Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - 27 mai 2011 - Quoi de neuf N°64 - Dernières nouvelles - NATURE(S)

26 Mai 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

quoi-de-neuf-64-in-natures-paul-keirn.jpg FUKUSHIMA - ACTUALITES  + G8 NUCLEAIRES EN DIRECT - REVUE DE PRESSE - DOCUMENTS

A TOUS LES LECTEURS...Matagami, Manseau (Canada) Brussels Liège Enghien Overpelt Monceau-sur-Sambre Vielsalm Gosselies Ayeneux Sint-niklaas Lobbes Verlaine Verviers Bilzen Pâturages Courcelles Mons Sovet Antoing...Geneve Lausanne Rümlang Dübendorf Assens Kilchberg Zürich Vermes Lugano La Chaux-de-Fonds Gland Kirchdorf Fully Neuchâtel Buchs Sion Nyon Nendaz Aadorf Aarau...Canada & Québec Saint-Paul Gaspé Léry Sorel Pierreville Coaticook Sherbrook Noranda Iroquois Montlaurier Gracefield Saint-Jerome Kirkland Montreal Boucherville Barraute Val d'Or Roberval Alma Joliette Gatineau Rimowski ... FAITES-VOUS CONNAITRE ! USA La Jolla Santa Barbara Mountain View palo Alto Charleston... Blida Fez Galway Diourbel Yaoundé Vitebsk Mélita Novosibirsk Séoul Hiroshima Nagoya Yokohama Suwalski Warsaw Cluj Napoca Catanzaro Castolibero ECRIVEZ !...

(c) Agence SIPA

picto appel news en line fukushima - natures paul keirnEN DIRECT Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera) 

 

L'Union Européenne s'est penchée sur la réglementation de la taille minimale de la banane (je vous l'indique : 140 mm x 47 mm, on ne sait jamais, ça peut toujours servir). Friands de réglementations les pays européens ont cependant l'harmonisation sélective : la banane, oui ; la sûreté nucléaire, non ! Aucune norme de sécurité commune, chaque pays fait ce qui lui plaît (voir plus avant)...
 
Suite dans l'après-midi. Mise en ligne de 9H54.
Ecrire un commentaire - Partager              

INRS - LE POINT SUR LA SITUATION A FUKUSHIMA AU 25 MAI 2011

Début mai, le Département américain de l’énergie (US-DOE/NNSA1) et le Ministère japonais de l’éducation, de la culture, des sports, de la science et de la technologie (MEXT2) ont conjointement publié une carte des dépôts de césium radioactif (activité surfacique des césiums 134 et 137, en becquerels par mètre carré – Bq/m2) autour de la centrale de Fukushima Dai-ichi (figure 1). Cette carte a été réalisée à partir des résultats de mesures radiologiques effectuées par campagnes aériennes (490 heures de vol) et de mesures effectuées au niveau du sol, notamment par spectrométrie gamma (136 points de mesure). L’IRSN ne dispose pas du détail de ces résultats de mesure.

Cette carte confirme que des dépôts radioactifs importants sont présents dans une zone d’une cinquantaine de kilomètres de long et d’une vingtaine de kilomètres de large, au nord-ouest de la centrale de Fukushima Dai-ichi. Dans cette zone, l’activité de l’ensemble des deux isotopes radioactifs du césium (137Cs et 134Cs, contribuant approximativement à part égale à cette activité totale) dépasse 600 000 becquerels par mètre carré (Bq/m2) et atteindrait entre 3 et 30 millions de Bq/m2 dans la partie centrale de cette zone ayant reçu les dépôts les plus intenses. Les entités administratives (communes) dont le territoire est partiellement concerné par ces dépôts les plus élevés (supérieurs à 3 millions de Bq/m2 en 137Cs et 134Cs), sont : Futaba, Okuma, Obioka, toutes 3 intégralement à moins de 20 km de la centrale ; Namie, en grande partie dans la zone des 20 km ; Iitate, Katsurao, Minamisoma et Kawamata (très partiellement pour cette dernière), toutes à plus de 20 km de la centrale.

carte-fukushima-source-INRS-25-mai-2011-in-natures-paul-kei.jpg Cliquer pour agrandir

Cartes de dépôts cumulés en 134Cs+137Cs dans un rayon de 80 km autour de la centrale.
(voir les cartes concernant la pollution de la nourriture)

Sources : www.mext.go.jp/english et http://blog.energy.gov/content/situation-japan.

