Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - 28 avril 2011 - Quoi de neuf N°35 - Dernières nouvelles - NATURE(S)

28 Avril 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

 

Quoi-de-neuf-n-35---natures-paul-keirn-fukushima.jpg FUKUSHIMA - ACTUALITES

.
.
_____________________________
MISE A JOUR DE 17H00 (en deuxième partie)
- Sarkozy fait très fort
- Souhaite de l'aide pour la lecture critique du nouveau doc de l'IRSN "Tchernobyl 25 ans après" (à télécharger)
- Irradiation des employés de Fukushima
...
_____________________________
MISE A JOUR DE 12H00
.
Que de choses intéressantes ! Pas un jour sans plusieurs surprises de taille. Au total, plus on creuse, plus on est informé, plus on a peur du nucléaire. Ainsi, paradoxalement, la volonté de rassurer en jouant une certaine transparence, se retourne contre les pro-nucléaires. Des informations qui parfois imposent la relecture, le cerveau se croit trompé par les yeux ! On ne voudrait pas croire ce qu'on lit, écrit de la main même de ceux qui prétendent nous rassurer (voir plus avant). Deuxième point : des remerciements ! Pour les milliers de lecteurs et lectrices de ce site. Les outils cartographiques permettant de voir d'où viennent les lecteurs. On se sent moins seul.  Désormais, un outil de chat en colonne de droite. Avec une auto-critique (assez française) d'être trop peu international. Alors, aujourd'hui un clin d'oeil au Québec, très actif, très pragmatique. Et puis de nouvelles infos sur les faibles doses de radioactivité : tout converge vers leur dangerosité et selon un modèle proportionnel. Grave. En route !...

Situation inchangée à Fukushima, c'est-à-dire "très grave" (dixit l'AIEA ! C'est dire)
_____________________________
Picto 
Einstein La phrase est bien d'Albert Einstein. Le montage est réalisé avec writeonit.org
_____________________________


AIEA - Bulletin de situation du 27 avril
Exposé de l'AIEA sur Fukushima Accident nucléaire (27 avril 2011, 18 : 00 UTC)
1. Situation actuelle
Dans l'ensemble, la situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi reste très grave, mais il existe des 
signes de reprise de certaines fonctions, telles que l'énergie électrique et l'instrumentation.

.
AIEA - Point en une image
AIEA - 27 avril 2011 - Point état des réacteurs Fukushima
http://www.slideshare.net/iaea/table-summary-of-reactor-unit-status-at-27april0700-utc
_____________________________

REMERCIEMENTS ! (A cliquer)
cnx europe 2 cnx canada
cnx mondecnx suisse
_____________________________

LA REVUE DES RESSOURCES
Charte pour sortir la France du nucléaire
Plus de 35 000 personnes ont déjà signé la charte du Réseau "Sortir du nucléaire".
N’attendez plus, signez vous aussi notre charte : la France doit sortir du nucléaire !
Depuis 25 ans, Tchernobyl a fait plus d’un million de morts. Au Japon, la catastrophe de Fukushima est un 
rappel tragique : un accident nucléaire majeur peut se produire partout, n’importe quand. Même en France. 
Surtout en France, le pays le plus nucléarisé au monde.
70 % des Français sont favorables à la sortie du nucléaire selon les plus récents sondages. Nous devons 
nous mobiliser, toujours plus nombreux, pour faire entendre leur voix ! Pour dire : "Tchernobyl, Fukushima, 
plus jamais ça !"
_____________________________

QUEBEC
Sortir le Québec du nucléaire
bandeau
Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire
(Montréal, le 21 mars 2011) – Une coalition de groupes écologistes, artistiques, scientifiques, des députés et personnalités politiques du Parti Québécois et de Québec solidaire ont tenu une conférence de presse le 21 mars afin d’exiger la fin de l’aventure nucléaire au Québec
« Fermer Gentilly-2 libèrerait des milliards pour soutenir un vrai virage en faveur de l’efficacité énergétique et du développement des énergies renouvelables. »

Éric Notebaert
Vraiment, prenez les 8'42" pour cette vidéo :
     
