Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - 1er mai 2011 - Quoi de neuf N°38 - Dernières nouvelles - NATURE(S)

30 Avril 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

quoi-de-neuf-38.jpg FUKUSHIMA - ACTUALITES

 

________________________________

 

 

En résumé, voici les "doses admissibles" légales selon les époques :

1938 : 500 à 700 mSV/an pour les travailleurs

1939 : 150 mSv par an

1959 : 120 mSV/an

1963 : 5 mSV


A toutes les époques (de l'ère nucléaire) ceux qui imposent les normes, imposent "leurs" scientifiques. Comme disant l'unique vérité bien sûr. On n'est jamais si bien servi que par soi-même ! Les autres sont des amateurs-écolo-pacifistes-gauchistes-idolatrant-la-bougie. Seulement voilà : à chaque époque les "vrais scientifiques" à la botte de la CIPR (Commission internationale de protection radiologique (CIPR, en anglais International Commission on Radiological Protection ou ICRP)) et de l'AIEA ont donné des "vraies valeurs"...Mais toutes différentes !!! Les suivants démentant donc les précédents ! Un lèche-cul chasse l'autre. De qui se moque-t-on ! Ainsi les normes d'aujourd'hui défendues avec tant de vigueur par les tenants du lobby militaro-industriel nucléaire seront-elles sans doute obsolètes dans 1 an, 5ans. Faute d'avoir écouté les dizaines d'études qui montrent que les faibles doses sont elles aussi cancérigènes et faute d'avoir attendu le plus longtemps possible, défendant l'indéfendable, combien de morts y aura-t-il eu en plus ? 

 

Et voici le texte de wikipédia qui raconte cette histoire (même imparfaitement, quelques infos sont à glaner) :


CIPR (in Wikipédia)

Historiquement, le système de prévention des risques radiologiques a d'abord été fondé sur la notion de seuil : une exposition était jugée admissible si elle restait largement en dessous de la dose où des conséquences sanitaires apparaissent. La première limite de dose, qui date de 1938, concernait les seuls professionnels et équivalait à 500 à 700 millisieverts (mSv) par an. Ces fortes doses ne peuvent résulter que de situations accidentelles, et peuvent constituer la limite au-delà de laquelle un accident du travail doit être reconnu ; la CIPR justifiant ses limites par comparaison avec d’autres risques professionnels.

 

Après la seconde guerre mondiale, l’action cancérogène des rayonnements a été reconnue et il est devenu évident que des expositions inférieures aux limites peuvent avoir des conséquences graves. La CIPR recommande alors un abaissement des limites de dose : 3 mSv par semaine pour les travailleurs (soit environ 150 mSv par an) et le dixième de cette valeur pour la population (en raison de possibles risques génétiques et de la sensibilité de certains individus qui les rend particulièrement vulnérables aux rayonnements). La Publication 1 de la CIPR, de 1959, remplace la limite professionnelle hebdomadaire par une limite annuelle qui tient compte de l’accumulation des doses ; cette limite correspond à une moyenne de 50 mSv par an mais autorise des dépassements exceptionnels, bornés à 30 mSv par trimestre, soit un maximum de 120 mSv par an. En 1963, la CIPR s’intéresse de très près aux cancers radio-induits et aux effets héréditaires, risques potentiels des faibles doses ; et la limite annuelle est fixée à 50 mSv pour les travailleurs et à 5 mSv pour les personnes du public50, dans la mesure (à partir de 1977) où la moyenne sur la vie ne dépasse pas 1 mSv par an.

 

La Publication 60 de la CIPR, publiée en 1991, fait la synthèse des travaux sur les risques de cancers radio-induits, et pose que le maximum tolérable sur la vie entière est 1 sievert pour les travailleurs et 70 mSv pour les personnes du public. Les limites de dose annuelles en sont déduites : abaissées à 20 mSv pour les premiers (avec dépassement autorisé jusqu’à 50 mSv une année, dans la mesure ou la moyenne sur 5 ans ne dépasse pas 20 mSv par an) et maintenues à 1 mSv pour les seconds 

 

1938 : 500 à 700 mSv/an 

1939 : 150 mSv/an

1959 : 120 mSV/an

1963 : 5 mSV

 

Edifiant !