DOC INRS : http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN-NI_Fukushima-Consequences_environnement_Japon-25052011.pdf

Ecrire un commentaire - Partager        

 

radio-canada-logo-copie-1.jpg

Photo: La Presse Canadienne /AP/Damien Meyer, Pool

G8-courants-d-air-in-natures-paul--keirn.jpgDe gauche à droite : Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Stephen Harper, Naoto Kan, Angela Merkel et David Cameron, le 26 mai 2011 à Deauville, France

L'après-Fukushima

La nécessité d'une nouvelle réglementation sur la sûreté nucléaire s'est imposée au sommet du G8, après l'accident à la centrale de Fukushima, au Japon. Une session travail s'est déroulée à ce sujet jeudi.Si l'Allemagne souhaite clairement se débarrasser du nucléaire, ce n'est pas le cas de la majorité des pays du G8. Toutefois, ils prônent tous une vigilance accrue et se sont engagés à renforcer la sûreté de leurs centrales.Les pays ont aussi exprimé leur solidarité au Japon en promettant de l'aide pour reconstruire son économie et pour gérer l'après-Fukushima.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/05/26/015-sommet-g8-jeudi-nucleaire-monde-arabe.shtml

Archives RADIO CANADA sur le nucléaire

Énergie nucléaire : d'espoirs et de désillusionsCANDU, c'est de l'énergie nucléaire civile, propre, sécuritaire et peu coûteuse, croit-on en 1952. Mais chacune de ces prémisses éclatera sous le poids des controverses. En 1999, le pays n'a vendu que huit réacteurs à l'étranger. Sur la vingtaine de CANDU en fonctionnement au Canada (presque tous en Ontario), la moitié sont fermés dans les années 1990 pour cause d'usure, comme l'explique Yves Gingras, professeur d'histoire à l'Université du Québec à Montréal.

http://archives.radio-canada.ca/economie_affaires/energie/dossiers/47/


47 DEPARTEMENTS ! - 27 mai 2011

article_secheresse--c--SIPA.jpg
Photo (c) SIPA

20MINUTES.FR

Nathalie Kosciusko-Morizet : «On est en situation de crise»

«On est en situation de crise et de gestion de crise», avait souligné la semaine dernière la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, après avoir réuni avec un mois d'avance la commission de suivi hydrologique (dit «comité sécheresse») rassemblant les représentants du BRGM (bureau de recherche géologiques et minières), tous les usagers de l'eau, des élus et des experts, afin de faire le point sur la situation.

http://www.20minutes.fr/article/729870/moitie-france-obligee-restreindre-consommation-eau

 

BOURSIER.COM

carre secheresseLa sécheresse affecte la production française d'électricité

(Boursier.com) -- La sécheresse qui sévit actuellement en France a entraîné des débits inférieurs à la normale dans de nombreux cours d'eau, provoquant une diminution de la production hydroélectrique et touchant les moyens nucléaires et thermiques refroidis par ces mêmes cours d'eau. Eric Besson, le ministre chargé de l'Energie a donc annoncé jeudi la mise en place d'une "cellule active de veille sur la sécurité d'approvisionnement électrique" de l'Hexagone."Cette cellule rassemble les administrations compétentes en matière d'énergie ainsi que RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité", précise Eric Besson dans un communiqué.

Lire la suite

http://www.boursier.com/actualites/economie/la-secheresse-affecte-la-production-francaise-d-electricite-8810.html

Ecrire un commentaire - Partager        

RENDEZ-VOUS sur RFI

DIMANCHE 29 MAI 2011

Débat : Quand sera terminé le réaménagement de la mine d’uranium de Mounana au Gabon ?

Par Anne-Cécile Bras

La mine d’uranium de Mounana dans le sud-est du Gabon a cessé de fonctionner en 1999, après 40 ans d’exploitation. 10 ans plus tard, suite à des plaintes de nombreuses ONG, Areva, l’association d’avocats Sherpa, et l’ONG Médecins du monde signent un accord ouvrant la voie à l'indemnisation des salariés ayant travaillé, pendant 40 ans, sur ce site radioactif sans protection. Un observatoire de la santé est créé pour identifier les ayants-droits. En 2011, combien de victimes ont été indemnisées ? Le site est-il dépollué ? Comment vivent les populations aux alentours ?

