmer en 1973.
Dans une tribune publiée en 2002 dans le journal Ecorev’, Monique Sené, physicienne et animatrice depuis 1976 du  Groupement de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire, dresse les contours de cette commission en s’appuyant sur  le livre du journaliste Philippe Simmonot, Les Nucléocrates, publié en 1978:
.../...
«Il y aura au total quinze “fonction publique” et parmi eux onze polytechniciens dont six du corps des Mines et quatre du corps des Ponts. Quant à la fonction privée, treize personnalités représentant tous les secteurs (Thomson, Péchiney, Alsthom, CGE, Babcok Wilcox, Framatome, Creusot Loire, etc.) parmi lesquelles neuf polytechniciens dont trois Mines et trois Ponts.»
.../...
La stratégie du tout nucléaire est soutenue par ces grands corps d’Etats, dont les diplômés se placent dans les entreprises de l’énergie, fleurons de l’industrie française, et par la classe politique, elle aussi largement issue de ce sérail. Les communistes de l’opposition se rallient à la perspective d’une création massive d’emplois publics et à l’idée d’indépendance nationale dont le nucléaire est synonyme. Côté syndicats, la CGT, liée à EDF qui lui reverse 1% de son chiffre d’affaires via le comité d’entreprise, approuve le plan.
De cette alchimie naît ce qui, aujourd’hui encore, constitue le lobby pro-nucléaire. Monique Sené, citant l’ouvrage de Corinne Lepage, On ne peut rien faire Madame le Ministre (1988):


nuage radioactif 

 Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

olivier 06/04/2011 22:44



Est du Japon, le paysage est dévasté, déserté et contaminé. Seul, un chien aboie au milieu des décombres. Une vision d’apocalypse digne de la plus angoissante oeuvre de science fiction mais qui
n’est pas du cinéma.


http://blogs.lesechos.fr/la-tragedie-du-japon/fukushima-ville-fantome-a5506.html



olivier 06/04/2011 21:15



«Même le
meilleur jongleur du monde ne peut réussir à maintenir  trop de balles en l'air», a déclaré M. Lochbaum de la multiplicité des problèmes à l'usine



U.S. Sees Array of New Threats at Japan's Nuclear Plant


Wednesday, April 06, 2011


By JAMES GLANZ and WILLIAM J. BROAD, The New York Times


Read more: http://www.post-gazette.com/pg/11096/1137305-82.stm#ixzz1IlvXKlXS



olivier 06/04/2011 19:35



Une petite rectification:


En fait oui je suis pour le nucléaire


Mais sur Mars ! ou Neptune  , que l'on nous y recharge des batteries puis qu'on nous les livre par navette sur terre aprés OK


Mais sur Terre non pas d'accord c'est notre maison



olivier 06/04/2011 19:13



En ce qui concerne la dernière minute il ne fallait pas être grand devin pour prévoir que l'Allemagne qui réduit le nombre de ses centrales de 7 les plus anciennes et la Suisse toute proche
allaient demander de fermer Fessenheim qui est à leur porte.


Pour les rassurer on va peut-être essayer de les convaincre qu'en France nous disposons de conditions spéciales à savoir qu'en France les nuages radioactifs n'entrent ni ne sortent car en effet
nous disposons de frontière hermétiques.


Remember Tchernobyl



olivier 06/04/2011 18:46



C'est vrai Paul , je suis trés pessimiste quant à l'avenir aprés cette catastrophe . Je le reconnais bien volontiers.


Je ne remettais pas en cause vos compétences journalistiques mais simplement , j'ai osé, mettre un bémol, circonstancié à ce que vous aviez pêché dans l'info.


Avez vous vérifié comparé et lu l'article originel comme je vous l'ai conseillé ?


Tout le monde n'attend qu'une chose en fait , c'est ça la vérité, c'est que tout rentre dans l'ordre pour reprendre son petit train train j'usqu'à la prochaine catastrophe.


Et en se disant sans doute bof le cancer c'est pas pour moi d'ailleurs je n'aime pas le crabe. 


Aujourd'hui on reconnait unanimement aux personnes en soins palliatifs, le droit de connaître l'état de leur maladie.


Les journalistes si intègres ne font même pas deux lignes sur cet accident aux journaux télévisés.


Plus c'est grave et moins on en parle : c'est ça ??


Excusez- moi mais je ne comprends pas


Il vous faut quoi de plus pour vous réveiller ? Si tout le monde s'endort ou se laisse berner le nucléaire va continuer de plus belle.


Non non et non!!!! au nom des gens qui souffrent et qui ont souffert du nucléaire et au nom de la vie tout simplement.


Je ne veux plus de cette merde


 



olivier 06/04/2011 15:41



Un premier "délestage" de 11.500 tonnes sur les 60.000 stockées sur le site est en cours et l'opération devrait se poursuivre jusqu'à vendredi. Elle n'aura pas de conséquences sanitaires pour les
populations, a assuré Hidehiko Nishiyama, directeur adjoint de l'Agence de sûreté nucléaire et industrielle.