A explorer l'etude Mangano et l'étude Kikk (je n'aurais pas le temps !) dont parle Éric Notebaert en fin de vidéo.
Ci-dessous, un exemple d'initiatives concrètes. Nous suivrons régulièrement TQCV parce que NATURE(S) est aussi passionné par les nouveaux modes de culture et permaculture. Sortons déjà au maximum  du nucléaire et de la malbouffe par nous-même, au quotidien. cela n'empêche pas l'exigence politique.
_
Québec transition
Transition Québec centre-ville est un groupe de citoyen-ne-s actifs des quartiers centraux de Québec motivés à réduire la dépendance de sa communauté aux énergies fossiles, afin d'améliorer son autonomie et sa résilience en vue du pic pétrolier et des changements climatiques et économiques à venir. Nous nous inspirons du mouvement mondial des Villes en Transition. Le but est de connecter les citoyens et groupes actifs afin de les amener à s'organiser et à travailler ensemble pour multiplier jardins collectifs, circuits courts, bâtiments verts et toute initiative qui nous permettra de reprendre en main l'organisation de notre économie.
Vous pouvez participer à l’élaboration de notre nouveau site web en vous inscrivant dès maintenant sur le 
Forum.
_____________________________

LES ECHOS - 12/04/11 
Nucléaire : une trentaine de réacteurs dans le monde risquent d'être fermés
Pour les analystes de la banqueUBS, la catastrophe de Fukushima va conduire les Etats à fermer certaines centrales, notamment les plus vieilles ou celles situées sur des zones sismisques.

.
GREENPEACE
QND base 00
Les activistes de Greenpeace ont planté des milliers de croix fluorescentes dans le Circus Maximus de Rome pour honorer les centaines de milliers de victimes de l'accident nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, dont on commémore aujourd'hui les 25 ans. Ces croix crient l'urgence de recourir à des solutions alternatives pour éviter de nouveaux Tchernobyl... ou Fukushima.

_____________________________

DOMINIQUE LEGLU
FUKUSHIMA (suite 34) De l’uranium de Fukushima en Californie ?
Depuis quelques jours, une nouvelle inquiète certains spécialistes, qui débattent sur des sites comme celui du département d’ingénierie de l’université de Berkeley (1) ou qui réclament des éclaircissements et surtout des données – que « le gouvernement [américain] doit avoir, je le pense », estime ainsi Arnie Gundersen, déjà cité dans ce blog (2). Que se passe-t-il ?  Voilà une semaine, a été annoncé par l’organisation « Low level 
radiation campaign » (LLRC (3)), que « de l’uranium issu de Fukushima a été détecté en Californie », après analyse des données recueillies par l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA),.La LLRC explique que des « niveaux élevés d’uranium ont été trouvés dans les filtres dont l’EPA dispose dans le Pacifique nord »,  et qu’elle a réanalysé des « données récentes publiées sur le site RADNET de l’EPA pour les Iles Marianne (à 2800 km au sud de Fukushima), Hawaï, la Californie et Seattle » (les données de RADNET sont détaillées en pièce jointe sur le site de la LLRC). Cette reprise des données,montrées sur un 
graphe permet de voir clairement la baisse des niveaux (mesurés en nanobecquerels [milliardièmes de becquerels] par m3), quand on s’éloigne du Japon, en passant par les îles, puis à Hawaï, enfin à Seattle et en Californie (où les mesures dépassent tout juste le bruit de fond). D’où l’inquiétude immédiatement exprimée, selon laquelle “le Japon est bien plus fortement contaminé que tous ces sites, comme nous l’avons prédit. » Et la LLRC d’insister : “ Il est extrêmement préoccupant qu’aucune donnée concernant uranium et plutonium n’ait été publiée par les autorités du pays ». .../...
_____________________________
DOCS

LES FAIBLES DOSES

extrait BEIR VII
Le modèle BEIR VII d'analyse des faibles doses conduit à une proportionnalité et donc à l'élimination de l'existence de seuils. Ce qui est fondamental. Complément dans la journée
_____________________________

