Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

GAZ DE SCHISTE et cancer - ASEF contre AFMP : Médaisko-Pinocchio, l'ASEF a parfaitement raison.

3 Septembre 2012 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #NON AU GAZ DE SCHISTE

medaisko-ASEF-cancerigenes-gaz-de-schiste.jpg M.Gérard Medaisko, membre de l'Amicale des foreurs et des métiers du pétrole (AFMP), se permet à mots couverts de traiter de menteurs les 2500 médecins de l'ASEF...

Le rapport 273 du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (Québec), en date de février 2011, fait le point sur l'exploitation du gaz de schiste au Québec et aux Etats-Unis. Ce rapport de 346 pages - pourtant pro-schiste au final -  met en lumière des aspects négatifs de l'exploitation du gaz de schiste, certains dont on parle encore peu en France et en Europe. 

Il mérite d'être lu surtout au moment où M.Gérard Medaisko, membre de l'Amicale des foreurs et des métiers du pétrole (AFMP), se permet à mots couverts de traiter de menteurs les 2500 médecins de l'ASEF pour avoir émis un avis totalement négatif sur les effets du liquide de fracturation hydraulique - hautement cancérigènes - et donc de l'exploitation du gaz de schiste. Le rapport 273 enfonce le clou et renforce leurs appréciations.

 

Rappel des faits :

a) l'Asef (l'Association santé environnement France) a dénoncé dans un communiqué AFP les risques que fait courir, selon elle, l'exploitation des gaz de schiste à l'environnement mais aussi à la santé, du fait de la présence dans les puits d'extraction d'agents «hautement cancérigènes».

b) Dans un courrier au ton très remonté adressé à cette association de médecins, et dont l'AFP a reçu une copie, le géologue-conseil Gérard Medaisko, membre de l'Amicale des foreurs et des métiers du pétrole (AFMP), connu pour ses positions pro-gaz de schiste, s'est insurgé contre ces déclarations, estimant qu'il s'agissait d'un «panier de contre-vérités». 

Article in extenso : http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/24817083

 

MAIS QUE DIT LE RAPPORT 273 de l'EPA (L’Environmental Protection Agency ou United States Environmental Protection Agency ou EPA, « Agence de protection de l’environnement des États-Unis »)

 

Alors, Gérard, si tu sais lire : page 124 - chapitre : La fracturation hydraulique 

 

"Les additifs chimiques

.../...Selon l’Association pétrolière et gazière du Québec, les produits chimiques utilisés peuvent se retrouver dans divers produits domestiques ou industriels (DM148*, p. 46 et 47). Toutefois, l’Institut national de santé publique du Québec a souligné que, parmi les produits utilisés au Québec et pour le shale de Marcellus, huit auraient des propriétés cancérigènes connues (DB93* ; DB83* ; DM100, p. 14*).

Pour le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, plusieurs des additifs chimiques utilisés peuvent avoir des effets néfastes pour l’environnement (DB1*, p. 32). Ces additifs chimiques se retrouvent dans l’eau de fracturation qui va ressortir très tôt après la fracturation ainsi que dans l’eau de production qui va revenir en surface au moment de l’extraction du gaz. À long terme, il y aurait environ 50 % du volume d’eau utilisé au cours de la fracturation qui demeurerait dans les pores de la formation rocheuse fracturée. Ces eaux usées résultent des activités de forage et de fracturation hydraulique".../...

DM148 - Association pétrolière et gazière du Québec.

DB93 - INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC. Lien relatif à l’état des connaissances sur la relation entre les activités liées au gaz de schiste et la santé publique – Rapport préliminaire, novembre 2010, 73 pages. [En ligne : www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1177_RelGazSchisteSantePubRapPreliminaire.pdf]

DB83 MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA FAUNE. Note d’information sur l’article 246 de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, 6 octobre 2010, 1 page.

DM100 - Directions de santé publique Mauricie et Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, Montérégie - M. Philippe Lessard, M. Gilles W. Grenier, Mme Jocelyne Sauvé

DB1 - MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ENVIRONNEMENT ET DES PARCS. Les enjeux environnementaux de l’exploration et de l’exploitation gazières dans les basses-terres du Saint-Laurent, document de travail, octobre 2010, 46 pages et annexe.

 

Et tout le monde peut lire le raport 273 à la page 124 :

http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/rapports/publications/bape273.pdf

 

EVIDEMMENT.

