Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - 6 mai 2011 - Quoi de neuf N°43 - Dernières nouvelles - NATURE(S)

6 Mai 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

QDN N°42 fukushima nucleaire actualites natures paul keirn FUKUSHIMA - ACTUALITES NUCLEAIRES EN DIRECT - REVUE DE PRESSE - DOCUMENTS


 

______________________MISE A JOUR DE 12H00 _________


CHAT IRRADIE CRAINT LE PHOTON.

Si rien d'imprévu ne vient troubler la lente remontée de TEPCO vers un équilibre précaire, à horizon fin 2011, le bilan sera lourd au Japon: population éloignée pour un temps 
indéterminé, zones de pêche gravement polluées, perte de confiance vis-à-vis des "experts", des responsables de l'énergie profitable plus que durable, des dirigeants aveugles ou complices.
A l'échelle planétaire, un accroissement, faible mais continu et cumulatif, de la contamination radioactive. 
 Les retombées en Europe, moins lourdes humainement, obligent les politiques à prendre position dans un contexte électoral et malmènent les responsables des organismes en charge de la sûreté nucléaire.
La discordance s'accroit de jour en jour : Total se retire de Penly-EPR, alors que c'est la filière nucléaire de l'espoir technico-commercial de la gouvernance du prétendant à la réélection ; l'IRSN, via son directeur général, Jacques Repussard, donne dans le "notre pays doit accepter de se préparer à des accidents nucléaires complètement inimaginables". Il aura prévenu ! Très rassurant !
Jean-Claude Lacoste, président de l'ASN, l'autorité de sureté nucléaire, avoue que la doctrine en matière d'urgence radiologique en est "au stade de la réflexion" (j'ai vérifié, c'est vrai ! - voir plus loin). Pas davantage rassurant ! Les partis de l'opposition surfent sur la vague, rien de plus normal, avec cette fois la force d'avoir prévenu de longue date des dangers du nucléaire. Les moins politisés enfin, font le parallèle avec d'autres "affaires" où l'on retrouve la trilogie Etat-experts-entreprises : OGM, médiator, aspartame, pesticides où des experts à l'indépendace douteuse sont rémunérés pour désinformer des dirigeants, qui eux-mêmes ont bénéficié  de soutiens de campagne et feignent de ne pas savoir. Le tout pour accroitre les profits à court terme  d'actionnaires sans état d'âme. Des crises comme celle-ci mettent aussi en lumière le comportement éhonté des lobbyistes du Système : par exemple, faire en sorte que les tests de résistance des centrales nucléaires - a priori une preuve de bonne volonté - ne prennent en compte ni l'erreur humaine, ni le terrorisme, ni les crash d'avions ! Ce qui revient à se moquer du monde dans des proportions inégalées. Une attitude lourde de conséquence dans le contexte général européen de la croissance des nationalismes, des replis sur d'illusoires frontières, d'une xénophobie exacerbée par la faiblesse du pouvoir d'achat et du marché de l'emploi.  C'est tout simplement faire le jeu des antiparlementaristes, de ceux qui appellent de leur voeux une Jeanne d'Arc habillée par Charles Martel. C'est prendre le risque d'étrangler la démocratie après l'avoir violée.
_____
Enfin du courage !
.
6 MAI - 13H00 - LE PREMIER MINISTRE JAPONAIS, M. NAOTO KAN EXIGE L'ARRET DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE HAMAOKA
GOOGLE / AFP
Risque sismique: le Japon exige l'arrêt d'une centrale nucléaire
De Jérôme CARTILLIER (AFP) – Il y a 3 heures
.Naoto-kan-premier-ministre-japonais-2011-in-natures-paul-ke.jpg
TOKYO — Le Premier ministre japonais Naoto Kan a exigé vendredi la fermeture d'une centrale atomique dans le centre de l'archipel, région soumise à un fort risque sismique, deux mois après l'accident nucléaire de Fukushima (nord-est) provoqué par un séisme et un tsunami gigantesques.
"J'ai ordonné (...) que Chubu Electric Power arrête les opérations de tous les réacteurs à la centrale nucléaire de Hamaoka", a déclaré M. Kan au cours d'une conférence de presse à Tokyo.
"Cette décision a été prise pour la sécurité des habitants", a-t-il précisé. "Nous avons également pris en compte l'énorme impact qu'un accident grave à la centrale de Hamaoka pourrait avoir sur la société japonaise dans son ensemble", a-t-il ajouté.
Hamaoka-carte-japon-nucleaire-natures-paul-keirn.jpg hamaoka-in-natures-paul-keirn-fukushima-copie-1.jpg.../...
"Les autorités compétentes, dont le ministère de la Science, ont estimé à 87% les chances qu'un tremblement de terre de magnitude 8 frappe la région au cours des 30 années à venir", a souligné le Premier ministre japonais."
.../...
Risque sismique: le Japon exige l'arrêt d'une centrale nucléaire 
AFP - il y a 1 heure
Tokyo demande l'arrêt de la centrale nucléaire de Hamaoka 
L'Express - Il y a 2 heures
Risque sismique: le Japon exige l'arrêt d'une centrale nucléaire 
nouvelobs.com - il y a 1 heure
.

