Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

GAZ DE SCHISTE actualités - 20/02/2013 : le faux désaccord Batho-Montebourg.

20 Février 2013 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #NON AU GAZ DE SCHISTE

Batho-montebourg-gaz-de-schiste-natures-paul-keirn.jpg

La tribune : "Gaz de schiste: quand Batho tacle Montebourg"

Le Parisien : "Gaz de schiste : Batho et Montebourg en désaccord"

L'Usine nouvelle : "Nouvelle fracture entre Batho et Montebourg sur les gaz de schiste"

 

"La ministre de l'Ecologie s'est opposée mardi à un financement public de la recherche sur les techniques alternatives d'extraction du gaz de schiste, s'inscrivant ainsi en faux avec une proposition du ministre du Redressement productif" affirme un magazine que je ne citerais pas. Faut-il être un journaliste vraiment débutant pour imaginer qu'il y a le moindre désaccord entre les ministres ? Ou s'accomoder de la titraille au jour le jour. On ne sait pas.

 

Que dit Delphine BATHO : "Je ne suis pas favorable à un financement public de ces études" car "je considère que les compagnies pétrolières ont les moyens de financer elles-mêmes leurs propres recherches sur les techniques de forage".

Que dit Arnaud Montebourg : Il avait aussi suggéré d'en confier la recherche [d'une technique se substituant à la fracturation hydraulique] à une société publique, "une compagnie nationale, qui puisse maîtriser sous le contrôle du gouvernement et du Parlement les tenants et les aboutissants d'une éventuelle mise en exploitation" de ce gaz "pour éviter les dérapages que nous avons vus dans de nombreux pays".

L'une fait face aux critiques potentielles portant sur le financement par les français, à la bourse exsangue, de recherches bénéficiant aux compagnies privées, sans se préoccuper de la qualité de l'expertise produite.

L'autre fait face aux critiques potentielles sur l'impartialité de l'expertise émaillée de lourds conflits d'intérêt, sans se préoccuper du coût des recherches d'une  alternative à la fracturation hydraulique.

L'une et l'autre disent finalement qu'ils ne remettent pas en cause la recherche sur une technique de substitution. Comme si tout le monde était d'accord sur le principe de cette recherche. La ficelle est grosse.

Alors que manque-t-il pour mettre fin à ce faux désaccord ? Eh bien tout simplement la "voix de son maître", la parole fédératrice de "Consensus man", qui , comme au plus beaux jours de la direction du PS saura trouver la juste voie entre des courants (faussement) divergents. François, départage-nous !

hollande-alias-ConsensusMan.jpg

Alors dans deux ou trois jours, peut-être avant, nous apprendrons que la maître de la voie du milieu, dans sa grande sagesse, indiquera que les recherches seront payées par les compagnies sous contrôle d'une commission d'incorruptibles. Et voici comment passera comme une lettre à la poste l'ouverture des travaux de recherche sur le terrain.

Bien joué. Il fallait quand même préciser que nous n'étions pas dupes de cette fausse querelle !

PK


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article