Evidemment,  tout le monde aimerait qu'une source d'énergie jusqu'alors inexploitée vienne soutenir une société frappée par la récession : celles et ceux qui ont une conscience écologiste ne sont pas tournés vers le passé. Bien au contraire. Mais peut-on croire les défenseurs du gaz de schiste, les mêmes qui défendent le profit à très court terme ? Pas vraiment. L'exploitation du gaz de schiste jusqu'à la dernière goutte risque au contraire de retarder l'inéluctable transition vers les énergies renouvelables. 

Evidemment, on aimerait croire que que l'exploitation du gaz de schiste accorde une indépendance énergétique accrue, soit pourvoyeur d'emplois, de croissance, ne serait-ce que pour gérer d'autres formes de croissance, davantage tournées vers le 'bonheur intérieur brut', moins génératrices d'exploitation, moins tendues vers une consommation matérielle seulement destinée à soutenir une forme d'économie qui a montré ses limites :  celles et ceux qui ont une conscience écologiste pensent à un développement mondial plus harmonieux, plus durable. 

Peut-on une fois encore laisser faire librement les pro-schiste, les clones de ceux qui ont défendu pendant 90 ans l'amiante tout en sachant ses ravages dès 1916 ; ceux - leurs semblables - qui ont laissé patauger des enfants dans de l'eau radioactive des antipodes, non loin de Mururoa ; tous ceux qui - pourtant scientifiques - ont prétendu que le nuage de Tchernobyl s'arrêtait aux frontière de l'hexagone ; que le réchauffement climatique n'existait pas ou était naturel ; que les sucrettes d'aspartame ne sont pas cancérigènes ou que le nucléaire était la moins chère des énergies, sans doute parce que les débiteurs du chèque pour la facture du traitement des déchets nucléaires ne sont pas encore nés. 

Tous ceux qui, quelque soit leur échelon profitent égoïstement, si peu que ce soit, payés d'une parcelle d'un pouvoir dérisoire au regard de de l'Histoire ; scientifiques nés pauvres qui sniffent les ors de la république, mendient des puissants un regard de reconnaissance ou que l'on retourne d'une prime ridicule qui achète le silence criminel de leurs expertises. Tous ceux là sont responsables et coupables.

Alors évidemment on ne plus, on ne veut plus croire tous ces profiteurs de crise qui scient consciencieusement la branche au bout de laquelle sont assis leurs enfants et petits-enfants, insouciants et confiants. Alors, cette fois-ci nous ne laisserons pas faire, nous ne laisserons pas les pro-schiste pas injecter par millions de mètres-cube des produits cancérigènes dans le sous-sol. Et ce pour des millénaires : ils-ne-passeront-pas ! Evidemment.

 

PK

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gérard MEDAISKO 05/09/2012 00:49


Bonsoir Monsieur,


Donnez moi votre adresse e-mail et je vous adresserai l'article qui sera publié le 15 septembre prochain dans le bulletin trimestriel de l'Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole dont deux
extraits ont été publiés dans les BIP des 29 et 30 août écoulés.


Sincèrement


Gérard Medaisko


gerardmedaisko@aol.com

Paul Keirn 05/09/2012 07:56



Bonjour Monsieur,


je vais lire ces textes avec grande attention et vous ferais part de mon opinion.


Cordialement


paul.j.keirn@gmail.com


 



Gérard MEDAISKO 04/09/2012 23:28


J'ai lu l'article de Monsieur PK. Pourquoi ne l'a-t-il pas signé PQ ?


J'aime bien mon nez à la Pinocchio et je ne retire rien de ce que j'ai répondu aux médecins écolos de L'ASEP.


 

Paul Keirn 05/09/2012 00:31



Bonjour ! Au moins avez-vous un tant soit peu d'humour, c'est un bon point. Mais avez-vous visionné le dernier documentaire de Josh FOX, the Sky is pink. Il est impressionnant et les documents
qu'il présente émanent cette fois ci des exploitants de gaz de schiste. N'avez-vous pas été un peu léger dans vos affirmations qui sont elles-mêmes démenties par les preuves apportées. Il n'y a
pas que des "écolos" dans cette histoire, il y a des élus, de droite comme de gauche. Je ne suis pas de ceux qui refusent la science, ni de ceux qui pronent un impossible risque zéro. Mais là,
trop c'est trop. Il y a réellement de quoi être inquiet au delà de toute appartenance politique. Après, il era trop tard.