ROMANDIE NEWS - 16H09
Centrales nucléaires: les tests de résistance électrisent l'UE
BRUXELLES - Le grand ménage dans le parc nucléaire de l'UE, promis en mars après la catastrophe de Fukushima, va commencer avec la définition mercredi des critères pour mener les tests de sécurité, mais l'exercice est décrié en raison du refus de prendre en compte un attentat ou un accident d'avion.

Le groupe des autorités de régulations dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG) se réunit mercredi à Bruxelles pour arrêter ces critères. L'objectif est de trouver un consensus.

Le commissaire européen en charge du dossier, l'Allemand Gunther Oettinger va défendre la prise en compte d'un attentat, d'une attaque informatique et la chute d'un avion, assurent ses services.

Mais seize pays, dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne, regroupés au sein de l'association des responsables des Autorités de sûreté nucléaire d'Europe de l'Ouest (WENRA*), entendent limiter ces critères aux seuls catastrophes naturelles qui ont provoqué l'accident de Fukushima au Japon.

Ils sont prêts à rehausser les paramètres actuellement prévus pour vérifier la résistance des centrales aux tremblements de terre, aux inondations, aux variations de températures violentes ou encore à une panne des circuits de refroidissement.

La cause semble entendue, car le club des vieux garçons du nucléaire, surnom donné à Bruxelles au WENRA en référence à la vétusté des centrales qu'il défend, fait bloc. L'Italie et la Suède, qui ont abandonné le nucléaire et l'Allemagne, qui va l'abandonner, ont soutenu cette position et la somme des voix des seize pays est largement majoritaire.
Lire la suite (intéressante) :
http://www.romandie.com/news/n/_Centrales_nucleaires_les_tests_de_resistance_electrisent_l_UE060520111605.asp
.
En savoir un peu plus : WENRA ? -> http://www.mines-energie.org/Dossiers/Nucl2003_1A.pdf
.
OUEST-FRANCE
Hier, pour la première fois depuis le séisme et le tsunami qui ont endommagé la centrale, treize ouvriers ont pénétré dans le bâtiment du réacteur n° 1, dont le toit avait été soufflé par une explosion. Équipés de combinaisons et munis de bouteilles d'oxygène, ils ont travaillé pendant une heure et demie, se relayant par petits groupes. Ils ont connecté huit tubes à des ventilateurs conçus pour filtrer les éléments radioactifs présents dans l'air. Un système qui restera en place deux ou trois jours. Ce qui devrait, par la suite, faciliter les travaux de réparation des circuits de refroidissement, pour l'instant freinés par la radioactivité, trop élevée.
.../...
L'opérateur Tepco, propriétaire de la centrale, pense pouvoir réussir à refroidir les réacteurs et les arrêter, d'ici au début de l'année prochaine. L'Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) estime néanmoins que la situation demeure « préoccupante ». De l'eau douce ¯ dont le pompage reste délicat ¯ est toujours injectée pour refroidir les installations. Hier, sujet d'inquiétude, la température qui s'élève à 240 °C était en hausse dans le réacteur n°  3.
.../...
Eau contaminée rejetée en mer : quel impact ?
Le niveau des substances radioactives a fortement augmenté, à une quinzaine de kilomètres au large de Fukushima. Les échantillons collectés indiquent des niveaux de cesium 137, 600 fois supérieurs à ceux trouvés jusqu'alors. L'IRSN estime que cette pollution affectera l'environnement marin. Des poissons et des algues consommées au Japon pourraient accumuler des radionucléides, comme l'iode 131.

