Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - 7 juin 2011 - Quoi de neuf N°74 - Dernières nouvelles du nucléaire - NATURE(S)

7 Juin 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL


QDN-74---cout-du-nucleaire-fukushima-natures-paul-keirn.jpgFUKUSHIMA - ACTUALITES NUCLEAIRES EN DIRECT - REVUE DE PRESSE - DOCUMENTS - ENERGIES DURABLES

A TOUS LES LECTEURS...Matagami, Manseau (Canada) Brussels Liège Enghien Overpelt Monceau-sur-Sambre Vielsalm Gosselies Ayeneux Sint-niklaas Lobbes Verlaine Verviers Bilzen Pâturages Courcelles Mons Sovet Antoing...Geneve Lausanne Rümlang Dübendorf Assens Kilchberg Zürich Vermes Lugano La Chaux-de-Fonds Gland Kirchdorf Fully Neuchâtel Buchs Sion Nyon Nendaz Aadorf Aarau...Canada & Québec Saint-Paul Gaspé Léry Sorel Pierreville Coaticook Sherbrook Noranda Iroquois Montlaurier Gracefield Saint-Jerome Kirkland Montreal Boucherville Barraute Val d'Or Roberval Alma Joliette Gatineau Rimowski ... FAITES-VOUS CONNAITRE ! USA La Jolla Santa Barbara Mountain View palo Alto Charleston... Blida Fez Galway Diourbel Yaoundé Vitebsk Mélita Novosibirsk Séoul Hiroshima Nagoya Yokohama Suwalski Warsaw Cluj Napoca Catanzaro Castolibero ECRIVEZ !...

Informations en direct sur Fukushima et sur l'"après-Fukushima", sur les énergies renouvelables, objectif 2050 (GIEC), nucléaire dans le monde, sécheresse, etc.

 

picto appel news en line fukushima - natures paul keirn Chronique de la fin du nucléaire Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera

location.jpgwebcam Un oeil sur FUKUSHIMA (du vent ce matin, mais pas de fumée) 

 

Au coût de sortie du nucléaire répond en écho le coût du maintien dans le nucléaire.
De 30 à 200 millliards pour "sortir" fustigent en exagérant les pro-nucléaires et le retour au gaz et son effet de serre, sinon à la bougie chère à Sarkozy. Que dire alors des 50 milliards d'Euros - chiffre fournit par EDF - pour se maitenir dans l'atome, avec en prime 28% à 37% d'augmentation des tarifs de l'électricité pour commencer (dans les cinq ans à venir) et un coût carbone proche des 80% de celui de l'exploitation du gaz. Tout cela pour se retrouver avec une production d'énergie monolithique, dangereuse en soi, encore plus dangereuse entre les mains d'exploitants de pays moins riches. Quant au coût du retraitement des déchets...Inestimable. Quant au prix du démantelement des centrales...Brennilissement vôtre (voir ci-dessous). Quel investisseur aurait donné 1 Franc pour assurer le maintien des locomotives à vapeur ? Ceux qui avaient acheté, 
à l'époque, à fonds perdus, de l'Emprunt Russe, probablement. C'est ce problème des coûts que nous rappelle Thibaut Madelin dans l'excellent papier des Echos.

 

____________________MISE A JOUR DE 23H45

 

Les métiers et l’économie « verte »

6 juin 2011 - DÉVELOPPEMENT DURABLE

Sommaire :

____________________MISE A JOUR DE 15H00

 

LES ECHOS - 7 juin 2011 - 12H20

Tokyo reconnaît qu'il avait sous-estimé la gravité de la crise à Fukushima

L'Agence de sûreté nucléaire japonaise a lourdement revu à la hausse son estimation des volumes de rejets radioactifs libérés dans l'atmosphère dans la première semaine de la crise.

Trois mois après la destruction des systèmes de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, les autorités japonaises reconnaissent qu'elles avaient, dans les premiers jours de la catastrophe, largement sous-estimé la gravité de la crise. Ce mardi, l'Agence de sureté nucléaire (NISA) japonaise a indiqué que les volumes de rejets radioactifs dans l'atmosphère avaient atteint 770.000 terabecquerels au cours de la semaine ayant suivi la catastrophe du 11 mars. 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0201423749853-tokyo-reconnait-qu-il-avait-sous-estime-la-gravite-de-la-crise-a-fukushima-173219.php

Depuis des semaines qu'on le dit :

FRANCE SOIR - LES ECHOS -

Fukushima: le combustible pourrait avoir percé les cuves des réacteurs

Selon le Yomiuri Shimbun, le plus grand journal nippon, le gouvernement japonais va informer l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) que le combustible nucléaire en fusion pourrait avoir percé la cuve sous pression des réacteurs 1, 2 et 3 et s'être accumulé au fond de l'enceinte de confinement qui entoure la cuve.