L'ANALYSE D'HELEN CALDICOTT
Helen Caldicott est une militante anti-nucléaire et médecin australienne, née à Melbourne en 1938.
Elle accède à la notoriété en 1982, grâce à sa participation au documentaire canadien If you love this planet. Caldicott y accuse alors la Hershey Foods Corporation de distribuer des aliments contaminés par du strontium 90 suite à l'accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island. Selon Caldicott, le strontium 90 absorbé par les végétaux est ensuite ingéré par les vaches, produisant ainsi le lait contaminé qu'utilisait la société Hershey.
En 1982, elle fonde également l'association Women’s Action for Nuclear Disarmament (WAND, mouvement des femmes pour le désarmement nucléaire), ensuite renommé Women’s Action for New Directions (WAND, mouvement des femmes pour des orientations nouvelles), un groupe visant à réduire l'utilisation de l'énergie nucléaire.
Helen Caldicott participa activement au sein du groupe Physicians for Social Responsibility de 1977 à 1986, une organisation regroupant 23.000 médecins désirant informer la population des risques de l'énergie nucléaire. Elle travailla à travers le monde à la création de groupes similaires. L'un d'entre eux, l'International Physicians for the Prevention of Nuclear War (groupe international des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire) a été récompensé par le prix Nobel de la paix en 1985. http://fr.wikipedia.org/wiki/Helen_Caldicott

Repris de 7SUR7.BE (rewrité)
Pour Helen Caldicott, il n'y a pas photo: la catastrophe de Fukushima est pire que celle de Tchernobyl.
La physicienne australienne, qui étudie depuis plus de trente ans les effets des armes nucléaires, ne mâche pas ses mots: "Ce qui est arrivé au Japon est bien pire que Tchernobyl qui a contaminé 40% de l'Europe.
Dans son dernier rapport, Caldicott revient sur Tchernobyl et indique que près d'un million de personnes sont mortes suite à cette catastrophe nucléaire et dénonce le silence des autorités sur le sujet. Mais pour elle, la situation dans laquelle se trouve la centrale nucléaire de Fukushima est encore moins enviable!
Un désastre jamais égalé
"Jamais auparavant, six réacteurs nucléaires d'une centrale n'ont été gravement endommagés au même moment. Ces réacteurs sont condamnés", explique-t-elle. "Trois ingénieurs ayant contribué à la conception de Fukushima se sont retirés du projet à l'époque car ils savaient que la centrale n'était pas sûre, que la région était sujette aux séismes".
"Que s'est-il passé à Fukushima? Les barres de combustible ont tellement chauffé qu'elles ont fondu, comme à Three Mile Island et à Tchernobyl. Mais ici, il ne faut pas oublier que les générateurs d'urgence ont été détruits par le tsunami, empêchant l'eau de refroidissement d'atteindre les réacteurs. Ce n'est pas rien!".
"Il ne faut pas oublier la dangerosité de ces barres: elles sont tellement radioactives que si vous les approchez, vous décédez en quelques minutes. Vos cheveux tombent, des hémorragies internes se déclarent et vous mourrez comme un malade du sida".
Radioactivité puissance 1000
"Ces barres doivent être refroidies. Hélas, lors des explosions à Fukushima, les toits des réacteurs ont été soufflés et deux bassins de refroidissement sont à sec. Cela signifie que les barres radioactives sont hors de l'eau et le matériau qui compose la coque s'enflamme lorsqu'il est exposé à l'air... On peut donc conclure que le taux de radioactivité dans les bassins de refroidissement est dix à vingt fois plus élevé qu'au niveau du coeur du réacteur. Dans chaque cellule de refroidissement, on trouve l'équivalent d'un millier de bombes Hiroshima. (...) Einstein a dit: L'énergie nucléaire est une façon diabolique de faire bouillir l'eau.  Et c'est bien à cela que se résume l'énergie nucléaire: faire bouillir de l'eau pour actionner des turbines grâce à la vapeur" ajoute-t-elle.
"L'uranium est déjà très toxique, mais il peut se révéler encore plus dangereux une fois manipulé. Les Américains ont utilisé de l'uranium à Falloujah et Bagdad, en Irak. A Falloujah, 80% des bébés présentent de graves malformations: des bébés nés sans cerveau, d'autres avec un seul oeil, sans bras... Au point que les médecins recommandent aux femmes de ne plus faire de bébés! Les cancers chez les enfants sont douze fois plus nombreux que la normale. En Irak, la guerre nucléaire a été un véritable génocide. L'uranium utilisé ne se décompose qu'après 4,5 millions d'années, voilà comment on a empoisonné le berceau de notre civilisation".
"A Tchernobyl, on a vu plus de 20.000 personnes souffrir du cancer de la thyroïde et de bien d'autres maladies! 40% de l'Europe est encore contaminée: ne mangez pas d'aliments européens!" ajoute-t-elle.
Plutonium
"Mais Tchernobyl n'est rien par rapport à ce qui s'est passé à Fukushima. L'un des éléments les plus meurtriers est le plutonium, qui vient de Pluto, dieu des enfers. Un millionième de gramme vous donne le cancer, si vous l'inhalez. Si vous répartissez un demi kilo de plutonium à travers le monde, c'est toute la population mondiale qui souffrira d'un cancer. Fukushima contenait 250 kilos de plutonium... C'est suffisant pour dire adieu à l'hémisphère Nord."
"Arrêtez de manger durant 600 ans"
Et ça ne s'arrête pas là... "Vous ne pouvez pas détecter le goût des éléments radioactifs, ils n'ont pas d'odeur, on ne peut pas les reconnaître. Une fois dans votre corps, il faut cinq à soixante ans pour qu'un cancer se développe. Toute la radioactivité est nuisible, chaque dose augmente le risque de cancer. La nourriture contaminée le restera durant 600 ans! Et le pire est qu'il n'y a plus rien à faire..." 
27/04/11 15h23
_____________________________