Paul Keirn 06/04/2011 16:32




A suivre... (de près)




olivier 06/04/2011 15:33



L’accumulation dans les espèces vivantes pourraient conduire à des concentrations supérieures à celles mesurées dans l’eau d’un facteur 10 à quelques milliers suivant le radionucléide et l’espèce
considérés. Par exemples, pour le césium, les facteurs de concentration varient de 50 pour les mollusques et les algues à 400 pour les poissons. Pour l’iode, les facteurs de concentration varient
de 15 pour les poissons à 10 000 pour les algues. Des programmes de surveillance radiologique des espèces végétales et animales entrant directement ou indirectement dans la chaîne alimentaire
humaine seront justifiés sur des zones géographiques dont l’étendue devrait être précisée par des études cartographiques.



Paul Keirn 06/04/2011 16:33



Indiquer les sources concernant la reconcentration. Intéressant, mais à recouper



olivier 06/04/2011 15:21



Paul, il faut absolument essayer d'avoir une attitude critique vis à vis des évènements relayés par les médias car souvent ça ressemble à de la désinformation plus qu"à de l'information.


Je persiste à dire que ça n'est pas une si bonne nouvelle que ça car on ne peut pas arrêter de l'eau ; à un moment ou à un autre elle se refait toujours un passage.


Lisez l'article " source" en Anglais d'où sort l'info et vous comprendrez qu'il y a eu déjà pas mal de découpages dedans.


Au départ tout y est relatif et au conditionnel puis c'est transformé au fil des réécritures en positif et certitudes.


En plus dans cet article est posée la question de savoir d'où provient l'eau qui se serait chargée de radioactivité au contact des barres de combustible partiellement fondues qui se trouvent au
pied et dans les soubassements du réacteur.


Vous trouvez encore que c'est une bonne nouvelle ?


Bien sûr que tout le monde n'attend que ça , d'avoir enfin une bonne nouvelle de cette centrale.


Alors n'importe laquelle ( de bonne nouvelle) "fait l'affaire et tout le monde se jette dessus sans réfléchir.


Vous qui avez des compétences en mathématique calculez et comparez !!!!


Hier on nous disait que 10.000 tonnes d'eau ( ou 11500 selon les sources )faiblement radioactive allaient être rejetées dans l'océan


10.000 tonnes d'eau   = 10.000 M3=10.000.000 litres


aujourd'hui on sait que le débit de la fosse enfin colmatée était de 7 m3/heure


soit en 24 heures : 168 m3 soit 168 tonnes


x par 22 jours = 3696 fortement radioactive rejetée en mer + 10.000 faiblement radioactive (pour diluer l'autre sans doute )= 13696m3 "moyennement" radioactive soit déjà beaucoup plus que de
la faiblement radioactive.


+ l'eau de ruisselement ( pluie neige arrosage ) également contaminée qui part en mer elle aussi difficilement quantifiable mais non négligeable;


 plus 1500 m3 dans les réacteurs 5 et 6 +...+...+....


tout ça (sans doute trés largement minoré ) mis bout à bout , pour moi, c'est la "goutte" d'eau qui fait déborder le vase .


13.696.000 litres de poison déversés dans le Pacifique ( sans doute beaucoup beaucoup beaucoup plus ) qui vont directement dans la chaîne alimentaire et dans les sédiments pour de trés longues
périodes avec des facteurs de concentration de 1 à 5 excusez moi de ne pas me réjouir à l'annonce qu'un trou est enfin bouché mais qu'on ne peut pas assurer qu'il n'y en a pas d'autres.



Paul Keirn 06/04/2011 16:44



Sourire - Vous savez quand on a derrière soi 18 ans de vie dans la presse à raison de 10 heures par jour, on acquiert un certain sens critique, on sait à peu près lire entre les lignes et voir ce
qu'est vraiment l'info, cachée ou non. Je vais faire un gros effort, c'est promis.
J'essaie de garder la tête froide, de n'être ni optimiste, ni pessimiste, de rester près des faits, de recouper l'info, les sources d'agences AFP, Reuters, AP, UPI & Co. Je crois que vous
êtes systématiquement pessimiste, que les journalistes cachent des choses : ce n'est pas comme ça que cela se passe dans la réalité. Ne croyez pas que dans une rédaction on se contente de
reprendre le texte officiel : on appelle des employés, des syndicalistes, des adversaires de celui qui parle, des "contacts" qui ne demandent qu'à parler mais ne le peuvent en raison de leurs
fonctions (oblig de réserve). C'est du "renseignement". On connait la désinformation, les techniques du 6 fois vrai 1 fois faux (objectif). Il y a des dizaines de techniques de désinformation
destinées à tromper la presse et donc influencer l'opinion. 



olivier 06/04/2011 12:19



Vous écrivez bonne nouvelle pour le colmatage de la fuite ...mais c'est une bonne nouvelle provisoire .


On vient de boucher un exutoire avec 6000 litres d'agents chimiques injectés


mais vous vous doutez bien que l'eau va trouver un nouveau passage qu'il faudra de nouveau boucher.


c'est pas fini malheureusement.


Il y a une info qui circule aussi que pour enrayer le phénomène on a injecté des produits chimiques en masse dans le sol au bas de la colline afin de détourner l'eau qui naturellement descend par
gravité en direction de la centrale



Paul Keirn 06/04/2011 12:53



Vous savez, toute bonne nouvelle est bonne à prendre. Peut-etre est-ce provisoire, en attendenat il y a un mieux.