Des experts de l'AIEA ont effectué fin mai une mission d'enquête d'une semaine au Japon. Ils doivent rendre un rapport détaillé lors d'une conférence ministérielle sur la sûreté nucléaire qui se tiendra du 20 au 24 juin à Vienne, siège de l'AIEA.

L'Agence japonaise de la sûreté nucléaire a d'autre part multiplié par deux son estimation de la quantité de particules radioactives émises dans l'atmosphère pendant la première semaine suivant l'accident à Fukushima Daiichi (N°1), le plus grave depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

Elle pense que 770.000 terabecquerels se sont échappés des réacteurs endommagés et non pas 370.000 terabecquerels comme estimé précédemment

http://www.francesoir.fr/actu/fukushima-combustible-pourrait-avoir-perce-cuves-des-reacteurs-107955.html


LE JOURNAL DU DIMANCHE ( Le JDD) - 15H22

Sècheresse : Sarkozy parlera jeudi 

Le Premier ministre François Fillon a indiqué mardi aux députés UMP que le président Nicolas Sarkozy ferait jeudi des annonces concernant la sécheresse qui sévit depuis plusieurs semaines, lors d'un déplacement en province. "La situation reste très grave. On a une concertation étroite avec les organisations professionnelles", a-t-il déclaré lors de la réunion hebdomadaire, à huis clos, du groupe UMP à l'Assemblée nationale. "Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a pris des mesures d'urgence. Nous sommes en train de préparer des solutions et le président de la République s'exprimera sur le sujet lors d'un déplacement jeudi."

http://www.lejdd.fr/Politique/Depeches/Secheresse-Sarkozy-parlera-jeudi-326545/ 

 

MAXISCIENCES - 7 JUIN 2011


"D'infimes quantités de plutonium ont été détectées pour la première fois dans le sol, en dehors de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi", ont annoncé les médias japonais, rapporte le site The Envoy. Des chercheurs ont analysé des échantillons de sol en bordure de route, prélevés à 1,7 kilomètre de la centrale. Selon eux, les quantités de plutonium présentes dans le sol sont à peu près semblables à celles qui ont pu être détectées sur des sites d'essai de la bombe nucléaire.

Des traces de plutonium hautement radioactif ont été découvertes dans le sol, à proximité de la centrale accidentée de Fukushima.
Une preuve que la crise est encore loin d'être terminée, affirment les experts.

.../...

Pour Joe Cirincione, le président du Ploughshares Fund, la situation est alarmante. "Cette crise est loin d'être terminée", affirme-t-il. "Les récentes données montrent que les niveaux de radiations sont plus élevés qu'ils ne l'ont jamais été, et le plutonium dans le sol indique que des particules radioactives continuent à être crachées par les réacteurs", explique-t-il.

http://www.maxisciences.com/catastrophe-nucl%E9aire-au-japon/du-plutonium-detecte-a-proximite-de-fukushima_art15080.html

Et on protège ses arrières. Dès fois que ça aille plus mal :

LE POINT - 15H34

 Nathalie Kosciusko-Morizet : "On ne peut plus penser comme avant Fukushima" - Le Point.fr - Publié le 07/06/2011 à 15:32

En marge d'un séminaire ministériel, la ministre de l'Écologie s'est exprimée sur la politique nucléaire
Il n'est plus possible de "continuer à penser comme on pensait avant Fukushima", a estimé mardi à Paris la ministre française de l'Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet, à l'occasion d'un séminaire ministériel international sur la sûreté nucléaire. "On ne peut pas continuer à penser comme on pensait avant Fukushima. Ce que nous a appris cette catastrophe, ce qu'il faut en retenir, c'est qu'il suffit d'un accident dans une centrale pour avoir des conséquences terribles et irréversibles sur l'humain et sur l'environnement", a jugé "NKM", qui présidait ce séminaire rassemblant 33 pays au siège de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

http://www.lepoint.fr/monde/nkm-on-ne-peut-plus-penser-comme-avant-fukushima-07-06-2011-1339300_24.php

Pendant ce temps dans les nuages...        