Invités :

- Didier Fohlen, directeur en charge des questions environnementales de l’activité minière d’Areva
- William Bourdon, avocat, président-fondateur de l’association Sherpa
- Igor Strauss, journaliste-reporter à RFI
- Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, responsable du laboratoire CRIIRAD

http://www.rfi.fr/emission/20110529-1-debat-quand-sera-termine-le-reamenagement-mine-uranium-mounana-gabon
 

140 mm x 27 mm...

calibrer-la-banane.jpg 

Du calibrage de la banane dans l'Union Européenne. Voir ci-dessous !      

radio-canada-logo.jpg

PRESSEUROP.EU

repris de Die Tageszeitung

Réglementez le nucléaire, pas les bananes

L'UE harmonise la réglementation sur les fruits et légumes, mais pas sur la sécurité nucléaire. 

Après Fukushima, il est aberrant que les Etats continuent de décider seuls, sans contrôle et dans l'opacité, déplore un journaliste allemand. 

Bernward Janzig

Toute banane commercialisée sur le territoire de l’Union européenne doit mesurer au minimum 14 centimètres de longueur et 27 millimètres d’épaisseur. C’est ce que l’on peut lire dans le règlement européen sur les normes de qualité pour les bananes. Pour les centrales nucléaires exploitées dans l’Union, il n’existe en revanche aucune norme de sécurité commune. Chaque pays fait exactement ce qui lui plaît, et l’appareil communautaire, d’ordinaire obnubilé par l’uniformisation – avec, dans le meilleur des cas, des résultats comiques – apparaît soudain dépourvu de toute compétence formelle.Il n'y a pas plus absurde. Si nous perdons le contrôle d’un réacteur nucléaire, peu importe où il se trouve en Europe, c’est l’ensemble du continent qui sera touché. Or, c'est précisément dans ce domaine que les Etats membres peuvent décider seul de ce qu'ils font et de ce qu'ils permettent. Une telle conception de l’Union européenne, qui ne fixe des normes que dans les domaines dépourvus d’importance, est insupportable. Plus que jamais depuis Fukushima. Sinon, la communauté risque à terme de se muter en république bananière.
.../...

Plus que jamais, il semble évident que le tournant énergétique a surtout besoin aujourd’hui de personnes qui œuvrent activement à bannir purement et simplement le nucléaire à l’aide des sources d’énergie alternatives. Hier, par exemple, les installations photovoltaïques allemandes ont produit 120 millions de kilowattheures d’énergie solaire – soit la production journalière de quatre centrales nucléaires.

Créer des précédents concrets, voilà sans doute aujourd’hui le meilleur moyen de mettre fin une fois pour toutes à cette ère de folie nucléaire. En Allemagne comme en Europe.

Lire la suite

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/677681-reglementez-le-nucleaire-pas-les-bananes

Ecrire un commentaire - Partager        

Die Tageszeitung

quotidien-allemand.gifAvec un peu plus de 60 000 exemplaires vendus chaque jour, c’est le plus petit tirage des quotidiens nationaux allemands, mais depuis sa fondation, en 1979, le tageszeitung occupe une place particulière dans le paysage médiatique allemand. Créé comme alternative à la presse traditionnelle, le journal se déclare « irrévérencieux, commercialement indépendant, intelligent et amusant ». Proche du parti Vert allemand, le quotidien adopte les positions des intellectuels de gauche du pays avec des prises de position en faveur des féministes et des écologistes

http://fr.wikipedia.org/wiki/Die_tageszeitung


 POINT

La France a-t-elle joué la transparence sur le nuage de Fukushima ?

Le Point.fr - Publié le 26/05/2011 à 19:10

Une association indépendante (ndr - la CRIIRAD) dénonce la qualité de l'information délivrée et demande au Premier ministre de lancer une enquête.

Selon l'association indépendante, le panache a été détecté pour la première fois en France le 22 mars, et non le 24 comme l'affirme l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Et contrairement aux données communiquées par cet organisme public chargé de la surveillance de la radioactivité, l'iode 131, un radioélément responsable de cancers de la thyroïde, aurait été mesuré dès le 22 sur les trois quarts du territoire, en quantité 20 fois supérieure à celle révélée par l'IRSN le 24 mars, pour le seul Puy-de-Dôme...