RETRAITEMENT
Traitement du combustible nucléaire usé
Risques technologiques
Extrait de Wikipedia
Outre les risques de vol ou trafic de matière fissile, ou d'accident durant le transport des déchets à retraiter, le traitement lui même comporte les risques liés à la manipulation de matériaux radioactifs et toxiques. Des accidents sont possibles.

Ainsi a-t-on découvert 83 000 litres de matière radioactive le 19 avril 2005, dans une enceinte en béton armé de l’usine de traitement Thorp de Sellafield, qui faisait suite à une rupture de canalisation non détectée durant plusieurs mois. 200 kg de plutonium en solution dans l'acide nitrique s'était écoulé le long d'une cuve et accumulé dans une léchefrite, avec un risque d'accident de criticité.

L'enquête a conclu 2 que l'uranium et le plutonium s'était ainsi écoulé environ 9 mois au sol puis dans le puisard. Un rapport de 28 pages a été publié et mis en ligne3, concluant l'enquête demandée par l'autorité de sureté britannique (HSE/ND4).

L'entreprise, poursuivie pour non-respect de trois autorisations concernant respectivement la « sûreté, les mécanismes, appareils et circuits », les « instructions opératoires » et les « fuites et pertes de matériaux radioactifs ou de déchets radioactifs » a du payer 500 000 £ d'amendes plus environ 68 000 £ de frais de procédures. Environ 19 tonnes d’uranium et 160 kilogrammes de plutonium (sur 200 kg selon l'IRSN) dissous dans de l’acide nitrique ont été récupérés par pompage dans le puisard du réservoir hors de l’usine désormais fermée de Thorp.

Selon l'IRSN, c'est un « excès de confiance dans la conception de l’usine » et « une culture de sûreté insuffisante » qui serait à l’origine de ces défaillances. L'accident a été classé au « niveau 3 » sur l'échelle INES. L'usine jumelle de la Hague a modifié ses procédures pour éviter ce type d'accident.

