Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA : le nuage radioactif atteindrait la France le 23 ou 24 mars 2011, selon l'IRSN.

20 Mars 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

nuage radioactif de fukushima source irsn sur paul keirn na 

 nuage radioactif

 

Fil d'information en direct, minute par minute, cliquer l'icone ci-contre

Comme on le voit sur l'image ci-dessus et mieux encore sur l'animation ci-dessous, le nuage radioactif dégagé par les centrales de Fukushima s'est bel et bien répandu sur toute la planète, comme on pouvait le prévoir.

Non seulement à la suite du fameux nuage de Tchernobyl, fameux eu égard aux déclarations indiquant qu'il n'avait pas franchi la frontière française ! Mais également à la lumière des dispersions de poussières volcaniques (Cf. Pinatubo). 

Nuage radioactif fukushima IRSN - repris Natures paul keirn 
Cliquez sur la carte ci-contre pour visualiser l'animation du site de l'IRSN
ou cliquez ci-dessous sur "Démarrez"

 

L'animation réalisée est commentée par l'IRSN de la manière suivante :

"Selon cette simulation, le panache radioactif aurait actuellement atteint le nord-est de la Sibérie, les Etats-Unis et l’ouest de l’atlantique. Il devrait atteindre la France à partir du 23 ou 24 mars.

Les concentrations attendues à terme, d’après cette modélisation, pourraient être de l’ordre de 0,001 Bq/m3 en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer de l’hémisphère nord. Comme attendu, l’hémisphère sud n’est pas significativement affecté par cette dispersion à grande échelle.

A titre de comparaison, les valeurs mesurées au cours des jours suivant l’accident de Tchernobyl étaient dépassaient 100 000 Bq/m3 dans les premiers kilomètres autour de la centrale ; elles étaient de l’ordre de 100 à 1000 Bq/m3* dans les pays les plus touchés par le panache radioactif (Ukraine, Biélorussie) ; en France, les valeurs mesurées dans l’Est étaient de l’ordre de 1 à 10 Bq/m3 (le 1er mai 1986). Aujourd’hui, une très faible activité de césium 137 subsiste dans l’air, de l’ordre de 0,000001 Bq/m3."

* D'autres sources indiquent 4 000 Bq/m² comme ordre de grandeur des retombées constatées en France suite à Tchernobyl.

Au moins peut-on, cette fois-ci, reconnaître à l' IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) un vrai souci de transparence sur les informations. Souhaitons qu'elle ne soit pas le masque de la désinformation sur les quantités de radioactivité. Les quantités de radioactivité sont très faibles, au point d'être sous le seuil de sensibilité des appareils de mesure.  (carte de France en direct des mesures de radioactivité). Cela dit, attention à la reconcentration de la radioactivité tout au long de la chaîne alimentaire ! Soyons tous vigilants.
NATURE(S) continuera toute l'année à surveiller le sujet.


Les retombées...économiques ?

Voilà de quoi nous rassurer, pour autant que le colmatage des effluents des réacteurs se poursuivent. On ne peut pas en dire autant pour le Japon, qui subit une catastrophe sans précédent. La prochaine étape, si tout va bien, sera l'évaluation des retombées économiques mondiales, qui risquent d'être très sévères. Mais nous n'en sommes pas encore là.

 

Pour information, sur le site belge de l'ONDRAF (Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies), on peut lire une intéressante métaphore qui permet de mieux se sortir du maquis des unités de mesure :

"Dans le cadre de la radioactivité, le nombre de pommes qui tombent de l'arbre est indiqué par le Becquerel. L'énergie que ces pommes transmettent à la personne est indiquée par le Gray. Enfin, les bosses que ces pommes provoquent chez la personne sur qui elles tombent sont indiquées par le Sievert.

1 Gray noté Gy=100 rad (équivalence avec l'ancienne mesure en rad, changée en Gray en 1986).Un gray est la dose d'énergie absorbée par un milieu homogène d'une masse d'un kilogramme lorsqu'il est exposé à un rayonnement ionisant apportant une énergie d'un 1 Joule, donc 1 Gy = 1 J/kg

L'unité pour l'activité d'une matière radioactive : le Becquerel

L'unité de mesure de la radioactivité est le Becquerel, en abrégé Bq. Le Becquerel mesure la quantité de rayonnement émise par une matière radioactive. Un Becquerel correspond à 1 désintégration de noyau atomique par seconde. L'eau des océans, par exemple, présente une radioactivité d'environ 12 Bq par litre. Le corps humain a une radioactivité moyenne d'environ 120 Bq par kilo.

L'unité pour la dose absorbée : le Gray

Le rayonnement ionisant transmet de l'énergie aux tissus vivants. La quantité d'énergie transmise à une quantité définie de tissu vivant est appelée dose absorbée. Celle-ci est exprimée en Gray (Gy). Un Gray correspond à 1 Joule/kilo.

L'unité pour la dose équivalente : le Sievert

Certains types de rayonnements entraînent une plus grande ionisation que d'autres. Les rayons alpha plus que les rayons bêta et que les rayons gamma. Pour en tenir compte, la dose absorbée est multipliée par un facteur qui permet d'aboutir à la dose équivalente. Cette dernière est exprimée en Sievert (Sv).

L'unité pour la dose (effective ou efficace) : le milliSievert

Certains tissus et organes sont plus sensibles au rayonnement que d'autres (les glandes génitales beaucoup plus que les surfaces osseuses, par exemple). Pour en tenir compte, la dose équivalente a été pondérée par un facteur de risque spécifique pour chaque tissu ou organe de manière à obtenir la dose effective ou efficace. Ce système présente l'avantage de pouvoir placer tous les types d'exposition humaine au rayonnement ionisant sur une même échelle des risques.

La dose effective ou efficace, souvent appelée tout simplement dose, est exprimée en Sievert. Mais, dans la mesure où cette valeur est très petite, on parle souvent de milliSievert (mSv)."


nuage radioactif Fil info en DIRECT

-o0o-






Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vivy_fraisy 23/03/2011 06:31



Merci pous votre article très explicite.


 



Paul Keirn 23/03/2011 13:34



Cela fait plus de trente ans que je suis le sujet. Merci d'avoir apprécié ! Alors...je continue !!
Paul



Nono 21/03/2011 12:08



Bonjour Paul,


PAS BON POUR LES CHAMPIGNONS 


Bonne journée.


Nono



Paul Keirn 21/03/2011 13:56



Oui, tu as raison, les champignons sont de bons concentrateurs de radioactivité, hélas. Les autres plantes aussi. Le problème c'est la concentration tout au long de la chaine
alimentaire. Je suis en train de travailler le sujet. Ainsi des doses très éparpillées peuvent se reconcentrer, et sachant toute dose est nocive quelle qu'elle soit, le nombre des cancers
augmente systématiquement.