.
ENERZINE.COM
Informer - découvrir - comprendre
.../...
Plus de transparence dans le secteur du nucléaire ?
Voici un petit florilège d'informations - rien que pour la journée d'hier -  qui montre que l'énergie nucléaire n'est pas sans risque, même en Europe :

France : Cette petite phrase nous vient du directeur général de l'IRSN, Jacques Repussard :
"Notre pays doit accepter de se préparer à des accidents nucléaires 'complètement inimaginables', qui représentent le plus grand danger pour ses installations, comme le prouve la catastrophe de Fukushima.".../...
"Si un accident se produit, le moins invraisemblable est que ce soit un accident absolument extraordinaire, lié par exemple à des effets dominos avec d'autres installations voisines, des aléas naturels ou des actes de malveillance. Il faut se préparer à ce type de scénarios", a averti le responsable de l'IRSN jeudi, dans le cadre d'une audition de la mission parlementaire sur la sûreté des installations nucléaires.
Suisse
.../...
D'après un rapport publié par l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire, les piscines de stockage sont insuffisamment protégées en cas de séisme ou d'inondation, dans les centrales de Muehleberg et de Beznau. 
Bulgarie : Jeudi, lors de travaux de maintenance sur l'un des deux réacteurs de la centrale nucléaire bulgare de Kozlodoui - le réacteur étant à l'arrêt - des fissures ont été constatées sur 37 des 61 gaines de protection. La décision de les remplacer toutes a été prise, selon un communiqué de l'exploitant.
Russie : Jeudi toujours. D'après l'Agence fédérale de la flotte nucléaire russe Rosatom, une fuite d'origine nucléaire a été détectée à bord du brise-glace russe à propulsion nucléaire Taïmyr, naviguant dans l'Arctique. Le navire aurait alors été dérouté vers son port initial, à Mourmansk, en mer de Barents. 
.../...
.
.
LEXPANSION.COM -05/05/2011 à 10:46
Nucléaire: les stress tests européens accusés d'être trop laxistes
L'Expansion.com avec AFP - publié le 05/05/2011 à 10:46
Le scénario d'un crash d'avion, d'une attaque terroriste ou d'une erreur humaine ne seront pas examinés. Plusieurs voix s'élèvent en Europe pour dénoncer l'insuffisance de ces test.
.../...
Les écologistes européens ont aussi dénoncé les paramètres retenus pour les tests de résistance à ce stade. "Les scénario du pire se confirme", a accusé le groupe Vert au Parlement européen, en dénonçant l'exclusion de nombreux critères tels que la chute d'un avion de ligne, un attentat terroriste ou une erreur humaine. "Sur la base du projet actuel, les tests proposés par l'Union européenne sont loin d'avoir la rigueur nécessaire pour évaluer correctement la sûreté de nos réacteurs et réduire le risque d'accident", a estimé l'un de ses élus, Yannick Jadot. "Si c'est un succès pour les autorités britanniques et françaises, qui ont réussi par leur intense lobbying à vider le cahier des charges, c'est un échec de plus pour les citoyens", a-t-il jugé.
.
.
LE NOUVELLISTE.CH - 6 mai 2011
L'Inspection fédérale de la sécurité dit avoir tiré les leçons de Fukushima. Mais son rapport publié hier ne satisfait pas la gauche, qui exige la mise hors service de Mühleberg.
"Ce rapport met en évidence de graves problèmes. Nous exigeons donc la fermeture immédiate du réacteur de Mühleberg, de même conception que celui de Fukushima", tonne le socialiste vaudois Roger Nordmann. "Une catastrophe comme celle survenue au Japon ne peut être exclue à 100% en Suisse. Nous ne pouvons plus tolérer un tel risque", enchaîne Leo Scherer, de Greenpeace Suisse, qui, comme les Verts, exige la mise hors service non seulement de Mühleberg, mais aussi des deux réacteurs de Beznau.