_____________________________

ARTICLE DE LOI - Comment ça peut se dérouler...
rejets d'effluents radioactifs liquides et gazeux 
.
Modifié par Décret n°2010-882 du 27 juillet 2010 - art. 1
Si une installation nucléaire de base présente, pour les intérêts mentionnés au I de l'article 28 de la loi du 13 juin 2006 susvisée, des risques graves qui ne peuvent être prévenus ou limités de manière suffisante, les ministres chargés de la sûreté nucléaire adressent, après en avoir informé l'Autorité de sûreté nucléaire, un projet de décret ordonnant la mise à l'arrêt définitif et le démantèlement de l'installation en application de l'article 34 de la loi du 13 juin 2006 à l'exploitant, au préfet et à la commission locale d'information qui peuvent 
présenter leurs observations dans le délai qui leur est imparti par les ministres. Ceux-ci transmettent le projet pour avis à la commission mentionnée à l'article D. 511-1 du code de l'environnement. Le projet de décret, éventuellement modifié pour tenir compte des observations et avis recueillis, est transmis par les ministres à l'Autorité de sûreté nucléaire qui rend son avis dans un délai de deux mois. Ce délai peut être réduit à quinze jours en cas d'urgence.L'Autorité communique son avis à l'exploitant. Le décret en Conseil d'Etat ordonnant la mise à l'arrêt définitif et le démantèlement est pris sur le rapport des ministres chargés de la sûreté nucléaire. Il est motivé et son contenu est conforme aux dispositions prévues au II de l'article 38. Il fait l'objet des mesures de notification, de communication et de publication définies à l'article 17.
L'Autorité de sûreté nucléaire fixe les prescriptions nécessaires pour la protection des intérêts mentionnés au I de l'article 28 de la loi du 13 juin 2006 dans les conditions définies au III de l'article 38.
_____________________________

INCIDENTS DE TRANSPORT (non ! EVENEMENTS DE TRANSPORTS ! Nuance)
rapport de l'IRSN
rapport sur les événementslink 

"Les principaux enseignements tirés des évènements de transport de matières radioactives survenus en 
France entre 1999 et 2007
  
EXTRAIT
.../..."Il peut être relevé que les évènements liés aux transports de matières radioactives ont diminué de 27 % durant les années 2005-2007 par rapport aux années 1999-2004 (80 évènements par an en moyenne contre 110 précédemment) alors que le nombre de transports reste globalement stable. A cet égard, les mesures correctives mises en œuvre, notamment pour les types d’évènement les plus fréquents (par exemple les dépassements de limite de contamination surfacique), ont montré leur efficacité. Les fluctuations observées, notamment l’augmentation relative du nombre d’évènements survenus en 2006, puis en 2007, par rapport à 
l’année 2005, révèlent l’importance d’inscrire ces actions d’amélioration dans la durée. En effet, il est nécessaire que les actions correctives apportées ponctuellement à la suite d’incidents soient déployées dans le cadre d’un processus global d’amélioration."
   
IRSN - Tableau des incidents de transport de matières radi
"De même, parmi tous ces évènements de transports de matières radioactives, peu sont classés comme « anomalies » et très peu comme « incidents » (10 évènements classés au niveau 1 en 2007), et les situations correspondantes ont été gérées sans risque pour la population ou l’environnement. Il y a notamment une bonne confiance et une bonne collaboration entre les acteurs de l’intervention sur le terrain. Cela est dû, en partie, au travail mené en profondeur via les formations, les exercices et l’analyse du retour d’expérience."

 
http://www.irsn.fr/FR/base_de_connaissances/Installations_nucleaires/transport/Documents/irsn_incidents-
usage-civil_bilan-transports-1999-2007.pdf
_____________________________

DOC de l'IRSN
A PROPOS DES EFFLUENTS RADIOACTIFS REJETES PAR LES CENTRALES

page 45/52
5.5. Sensibilité et incertitude – calcul de l’impact des rejets réels attendus
5.5.1. Sensibilité et incertitude
En règle générale, un certain nombre d’hypothèses simplificatrices sont adoptées dans la
composition des effluents rejetés, dans la modélisation des transferts dans l’environnement et dans le comportement et le régime alimentaire des populations. Certains paramètres qui interviennent dans les calculs ne sont connus qu’imparfaitement. De plus, il est fréquent d’adopter une démarche majorante dans le choix des hypothèses simplificatrices. Le calcul des doses est donc nécessairement entaché d’incertitude.
Bien qu’une analyse d’incertitude complète sorte du champ du dossier, il est souhaitable qu’une étude de sensibilité aux paramètres qui influencent le plus la dose et aux paramètres les plus incertains soit fournie, notamment pour estimer la dose maximale susceptible d’être reçue par les populations compte tenu des incertitudes.
Une telle analyse est à mener en fonction des enjeux dosimétriques associés aux rejets et des aspects du calcul d’impact sur lesquels des incertitudes importantes peuvent exister, comme par exemple les coefficients de transfert radioécologiques.