 

____________________________________

 

L'EXPRESS - 14H52

Le Japon n'apprécie pas l'humour des Guignols

PARIS - L'ambassade du Japon à Paris a protesté auprès de la chaîne Canal+ pour des sketches des Guignols de l'info se moquant de la situation dans ce pays, après le tremblement de terre de mars et la catastrophe nucléaire à Fukushima, a-t-on appris dimanche auprès de l'ambassade.

http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/le-japon-n-apprecie-pas-l-humour-des-guignols_988066.html

 

afp-logo-1-4-21f2f.jpg - 13H34

Fukushima: une deuxième employée exposée à des radiations élevées

(AFP) – Il y a 5 heures

TOKYO — Une deuxième femme ayant travaillé sur le site de la centrale accidentée de Fukushima a reçu des doses de radioactivité supérieures à la limite légale autorisée, a annoncé dimanche l'opérateur Tokyo Electric Power, cible de vives critiques de la part du gouvernement.

Cette femme âgée d'une quarantaine d'année, et qui fait partie de l'équipe médicale, a été exposée pendant trois mois à des radiations de 7,49 millisieverts alors que la limite maximale autorisée pour les femmes est de 5 millisieverts sur trois mois.

Cette limite est inférieure à celle des hommes, en raison des risques potentiels pour le bébé en cas de grossesse.

L'employée "n'a pas de problème de santé et sera examinée par un docteur lundi", a déclaré le porte-parole de Tepco, Yoshinori Mori.

Mercredi, Tepco avait annoncé qu'une première femme, qui s'occupait de tâches logistiques, avait reçu des radiations de 17,55 millisieverts.

.../...

La limite légale de radiations autorisées pour les hommes travaillant dans le nucléaire en temps de crise a été relevée à 250 millisieverts par an depuis l'accident de Fukushima, contre 100 auparavant. Une exposition annuelle à plus de 100 millisieverts augmente les risques ultérieurs de cancer, d'autant que la radioactivité "absorbée" se cumule avec les expositions futures.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hxcD_NY46bihT67DdHx518_7Mt_g?docId=CNG.e526ad4c0493c54207afefd219097fe4.681

 

________________________________

ENTREE EN VIGUEUR DU NOUVEAU ZONAGE SISMIQUE

LES DOCUMENTS OFFICIELS :

 

Cartes régionales du zonage sismique

Cartographie du zonage sismique de la France

Nouveau zonage sismique de la France (entrée en vigueur le 1er mai 2011)

carte très grand format : http://www.planseisme.fr/IMG/jpg/zonage_2010_1-2.jpg

http://www.planseisme.fr/local/cache-vignettes/L450xH629/zonage_2010_1-df48a.jpg

Le site officiel : http://www.planseisme.fr/Zonage-sismique-de-la-France.html

NEWS-ASSURANCES

Construction / Séisme : Une nouvelle carte du zonage sismique en vigueur en France le 1er mai

.../...

Prenant en compte les codes parasismiques de l’Eurocode 8 de l’UE, les sols sont classés en cinq catégories principales allant de A (sol de type rocheux) à E (sol mou) avec des exigences en matière de conception et construction des bâtiments neufs. Ces exigences elles-mêmes sont liées à l’importance des bâtiments dans leur usage social et de la zone de sismicité.La construction d’un simple hangar sera libre de contraintes, alors que les immeubles d’habitation, de bureaux, centres de soins, de production d’énergie et de gestion de crise, par exemple, devront répondre à des normes strictes selon l’intensité du risque sismique de leur zone.

.../...

http://www.news-assurances.com/construction-seisme-une-nouvelle-carte-du-zonage-sismique-en-vigueur-en-france-le-1er-mai/016756110

 

SEPARATION OMS/AIEA (SUITE)

vigie-1er-mai.jpg

 http://www.independentwho.info/vigies_FR.php?sous_menu=vigie

 

CONSTITUTION DE L’ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

Premiers paragraphes

"LES ETATS parties à cette Constitution déclarent, en accord avec la

Charte des Nations Unies, que les principes suivants sont à la base du

bonheur des peuples, de leurs relations harmonieuses et de leur sécurité:

- La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne

consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.