OUEST-FRANCE

En déplacement dans la Nièvre, le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy s’est pour la première fois exprimé sur l’abandon du nucléaire par les Allemands.

Ne voulant pas critiquer cette décision, il a en revanche pointé du doigt l’opportunité que cette nouvelle constitue pour la France. « S’ils arrêtent leurs centrales, il va bien falloir les remplacer. On sera candidat pour leur vendre de l’électricité […] et on sera également dans un rapport de compétitivité qui nous sera favorable, tant mieux » a-t-il dit lors d’une table ronde sur le thème des PME et de l’exportation.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-L%E2%80%99arret-du-nucleaire-allemand-favorable-a-la-France-selon-Sarkozy_6346-1824486_actu.Htm

Sarko-dans-les-nues---in-natures-paul-keirn--c-.jpg

 

____________________________________ CE MATIN ______________________

 

ChroniqueLES ECHOS (lesechos.fr)

07/06 | 07:00 | Thibaut Madelin

L'Allemagne bouscule le dogme français de l'atome

.../...Docteur de chimie quantique, la chancelière allemande fait confiance aux statistiques. De ce point de vue, la catastrophe de Fukushima rebat considérablement les cartes, comme le reconnaît Jacques Repussard, directeur de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. « Sur le parc mondial, 14.000 années-réacteurs sont déjà passées et les statistiques montrent qu'on est à 0,0002 accident grave par an, soit vingt fois plus qu'attendu selon les études probabilistes, déclarait récemment au "Monde" cet éminent spécialiste

.../...Le Japon, troisième économie mondiale reconnue pour son savoir-faire technologique, n'y est pas parvenu. L'Allemagne, quatrième économie du globe, dont l'industrie fait référence, préfère renoncer et miser en priorité sur les énergies renouvelables. Sa décision se veut morale, mais aussi économique. Lire la suite :

http://www.lesechos.fr/opinions/analyses/0201421003393-l-allemagne-bouscule-le-dogme-francais-de-l-atome-173072.php 

LE POST - par  Nicoubzh
Sortir du nucléaire ? Oui. Mais Comment ?

.../...Je ne parle pas uniquement des matières fissibles usagées mais de tous les accessoires, combinaisons, gants, filtres, résines, etc. Bien que faiblement radioactif, à coté des matières fissibles, leur nocivité est réelle et peut durer jusqu’à 300 ans.

.../...On doit reconnaître que depuis une dizaine d’années des efforts important ont été fait pour différencier la production électrique du pays. Mais cela s’inscrivait plus dans une logique de diversification que dans un véritable programme de sortie du nucléaire. Ce qui fait que ce dernier capte encore une grande partie des investissements.

.../...D’autre part le démantèlement des centrales nucléaires en fin de vie. L’espérance de vie d’une centrale nucléaire n’est pas illimitée. Il arrivera un jour où chacune d'elle devra être mise définitivement à l’arrêt. Hors  le démantèlement des centrales, on ne connait pas. Le seul exemple en France, le site de Brennelis, un fiasco. En attendent le site reste totalement inexploitable. Et ce pour encore de nombreuses années…

http://www.lepost.fr/article/2011/06/06/2516074_sortir-du-nucleaire-oui-mais-comment.html

brennilis.jpg

Site nucléaire de Brennilis - Wikipédia

En 1985, le réacteur est arrêté définitivement et EDF en prépare la phase de démantèlement. Le coût du démantèlement est évalué en 2005, à 482 millions d'euros par la Cour des comptes, soit 20 fois plus que l'estimation de la commission PEON qui est à l'origine du parc nucléaire actuel1.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_nucl%C3%A9aire_de_Brennilis 

 travaux-a-Brennilis.jpg Travaux à Brennilis (Franchement, ça fait peur !)        

BRENNILIS - Sortir du nuclaire 29 (sortirdunucleaire29.free.fr)

 A Brennilis, la centrale nucléaire est morte mais pas démantelée

La centrale de Brennilis, en Bretagne, est en déconstruction depuis 19 ans. Le niveau de radioactivité du chantier d’EDF inquiète.../...