Pour sa part, l'IRSN se défend d'avoir caché l'information :

"Nous n'avions aucune raison de sous-estimer la contamination", répète Jean-Marc Peres. Selon lui, la Criirad minimise d'ailleurs les quantités d'iode 131 dans l'air, qui ont été non pas 20 fois supérieures à la valeur détectée le 24 mars dans le Puy-de-Dôme, mais plus de 100 fois supérieures (sur une période de plusieurs jours) sans que cela ait de conséquences pour la santé. "

http://www.lepoint.fr/societe/la-france-a-t-elle-joue-la-transparence-sur-le-nuage-de-fukushima-26-05-2011-1335606_23.php

 

LE MIDI LIBRE - 27 mai 2011 - 6H00

Le nuage radioactif de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima-Daiichi, au Japon, a-t-il touché la France le 22 ou le 24 mars dernier ? La Criirad (commission de recherche indépendante sur la radioactivité) estime que les autorités nucléaires françaises - IRSN, ASN... - ont affirmé que le nuage est arrivé le 24, soit deux jours après le reste des pays européens, pour faire "coller" la réalité à leurs simulations - et instaurer la confiance. De plus, selon la Criirad, ces autorités n’auraient pas dit toute la vérité sur les rejets radioactifs (dont l’iode-131) mesurés en France. Selon elle, l’on se trouverait dans un cas de "désinformation" comme pour Tchernobyl, en 1986.

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a réfuté les "allégations" de la Criirad. L’association aurait utilisé des relevés qui correspondent à plusieurs jours de mesures et non une seule journée. L’ISRN confirme donc que l’arrivée d’une "masse d’air faiblement contaminée" avait "probablement" eu lieu le 24 mars, en se basant sur des mesures faites au Puy-de-Dôme.

http://www.midilibre.fr/2011/05/26/fukushima-debat-francais,325362.php

G8 - Nucléaire: le G8 promet de renforcer la sécurité.

Ecrire un commentaire - Partager        

ENERZINE.COM

L'Italie va suspendre ses projets nucléaires 

Silvio Berlusconi, qui demeure un fervent partisan de l'énergie atomique, a finalement décidé de renoncer pour le moment à l'implantation de centrales nucléaires, suite à la récente catastrophe intervenue au Japon et plus particulièrement à Fukushima. La situation serait alors remise au goût du jour d'ici un ou deux ans.

.../...

http://www.enerzine.com/2/12088+litalie-va-suspendre-ses-projets-nucleaires+.html

 


Cliquez sur les icones pour connaître la politique nucléaire des pays d'Europe

 

RUE89

Programmés les 3 et 4 juin à Saint-Michel-sur-Orge (Essonne) dans le cadre d'un festival local, deux spectacles de la compagnie Asa NIsi MAsa ont été annulés. La raison invoquée par le maire de la commune : leur sujet commun, le nucléaire, est devenu aujourd'hui « trop sensible ».

.../...

atomic_alert_theatre_essonne_inside.jpg

De son côté, le cabinet du maire reste convaincu d'avoir pris la bonne décision.« Il ne s'agit pas de remettre en cause la démarche culturelle de l'artiste. Mais de respecter une réalité dans la culturelle japonaise : celle de la pudeur ! Et devant la catastrophe du 11 mars, programmer un spectacle lié à la vie des victimes parraissait au-delà de la pudeur. » La mairie UMP refuse que l'on justifie cette déprogrammation par ses orientations politiques.

http://www.rue89.com/2011/05/26/deux-spectacles-sur-le-nucleaire-sautent-a-cause-de-fukushima-205908


GUYSEN.COM

Rapport de l'ONU : Israël a bombardé un site nucléaire syrien en 2007

Par Emilie Sanchez - Mercredi 25 mai 2011 à 10:43

Le rapport de l'ONU a affirmé que le site bombardé en Syrie par Israël en 2007 était un réacteur nucléaire. Des rapports confidentiels ont révélé que les enquêteurs de l'AIEA avaient estimé que le réacteur de Dair Alzour était destiné à produire du plutonium, probablement pour concevoir des armes nucléaires.

L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a estimé que le site syrien bombardé par Israël en 2007 était ''très probablement'' un réacteur nucléaire. Le rapport de l'ONU pourrait ouvrir la voie pour que Damas soit déférée devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies le mois prochain.

zour1.png zour2.png

Le rapport confidentiel de l'AIEA vient confirmer les déclarations américaines selon lesquelles la Syrie construisait secrètement un réacteur sur le site de Dair Alzour dans le désert, probablement pour des objectifs militaires.

.../...

Le rapport a été obtenu par l'agence Reuters ce mardi 24 mai, un jour après que l'Union européenne ait imposé des sanctions contre le chef d'Etat syrien Bachar al-Assad ainsi que d'autres hauts responsables, accroissant la pression sur son gouvernement pour mettre un terme aux violences commises contre les manifestants depuis plusieurs semaines.

 sans-titreazour.png

Qui est GUYSEN ?