- La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre

constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que

soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale.

- La santé de tous les peuples est une condition fondamentale de la paix

du monde et de la sécurité ; elle dépend de la coopération la plus étroite

des individus et des Etats.

http://www.who.int/governance/eb/who_constitution_fr.pdf

 

LA MONTAGNE

30 AVRIL 2011 - 14:55

Jean-Luc Gaby : « Il faut stopper le nucléaire ! »

Tchernobyl en 1986, Fukushima en mars, quels rapprochements faites-vous entre ces deux catastrophes nucléaires ?Ce qui frappe, c'est l'opacité des sources officielles; le manque d'informations. Au Japon, de la fumée blanche s'est échappée des premiers réacteurs qui ont explosé. Pour le réacteur numéro 3, c'était de la fumée noire. C'était quoi ? On ne nous dit rien, sans doute pour ne pas affoler la population. Pour moi, tout ça vient de l'accord signé entre l'Agence internationale de l'énergie atomique et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en 1959.

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/montlucon/jean_luc_gaby_il_faut_stopper_le_nucleaire_@CARGNjFdJSsBEBwNARg-.html


LA TRIBUNE - 30/04/2011 | 20:02

Pour Bernard Laponche, Docteur ès sciences en physique des réacteurs nucléaires, expert en politiques de l'énergie, il faut tirer les conséquences de la catastrophe de Fukushima. Le nucléaire, tel qu'il a été développé depuis la découverte de la fission, comme celui que l'on nous promet doit être abandonné

.../...

La confiance en l'accumulation des « barrières » ou des systèmes de secours se heurte à ce que l'on reconnaît aujourd'hui : la possibilité de l'accident grave. La mesure des conséquences d'un tel accident nous est donnée par ceux de Tchernobyl et de Fukushima dont la caractéristique est qu'ils se perpétuent dans l'espace et dans le temps, sans que l'on puisse véritablement dire un jour - sinon très lointain - que « l'accident est terminé. »

.../...

Il faut en tirer les conséquences. Le nucléaire, tel qu'il a été développé depuis la découverte de la fission, comme celui que l'on nous promet (une « génération 4 » basée sur l'utilisation banalisée du plutonium, le corps le plus dangereux que l'on connaisse), doit être abandonné. Et ce n'est pas Iter, expérience de laboratoire pharaonique d'essai de « maîtrise » de la fusion et dont le physicien Pierre-Gilles de Gennes disait que c'était justement ce qu'il ne fallait pas faire, qui peut nous donner quelque espoir.

.../...

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20110429trib000618756/le-nucleaire-une-technologie-du-passe-sans-avenir.html

 

VOTRE SANTE

La CRIIRAD souligne les risques radioactifs de l'exploitation des gaz de schiste

La société civile se mobilise enfin contre le gaz et pétrole de schiste, une nouvelle et “brillante idée de génie” qui sera la catastrophe de demain avec un risque sanitaire et environnemental jamais égalé, si ce projet industriel à grande échelle arrive à ses fins.

Heureusement, l'opposition aux gaz de schiste, autorisés par notre ex ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borlo, s’est diffusée dans toutes les familles politiques.

http://www.votresante.org/news.php?dateedit=1301860785&page=0


RADIO CHINE INTERNATIONAL

L'iode radioactif a été détecté dans l'allaitement maternel de sept femmes logées à Fukushima et à Ibaragi, a annoncé ce 30 avril le ministère japonais de la Santé, du Travail et des Affaires sociales. Dans l'allaitement d'une femme on a détecté peu de césium, mais la densité ne néfaste pas la santé du bébé.

http://french.cri.cn/781/2011/05/01/261s243362.htm 


DECHETS

Collectifs contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse/Haute Marne). Déchets radioactifs : arrêter d’en produire, surtout ne pas enfouir !

bure-stop-collectif-contre-l-enfouissement-des-dechets-nucl.jpg

http://burestop.free.fr/spip/


LIBERATION SCIENCE

C'est la Tepco qui a annoncé le fait : deux travailleurs ont pris une dose totale (depuis le début de leurs activités et en dose interne et externe) approchant les 250 millisieverts. Au total, depuis l'accident, 21 travailleurs ont subi une dose de plus de 100 millisieverts, limite à partir de laquelle l'opérateur décide de les évacuer... sauf que lorsque la dernière dose prise est élevé, cela peut aller bien au delà des 100 millisieverts. 