5.3.1. Recensement des voies de transfert dans l’environnement et des voies d’atteinte des populations
Toutes les voies de transfert des radionucléides, des émissaires jusqu’aux populations, sont
explorées. Il s’agit aussi bien des voies permanentes que des voies intermittentes,
irrégulières ou rares. Toutes les populations concernées sont étudiées, notamment toutes
les classes d’âge. Tous les radionucléides rejetés sont étudiés. Les deux grandes formes de
rejets (gazeux et liquides) sont considérées.
Toutes les voies d’atteinte (exposition externe, exposition interne par ingestion et par
inhalation) sont explorées.
La synthèse de toutes ces combinaisons (toutes les populations, toutes les voies de
transfert, toutes les voies d’atteinte) conduit à une liste de voies qui est généralement
importante, mais dans laquelle de nombreux regroupements sont généralement possibles
(par rejets liquides et gazeux, par catégories de radionucléides, par catégories de
populations, par grands types de voies d’atteinte).
Les voies de transfert, les radionucléides et les voies d’atteinte très mineures ne sont
négligées qu’après justification, éventuellement au moyen d’estimations sommaires.
http://www.irsn.fr/FR/base_de_connaissances/librairie/Documents/publications_pour_les_professionnels/IR
SN_guide_etude_impact_radiologique_INB.pdf
_____________________________
Les pro-nuke discutent entre eux...

LES REJETS RADIOACTIFS ET CHIMIQUES DES CENTRALES NUCLEAIRES D’EDF

.../...
Au niveau des rejets de tritium
 La réduction des limites de rejet fait apparaître une difficulté vis-à-vis des rejets liquides de tritium compte tenu de l’utilisation de nouvelles gestions de combustible produisant davantage de tritium. Une démarche a été engagée auprès de l’administration en vue de revoir à la hausse d’un facteur 1,5 les limites de rejet de tritium par voie liquide afin de permettre l’utilisation de ces nouvelles gestions prévues 
entre 2007 et 2010.
.../...
http://www.sfrp.asso.fr/IMG/pdf/ST7-Hartmann.pdf
sfrp= société française de radioprotection
"La Société Française de Radioprotection (SFRP) est née en 1965 de la fusion de deux précédentes Sociétés : la Société de Radioprotection créée sur l’initiative du Docteur Henri Jammet et la Section Française de la Société Américaine "Health Physics Society" mise en place par Monsieur Francis Duhamel. Le Président fondateur de la SFRP a été le général Norbert Chassende-Barroz, et depuis, la SFRP a compté vingt-six Présidents. La déclaration de création, sous le régime des associations sans but lucratif, a été déposée en préfecture le 18 février 1965."
_____________________________
Après (dixit) : "Fukushima n'est pas une catastrophe". Monsieur Sorin persiste et signe :
SORIN - Le nucléaire : une « bonne affaire » économique
http://www.sfen.org/fr/societe/environnement/rejetsrad.htm
Francis Sorin
"Du point de vue du consommateur d’électricité, le nucléaire se révèle également une « bonne
affaire ». Si la construction d’une centrale nucléaire nécessite un investissement important, le coûtde production de son kilowattheure (incluant le démantèlement et le traitement des déchets) serévèle aujourd’hui inférieur de 5 % à 25 % à celui des kWh charbon et gaz (du fait que peu d’uraniumest requis pour fabriquer beaucoup d’électricité…)."
_____________________________
Toujours la SFEN, qui ne semble pas gênée par ses propos. Tout va bien, on est content !