Le démantèlement devrait reprendre bientôt, en partie seulement : le cœur du réacteur, où l’uranium était mis en contact avec le gaz carbonique et l’eau lourde, dégage un niveau de radioactivité létal. Eric Zelnio, chargé de suivre le dossier à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), se veut rassurant :

« EDF ne sera autorisé qu’à finir la phase du démantèlement qui avait déjà été entamée avant 2006. Cette partie radioactive n’en fait pas partie. »

http://sortirdunucleaire29.free.fr/spip.php?article181

LE FIGARO
Les armes nucléaires menacent le monde

AFP 07/06/2011 | Mise à jour : 06:51

Les armes nucléaires font toujours peser une lourde menace sur le monde car les réductions annoncées de ce type d'armements sont largement compensées par leur modernisation et par la multiplication de leurs vecteurs, selon le rapport annuel du Sipri publié aujourd'hui. Sur les plus de 20.500 têtes nucléaires possédées par huit pays (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan et Israël), "plus de 5.000 sont déployées et prêtes à l'emploi, dont 2.000 sont maintenues dans un état de haute alerte opérationnelle", note l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri) dans ce rapport. .../... A lire de le FIGARO.FR

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/07/97001-20110607FILWWW00304-les-armes-nucleaires-encore-menacantes.php

2010_nucelaire_monde-copyright-LE-FIGARO.jpg

Damien-hypolite---infographiste-figaro.jpg Damine Hypolite - Infographiste

 

L'auteur de l'article suivant ne parle pas du nucléaire, mais son approche très généraliste et tout à fait dans l'esprit des "experts" peut tout à fait s'appliquer aux centrales nucléaires. Et là, cela fait moins rire.

LE JOURNAL DU NET

Les experts s'expriment sur le Journal du Net

Par Thierry Durand (06/06/2011)

De la gestion opérationnelle du risque à la gestion des risques opérationnels.

Toute action, toute décision comporte un risque, le risque de gagner ! Est-il à contrario possible de gagner sans prendre de risques ?

Le risque stratégique tire la croissance 

Toute action, toute décision comporte un risque, le risque de gagner ! Est-il à contrario possible de gagner sans prendre de risques ?

Le risque n'est plus un mot "tabou". La "prise de risques" tire la croissance, elle est vitale lorsqu'il s'agit de risques "stratégiques" choisis, liés aux orientations de l'entreprise, de ses produits, de son développement. Elle est gouvernée par un subtil équilibre entre appétence et capacité.  

.../... C'est de ce paradoxe qu'émerge la nécessaire gestion des risques opérationnels. 

Eradication, protection, surveillance, réaction, prévention, transfert, ces mots décrivent par le menu le paysage familier du gestionnaire des risques. Mais si ces risques peuvent, hypothétiquement, coûter très cher, leur traitement, lui, à toujours un coût, et qui peut être très élevé. C'est bien là le second paradoxe : la gestion des risques opérationnels s'accompagne elle-même de nouveaux risques opérationnels, et non des moindre ! 

.../...D'autres, qui n'ont pas ces contraintes réglementaires ou légales, verront dans ces méthodes une analyse complexe, trop lourde et trop coûteuse : traiter le dixième des risques qu'elles identifient est un seuil déjà hors de portée d'une majorité d'entreprises, qui leur préfèrent une démarche simple, rapide et pragmatique. .../...

http://www.journaldunet.com/management/expert/49917/de-la-gestion-operationnelle-du-risque-a-la-gestion-des-risques-operationnels.shtml


VANITYFAIR.IT -ACCUEIL/ NOUVELLES/ ITALIE

Puzzle nucléaire, 100 questions à résoudre
Le livre sur l'énergie nucléaire dans une centaine de questions qui explique la question de 

Q - Quel est le coût de construction d'un réacteur?

R - Actuellement, le coût moyen pour construire une centrale nucléaire est estimé à environ 2500-3000 € / kW installé (source: ENEA). Selon cette estimation, le coût d'une usine de 1.000 MW serait de l'ordre, puis environ 3 milliards d '€. Mais il ya de bonnes raisons de croire que cette estimation pourrait être trop petit. Le coût de l'EPR de 1600 MW, la production européenne III + réacteur fourni par le cabinet franco-allemand Areva NP, est actuellement en cours d'évaluation dans les pays occidentaux 4000000000-4,5000000000 euros (source: ENEA). En août 2009, Areva NP a publié les dernières estimations du coût final III + usine en construction à Olkiluoto (Finlande), et ceux-ci sont déjà errance environ € 5,3 milliards contre 3,2 initialement calculé

http://www.vanityfair.it/news/italia/2011/06/06/referendum-nucleare-libro

AFTER NUKE...