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/04/fukushima-deux-travailleurs-pr%C3%A8s-des-250-millisieverts.html


QUAND L'IRSN FAIT LES QUESTIONS ET LES REPONSES !


IRSN - Les faibles doses

Q - Pourquoi y a-t-il de plus en plus de recherches dans ce domaine ?

R  - L’extrapolation des effets des fortes doses à ceux des faibles doses ne reflète absolument pas la réalité. (ndr - pas d'accord !)  Étudier les effets liés à de faibles expositions chroniques est donc primordial. C’est pourquoi la Commission européenne finance désormais ces recherches et de plus en plus d’équipes lancent des programmes.

Q - Quelles vont être les conséquences d’une meilleure connaissance des effets de ces faibles doses ?

R - Actuellement, la Commission internationale de protection radiologique (CIPR*) recommande que la population générale ne soit pas exposée à plus de 1 mSv par an ajouté à l’exposition naturelle. Pour les travailleurs, le seuil maximal recommandé est de 20 mSv par an.Ces seuils ont été fixés pour gérer les risques de manière optimale à un coût acceptable. (ndr - on retrouve bien là l'esprit de la CIPR* "gérer les risques" oui mais "à un coût acceptable" - lamentable! ) Tester la pertinence du système de radioprotection actuel par des travaux scientifiques axés sur des résultats constatés permettra de juger du besoin éventuel d’ajuster les normes. Il est en effet essentiel que les mesures de protection reposent avant tout sur des connaissances scientifiques acquises dans le cadre d’études expérimentales, cliniques ou épidémiologiques.

 

http://www.irsn.fr/FR/base_de_connaissances/Sante/effet-sur-homme/effets-sanitaires-faibles-doses/Pages/1-comprendre-faibles-doses-rayonnements-ionisants.aspx?dId=d5cb0a39-ddbc-40b7-af84-6dd8beb3d94e&dwId=b6b890ca-b083-41eb-a3d4-97dbf3fb9010

*La Commission internationale de protection radiologique (CIPR, en anglais International Commission on Radiological Protection ou ICRP)

 

________________________________

DOSSIER "FAIBLES DOSES"

DOCS

Remarquable travail de collecte de 

http://tchernobyl.verites.free.fr/ (choix "Presse et travaux scientifiques")

.

Le Figaro :  "Faibles doses et contamination chronique",   Par Fabrice Nodé-Langlois. (12. 10. 2004)

http://www.lefigaro.fr/sciences/20041012.FIG0273.html

Bandajevsky : Action du Cs 137 sur les fœtus du hamster syrien 

Quantification de l'erreur dans les estimations de risque  -  Chris Busby, Molly Scott Cato. Juin, 1998.

Les effets biologiques des faibles doses de rayonnement  -  R. Belbéoch. 1998

Le point de vue d'une généticienne sur les conséquences sanitaires en bélarus - Rosa Goncharova 1999 (60 k)

Les effets des faibles doses en question  -   M. Mennessier,  Le Figaro, 06.  09.  01

Effets de la radiation à faible doses sur la santé  -  Source :  Low Level Radiation Campaign 2003

Soutien de poids pour la "Campagne -"La radiation à faibles doses."   Source :  Low Level Radiation Campaign 2004

Enquête sur les effets de la radiation ionisante sur la santé. -  Source : Low Level Radiation Campaign 2004

Le "Sunday Times" Londres:  le 01. 08. 2004.   "Le Gouvernement bâillonne la commission des experts au sujet des risques des centrales nucléaires".

_____________________________________

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article