C'est Mühleberg qui présente le plus de points faibles aux yeux des experts. Pour refroidir tant le réacteur que la piscine de stockage des barres de combustible usagé, les Forces motrices bernoises (FMB) comptent exclusivement sur les eaux de l'Aar tout proche. Ce pourrait être un problème si le pompage s'avérait soudain impossible, par exemple en cas de forte crue.
(nota : ISFN - L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire IFSN est l'autorité de surveillance de la Confédération pour la sécurité et la sûreté nucléaire des installations nucléaires en Suisse. )
.
ZEGREENWEB.COM
Nucléaire : que valent vraiment les stress tests européens ?
« De quoi les autorités ont-elles peur ? Que nos centrales se montrent défaillantes », s’interroge également M. Jadot, qui prône des expérimentations répondant à « trois conditions indispensables : indépendance, obligation, transparence ». « Toutes ont été refusées par nos dirigeants puisque les tests seront volontaires et que les critères ont été définis avec l’industrie nucléaire sans experts internationaux indépendants », a enfin déploré celui qui a très tôt émis de vives réserves sur ces stress tests pour l’heure bel et bien incomplets, même si le Commissaire européen à l’énergie Günther Oettinger soutient mordicus qu’ils seront « objectifs et sévères ».
.
LE JOURNAL DES ENTREPRISES.COM (76-Seine-Maritime)
En évoquant en mars dernier la possibilité d'un «moratoire» sur le chantier en cours de l'EPR voisin de Flamanville dans la Manche, le président de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) André-Claude Lacoste a donné des sueurs froides aux défenseurs du projet, nombreux dans la région, qui veulent y voir une formidable opportunité économique, à l'image de Sébastien Jumel, maire communiste de Dieppe: «Je n'imagine pas une seconde un tel scénario car il en va de l'indépendance énergétique de notre pays. Quant à Penly, la centrale fait déjà vivre près de 800 familles.Durant le chantier de l'EPR, qui devra être, j'y veillerai, socialement, économiquement et écologiquement exemplaire, plus de 2.500 salariés seront mobilisés et près de 500 resteront sur le site après la construction. C'est une bouffée d'oxygène en matière d'emploi et de développement du territoire pour notre région dieppoise qui a subi un lourd tribut des conséquences de la crise économique et sociale».
.
FRANCE 3 - BASSE-NORMANDIE
Blocage EPR: 42 Greenpeace jugés le 16 juin
Par Catherine BERRA
Les militants de Greenpeace déférés au parquet
Une procédure inhabituelle à Cherbourg au lendemain de l'action des militants de Greenpeace sur le chantier de l'EPR. Les 16 militants qui étaient montés dans les grues ont été déférés devant le procureur de la République puis le juge de la détention et des libertés
L'arrivée des militants au palais de justice de Cherbourg saluée par des manifestants
France 3 Basse-Normandie
Ils comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Cherbourg.
Ils comparaîtront pour "entrave concertée à la liberté du travail" et "opposition à l'exécution de travaux publics". 
.
INDEPENDANT OMS(WHO) / AIEA
Français
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne remplit pas sa mission de protection des populations victimes des contaminations radioactives.
English
The World Health Organisation (WHO) is failing in its duty to protect the victims of radioactive contamination.
Castellano
La Organización Mundial de la Salud (OMS) no cumple con su misión de proteger las poblaciones víctimas de la contaminación radiactiva.
Deutsch
Entgegen ihrer Aufgabe schützt die Weltgesundheitsorganisation (WHO) nicht die Bevölkerungen, die Opfer radioaktiver Verseuchung wurden.

.
LE POINT
La France se penche sur sa gestion des conséquences d'une crise nucléaire
Le Point.fr - Publié le 05/05/2011 à 18:59 - Modifié le 05/05/2011 à 19:02
L'exemple japonais rappelle que l'Hexagone doit encore améliorer ses dispositifs en cas d'accident nucléaire.
.../...
jeudi et vendredi à Paris un séminaire de réflexion du Comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d'un accident nucléaire ou d'une situation d'urgence radiologique (Codirpa), destiné à élaborer une doctrine française en la matière. Simple hasard de calendrier, puisque cette réunion de tous les acteurs du nucléaire français avait été programmée dès 2007.
.../...
Premier constat, les acteurs concernés (exploitants, autorités de contrôle, associations, pouvoir publics...) en sont encore au stade de la "réflexion". C'est le président de l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) lui-même, André-Claude Lacoste, qui en fait l'aveu. 
.../...
Les réflexions du Codirpa devraient notamment déboucher sur un "guide de sortie de la phase d'urgence" après un accident nucléaire. Il devrait être publié au cours de l'année 2011. Ses préconisations sont "en cours d'expérimentation sur trois sites" nucléaires, ceux de Tricastin, de Fessenheim et de Civaux.
.
A SUIVRE : DOSSIER CODIRPA...
.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ubick 06/05/2011 16:25



Excellent billet, bonne vue d'ensemble, le nucléaire dans son contexte, les liaisons dangeureuses. Et salut d'un ancien Varois exilé (Fréjus, Lorgues, Draguignan, Figanières, St Aygulf...)


Bonne chance pour le boulot. 



Paul Keirn 06/05/2011 19:03



Sympa ! Sûr, qui connaît Figanières est vraiment un Varois ! Merci, j'espère aussi


Amitiés


Paul