ENVIROTECH EXPO 2011

envirotech-2011.jpg

A visiter - navigation originale & voir ce qui se fait.

 

picto appel news en line fukushima - natures paul keirn Chronique de la fin du nucléaire Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

odile Girard 08/06/2011 10:35



l'article entier cette fois:


Fisheries Agency opposes Fukushima Daini nuke plant water release plan


TOKYO (Kyodo) -- Tokyo Electric Power Co.'s plan to release water containing traces of radioactive materials from the tsunami-hit Fukushima Daini nuclear power plant to the sea
has been stopped due to stiff opposition from the Fisheries Agency, sources close to the mater said Wednesday.


Although the utility known as TEPCO told the agency that it will release the water after removing radioactive substances to an undetectable level, the agency is not approving
the plan, leaving the fate of the 3,000 tons of the water accumulated in the nuclear power station, located 15 kilometers south from the crippled Fukushima Daiichi power
plant, undecided.


If the water remains in tanks for a prolonged time, the storage facility may be corroded by salt in the water.


After being flooded by tsunami following a magnitude 9.0 earthquake that struck northeastern Japan on March 11, the Fukushima Daini power station saw about 7,000 tons of water
accumulate in its facilities.


Of the water, 3,000 tons in the reactor, turbine and other buildings has been found to contain a small amount of radioactive materials such as
cobalt.


TEPCO initially planned to let the water stay in the tank, but changed its mind after seeing rust in the storage facility and decided to release the water
into the sea.


The level of radioactive materials detected in the water is below the legal standard for releasing such water to the environment. [encore une fois, qui peut se permettre de dire qu’il y a des seuils de radioactivité non dangereux ?]


To seek acceptance of its plan, TEPCO told the Fisheries Agency and local fishermen it would further clean the water with a mineral called zeolite
before releasing it.


The agency declined to comment on the matter.


At TEPCO's Fukushima Daiichi power plant, which lost many of the key functions to keep nuclear fuel cool in the wake of the natural calamities, highly contaminated water was
found to have leaked into the sea.


The utility has also released water with a low level of contamination in line with its plans to deal with the nuclear crisis.


The moves raised concerns over its effects on fisheries and TEPCO's unilateral notice on the releases to local fishermen drew public criticism.


(Mainichi Japan) June 8, 2011



odile Girard 08/06/2011 09:09



ce n'est pas qu'à Fukushima Daiichi qu'on a des problèmes avec l'eau radioactive : petit entrefilet ce matin dans Kyodonews. Les pêcheurs s'opposent à ce que TEPco (encore eux!) relâche de l'eau
radioactive de la centrale Daini en mer.


Fisheries Agency opposes Fukushima Daini nuke plant water release plan


TOKYO, June 8, Kyodo


Tokyo Electric Power Co.'s plan to release water containing traces of radioactive materials from the tsunami-hit Fukushima Daini nuclear power plant to the sea has been stopped
due to stiff opposition from the Fisheries Agency, sources close to the mater said Wednesday.


Although the utility known as TEPCO told the agency that it will release the water after removing radioactive substances to an undetectable level, the agency is not approving
the plan, leaving the fate of the 3,000 tons of the water accumulated in the nuclear power station, located 15 kilometers south from the crippled Fukushima Daiichi power
plant, undecided.


If the water remains in tanks for a prolonged time, the storage facility may be corroded by salt in the water.



odile Girard 07/06/2011 21:20



le Japon vient de commencer ce mardi une étude menée par un panel d'experts indépendants afin de déterminer les causes de la catastrophe de la centrale de Fukushima. Yotaro Hatamura, chercheur
spécialisé dans l'erreur humaine qui dirigera l'équipe, a déclaré en parlant de l'énergie nucléaire :" Je pense que c'est une erreur de la considérer comme sûre".


Voilà qui va nous changer.



Paul Keirn 07/06/2011 22:59



Il est honnête ! Avez-vous les références, la source de l'info ?



odile Girard 07/06/2011 11:55



au Japon le ministère du Travail est en train d'inspecter la centrale de Fukushima pour voir si les règles de sécurité sanitaire industrielles ont été respectées pour les travailleurs de la
centrale.



Paul Keirn 07/06/2011 19:12



Il est grand temps !...