LES REJETS RADIOACTIFS DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES
"Les principaux radio-éléments rejetés 
 .../...
En fonctionnement normal, les installations nucléaires rejettent en quantités significatives trois éléments radioactifs: le krypton 85 (l'usine de retraitement de La Hague essentiellement), le tritium et le carbone 14. 
Tous les autres radioéléments rejetés n’ont qu’une incidence marginale par rapport à eux. 
Le krypton 85 est un gaz rare émetteur bêta gamma de 10,7 ans de période. C'est un produit de fission qui est retenu dans l'élément combustible et qui est libéré sous forme gazeuse à l’occasion du du retraitement.
Etant un gaz rare, le krypton est inerte et n’entre que dans de très rares cas dans des combinaisons chimiques avec d'autres éléments. Il n'interfère pas avec les tissus vivants (végétaux, animaux, corps humain) et peut donc être déchargé de façon contrôlée dans l'atmosphère(1).
Le tritium est un isotope radioactif de l'hydrogène, émetteur béta de très faible énergie (sans gamma associé) d’une période de 12,3 ans. On le retrouve dans les effluents sous forme d’eau tritiée (T-O-H) et de gaz (T-H). 
L’eau tritiée se dilue très aisément dans l'eau naturelle qui a les mêmes caractéristiques chimiques et peut être rejetée de façon contrôlée dans les fleuves ou les courants marins(2) .
Le carbone 14 est un émetteur bêta d'une période de 5730 ans. Il est formé en réacteur par réactions de neutrons sur l'azote et l’oxygène contenus dans les combustibles, dans l'eau du circuit primaire et dans certains circuits à l’état de combinaisons chimiques (oxydes, nitrates, nitrures...)
Contrairement au krypton, le carbone 14 peut aisément entrer dans des combinaisons en particulier avec les matières organiques, les conditions de son rejet doivent donc être très précisément contrôlées et limitées(3). 
_____________________________
INFO+

AMERICIUM 241 - Qu'est ce que c'est ?
WIki
L’américium 241 mesuré dans l’environnement provient soit d’un rejet direct, soit indirectement de la 
décroissance de l’isotope 241Pu.
On distingue 3 causes majeures de rejets8:
 Les essais nucléaires atmosphériques (estimées à 80 % du total).
 Les rejets des installations nucléaires lors du traitement du combustible.
 Et les rejets dus à des accidents (principalement l’explosion de la centrale de Tchernobyl en 1986).
Après dissémination dans l’environnement, l’américium peut être incorporé dans tous les constituants de la 
chaine alimentaire et présenter diverses formes chimiques plus ou moins solubles. L’américium est un 
composé moyennement transférable, qui se dépose principalement dans le squelette, le foie et les gonades, 
quelle que soit l’espèce considérée9. À ce titre, il a un comportement proche de ceux des autres éléments 
transuraniens. Il se distingue toutefois du plutonium par un temps de rétention dans les organes moins 
important et une toxicité moins prononcée. La CIPR retient une période biologique de 20 ans.
_____________________________