"Guysen International News est une agence de presse qui fournit à ses lecteurs une information spécialisée sur le Moyen-Orient ; le site web lancé en 1998 et la chaîne de télévision lancée en 2007 couvrent également l’actualité internationale. 

Guysen International News est une agence de presse indépendante de toute tutelle, politique ou autre. Guysen s’oppose au terrorisme, et à toute manifestation de racisme, d'islamophobie, d’antisémitisme ou de judéo-phobie. 

 Son objectif est de défendre également la francophonie par la publication d'articles et de dossiers qui ont été pensés et écrits en français." 

http://www.guysen.com/qui.php

 

LEXPRESS.FR

Le site secret de Daïr Alzour, en Syrie, bombardé en 2007 par l'aviation israélienne, abritait "très probablement" un réacteur nucléaire qui aurait dû être déclaré aux instances internationales, estime l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans un rapport confidentiel obtenu mardi par Reuters.
      

BASTAMAG.NET

LA HAGUE

Retraitement des déchets nucléaires : les cachotteries d’Areva

PAR Luc Chatel (26 mai 2011)

Chez Areva, il y a aussi du déchet dans le traitement de l’information. C’est le constat dressé le 19 mai lors d’une conférence de presse par Éric Zelnio, responsable de l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) chargé d’inspecter les usines de retraitement des déchets nucléaires de La Hague (Manche). Areva a sous-estimé, selon lui, trois événements survenus en 2010, en les classant au niveau 0 sur l’échelle INES [1] alors qu’ils étaient de niveau 1 (« anomalie »).

L’ASN est intervenue à plusieurs reprises auprès de l’établissement « pour modifier le niveau de classement proposé par Areva », souligne Éric Zelnio. « Il n’est pas normal que pour environ un quart [des événements], l’ASN soit quasiment obligée de se fâcher pour obtenir une déclaration. » Éric Zelnio a également déclaré avoir « découvert » certains événements lors de visites du site.

Quand Areva détecte des problèmes, c’est leur suivi qui est mis en cause : « l’analyse qui en est faite ne conduit pas toujours les exploitants du groupe AREVA à avoir une vision partagée des problématiques de sûreté [...] et à en tirer tous les enseignements ». Conclusion du rapport : « Plusieurs incidents montrent [...] toujours des faiblesses dans l’organisation de la sûreté et de la radioprotection des installations du groupe AREVA. »

bastamag-logo-in-natures-paul-keirn.jpg 

Qui est BASTAMAG ?

Le qui sommes-nous ? : "L’association Alter-médias (ndr - éditrice de bastamag.net) vise à mettre en place et soutenir des outils d’information indépendants, répondant à quatre grands principes :

Proposer un décryptage de l’actualité et des problématiques sociales et environnementales telles qu’elles se posent localement et globalement,

Mettre en avant les alternatives concrètes et les pistes de solutions existantes répondant aux grands enjeux sociaux et écologiques qui se posent,

Regrouper journalistes, acteurs associatifs, chercheurs et citoyens sensibles à ces questions pour élaborer ensemble des supports d’informations et leurs contenus.

Assurer des formations à destination de citoyens et de structures associatives pour un apprentissage des techniques de production et de diffusion de l’information (écriture, vidéo, photo, conception de sites…)

L’association Alter-médias soutient, depuis l’automne 2008, le projet de site Internet « Basta ! » (www.bastamag.net) sur les problématiques sociales et environnementales, sur la solidarité internationale et l’engagement citoyen. « Basta ! » est un site d’informations participatif dont le contenu écrit, visuel et audiovisuel est publié sur Internet depuis décembre 2008. L’accès au site est libre."

"Les grands dossiers publiés

L’agriculture, les OGM, l’enjeu alimentaire et les alternatives au modèle productiviste 
L’habitat écologique 
La crise financière et ses conséquences sociales 
La santé au travail et le management par le stress 
Les pratiques sociales et environnementales des entreprises et les alternatives portées par le secteur de l’économie solidaire 
Les questions posées par l’émergence de nouvelles technologies : nanomatériaux, nano-aliments, semences de synthèses…"

http://www.bastamag.net/article1131.html

ASSOCIATIONS
Site THE GREENWEB : 

Lutte contre la pauvreté rurale

Lutte contre la pollution

 

 

Ecrire un commentaire - Partager        

picto appel news en line fukushima - natures paul keirnEN DIRECT Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera) 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article