ALARA
Dans le domaine de la cyndinique (science du risque), ALARA est l'acronyme de l'expression anglophone « 
As Low As Reasonably Achievable » ( "As Low As Reasonably Achievable" ; qui se traduirait en français par « 
Aussi bas que raisonnablement possible »).
_____________________________
pk in simpson Edifiant, non ?
_________________________________
MISE A JOUR DE 17H00
MAXISCIENCES
Japon : une employée de Fukushima exposée à de fortes radiations
Info rédaction, publiée le 28 avril 201
Tokyo Electric Power (Tepco), a annoncée qu'une des employées de la centrale de Fukushima avait reçu des doses radioactives trois fois plus importantes que la normale.    
Suite à l'accident survenu le 11 mars dernier à la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, l'ensemble des employés avaient quitté le site 12 jours plus tard. Une des employées, affectée aux tâches logistiques au sein de la centrale, a reçu des radiations de 17,55 millisieverts quand la limite maximale admise pour les femmes est de 5 millisieverts sur une période de trois mois seulement. Or, une exposition annuelle à plus de 100 millisieverts augmente de façon conséquente les risques de cancers futurs
ZONEBOURSE.COM - 12H43
AIEA : conférence en juin sur les conséquences de Fukushima
PARIS (Dow Jones)--L'Agence internationale de l'énergie atomique organisera une réunion à Vienne en juin prochain pour examiner les conséquences de l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon et les moyens de renforcer la sécurité des installations nucléaires, a déclaré jeudi son directeur général, Yukia Amano.
Cette réunion, qui doit rassembler les ministres de l'Energie des Etats membres de l'AEIA, "ne portera pas uniquement sur l'accident de Fukushima, mais sur l'ensemble des questions de sécurité nucléaire", a déclaré le responsable lors d'une conférence de presse au siège de l'Organisation de coopération et de développement économiques, ou OCDE, à Paris.
Cette conférence examinera notamment la réponse internationale apportée à la crise japonaise et les moyens d'améliorer cette coopération à l'avenir, a-t-il ajouté.
-Thomas Varela, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 4
LEMONDE.FR | 28.04.11 | 15h15
Nicolas Sarkozy, qui visitera la semaine prochaine une centrale à Gravelines, dans le Nord, a de nouveau eu recours à un argument sommaire, déjà développé lors de ses vœux au monde rural, en janvier : "Nous n'allons pas revenir à la bougie." Sortir du nucléaire reviendrait à "se couper un bras", selon lui.
Revenant sur la catastrophe de Fukushima, le chef de l'Etat a jugé que "l'accident au Japon n'est pas un accident nucléaire, il est dû au tsunami. Or un tsunami au centre de la France serait une nouveauté". Pour lui, "la France peut être à la fois leader du nucléaire et des énergies renouvelables".
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/04/28/l-environnement-nouvelle-etape-de-l-operation-reconciliation-de-sarkozy_1513953_823448.html#ens_id=1508557
LE POINT  
Nicolas Sarkozy ira dans une centrale pour défendre le nucléaire
"J'aurai occasion la semaine prochaine d'aller dans une centrale nucléaire pour confirmer le choix de l'engagement dans l'énergie nucléaire", a-t-il dit lors d'une table ronde consacrée au secteur du bois.
"La perte de sang-froid d'un certain nombre de ceux qui devraient au contraire regarder l'avenir et non pas regarder la dernière émotion est extravagante", a-t-il ajouté.
TEMOIGNAGE CHRETIEN
Nucléaire : Fukushima, et après ?
La catastrophe japonaise a laissé envisager un tournant en matière de politique énergétique mondiale. Il n'en est rien. Aujourd'hui, seule l'Allemagne a fait le choix de sortir du nucléaire.
Un peu plus d’un mois après l’accident, alors que la situation ne cesse de se dégrader au Japon, à tel point que le premier ministre Naoto Kan a officiellement interdit, le 21 avril dernier, l’accès à un périmètre de 20 km autour de la centrale, la perspective d’une sortie du nucléaire semble s’évaporer comme le nuage de Tchernobyl en son temps.
Seuls l’Allemagne et l’Italie ont aujourd’hui opté pour des mesures radicales. Le 15 avril, la chancelière allemande, Angela Merkel a indiqué qu’elle souhaitait que l’Allemagne sorte du nucléaire « le plus tôt possible », au profit notamment de l’énergie éolienne. Date avancée : 2022 pour la fermeture de la dernière ce
IRSN pulie un dossier Tchernobyl
Nucléaire civil : Tchernobyl, 25 ans après
Publié le 28.04.2011
Consultez le dossier intitulé "les leçons de Tchernobyl" réalisé à destination du grand public par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Le 26 avril 1986, l’un des 4 réacteurs qui composent la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, explosait accidentellement lors d’un essai technique. Le panache radioactif qui s’est alors formé a conduit à la dissémination progressive d’éléments radioactifs (iode 131, césium 134, césium 137) sur la plupart des pays d’Europe.
SOUHAITE DE L'AIDE POUR ANALYSER DE DOC
OUEST FRANCE
Le navire Rainbow Warrior s’est vu refuser l’autorisation de s’approcher des côtes proches de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima (nord-est du Japon) pour y effectuer des mesures sur la qualité de l’eau, a affirmé ce jeudi l’organisation écologiste Greenpeace.
« Le gouvernement japonais a refusé de donner à Greenpeace l’autorisation de mener à bien une surveillance indépendante à l’intérieur des 12 miles (20 km) des eaux territoriales », déplore Greenpeace dans un communiqué. L’organisation précise que Tokyo a « seulement approuvé un programme beaucoup plus limité, plus au large ».
_____________________________

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article