Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

FUKUSHIMA - 19 avril 2011 - Quoi de neuf N°26 - Dernières nouvelles - NATURE(S)

18 Avril 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #ENVIRONNEMENT MONDIAL

Fukushima-quoi-de-neuf-26---Actualites-suivi-en-direct-liv.jpgFUKUSHIMA suivi de l'information - News on line

 

nuage radioactif 

 Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

 

 

On évoquait ici récemment le risque de banalisation des incidents nucléaires. Mais en y réflechissant, et pour reprendre la terminologie de l'atome, l'intérêt que suscite Fukushima, fait au contraire remonter l'information parcellaire de ces dernières années et la reconcentre, comme la radioactivité le long de la chaîne alimentaire. C'est donc à une "débanalisation" à laquelle nous assistons. 

L'information était diluée, l'actualité la reconcentre, l'expose aux médias dans toute son ampleur dramatique. 

Et là, nous avons une image plus vraie de ce qu'est le nucléaire, ce qui suscite un  légitime sentiment d'exaspération  : trop d'incidents cachés, trop d'employés exposés, exploités, trop de fuites, trop d'incertitudes sur les accidents futurs, trop d'interrogations sur les déchets. Trop, trop, trop.

PK.

Ecrire un commentaire 

LE DOCUMENT DU JOUR

(à voir et revoir et faire savoir)

Complement d'enquête ouverture 
Cliquer pour voir la vidéo

france télévisions info logo Benoit-Duquesne.jpg

http://info.francetelevisions.fr/?id-video=rhozet_complement_enquete_20110418_52_19042011024510_F2

Hier soir, sur France 2, l'excellente émission "Complément d'enquête", de Benoît DUQUESNE, fait un état des lieux assez accablant de la gestion du nucléaire, froid, raisonné : des "incidents" (type Fukushima) contrôlés de justesse mais contrôlé comme à la centrale du blayais victime de la tempête "Martine", des fuites "inattendues" dans le plus grand parc de stockage de déchets radioactifs avec pour seul résultat de lamentables "autorisations de fuites" supplémentaires ! Toujours et encore des fuites. Un document à voir absolument.    

En complément, "France Télévision a fait parvenir aux laboratoires de l’ACRO et la CRIIRAD 4 échantillons de denrées alimentaires prélevées dans le secteur de Shibata (préfecture de Miyagi) et à Sendai, environ 80 kilomètres au nord de Fukushima (Japon).

Consultez les conclusions des deux laboratoires :

PDF - 103,3 koRapport CRIIRAD

 PDF - 341,7 koRapport ACRO

 

BREAKING NEWS! Minuit dix. Et une dépêche AFP : 1 mort dans une manifestation contre la construction d'une centrale EPR en Inde. La police indienne a toujours été d'une rare violence (j'ai vu dans un train rempli de passagers, vers Vanarasi (Bénarès) le sort réservé par la police à deux distributeurs de tracts maoïstes : l'un jeté sur la voie à pleine vitesse ; l'autre, tué à coups de crosse de fusil !).

MANIF CONTRE LA CONSTRUCTION D'UNE CENTRALE EPR EN INDE : 1 MORT 

AFP | 18.04.2011 | 21:40

Des centaines de manifestants s’étaient rassemblés près du site choisi pour un projet de construction de six réacteurs EPR, dans l’Etat du Maharashtra, dans un contexte où la crise nucléaire au Japon a ravivé les inquiétudes sur les ambitions nucléaires de l’Inde. L’inspecteur général de la police de cet Etat, Gulabrao Pol, a déclaré que les policiers n’avaient eu d’autre choix que de tirer sur la foule.

"Nous avions tout fait pour contrôler la situation mais la foule composée de centaines de personnes a pris la loi et l’ordre entre ses mains", a-t-il déclaré, cité par l’agence Press Trust of India (PTI). "Nos hommes ont lancé des grenades lacrymogènes, ont chargé (avec des bâtons) et tiré des balles en caoutchouc. Ensuite, nous n’avions d’autre option que de tirer (à balles réelles) et une personne a été tuée", a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Intérieur du Maharashtra, R.R. Patil, a déclaré devant le parlement local que cette personne avait été tuée pendant qu’environ 600 à 700 manifestants attaquaient le poste de police local. Selon le ministre, cité par PTI, les manifestants ont mis à sac le bâtiment, blessant plusieurs personnes dans l’incident.

Alors que les manifestants mettaient le feu à des véhicules de police, la police a tiré en l’air pour disperser la foule, mais échouant à reprendre le contrôle de la situation, elle a tiré sur la foule, a expliqué le ministre. Selon la police, plus de 20 personnes ont été arrêtées et huit policiers ont été blessés.

COMPLEMENTS D'INFORMATION

LE FIGARO

Areva/manifestation: un mort en Inde 

"Nous n'avions d'autre option que de tirer"

AFP 

18/04/2011 | Mise à jour : 19:46 Réactions (5) 

La police a tiré sur des opposants à un projet de centrale nucléaire du géant français Areva à Jaïtapur, dans l'ouest de l'Inde, faisant un mort, ont annoncé aujourd'hui la police et les autorités locales.

Des centaines de manifestants s'étaient rassemblés près du site choisi pour un projet de construction de plusieurs réacteurs EPR d'Areva, dans l'Etat du Maharashtra, à environ 250 km de Bombay. 

AFP - 18/04/2011 

L'inspecteur général de la police de cet Etat, Gulabrao Pol, a déclaré que les policiers n'avaient eu d'autre choix que de tirer sur la foule. "Nous avions tout fait pour contrôler la situation mais la foule composée de centaines de personnes a pris la loi et l'ordre entre ses mains", a-t-il déclaré. "Nos hommes ont lancé des grenades lacrymogènes, ont chargé (avec des bâtons) et tiré des balles en caoutchouc. Ensuite, nous n'avions d'autre option que de tirer, et une personne a été tuée", a-t-il ajouté. 

 

A FUKUSHIMA

LE POINT

Tepco entame le pompage de 10 000 tonnes d'eau radioactive à Fukushima

Depuis le séisme et le tsunami géant du 11 mars qui ont interrompu les systèmes de refroidissement des réacteurs de la centrale, des centaines de milliers de tonnes d'eau de mer, puis d'eau douce, ont été utilisées pour les refroidir.

TEPCO : QUELLE MAITRISE ?!

(source AP) Takeshi Makigami, un représentant de la Tokyo Electric Power, opérateur de la centrale nucléaire, a affirmé que les humains devaient encore s'acquitter des tâches d'ingénierie sophistiquées pour contenir la radiation, mais que les robots pouvaient permettre de savoir où il est possible de se rendre et ce qui peut être fait

No comment

SOURCE AFP

L'opérateur de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (nord-est du Japon) a commencé mardi le pompage de quelque 10 000 tonnes d'eau très radioactive au réacteur n° 2, qui entravent le travail des ouvriers. Depuis le séisme et le tsunami géant du 11 mars qui ont interrompu les systèmes de refroidissement des réacteurs de Fukushima-Daiichi (n° 1), des centaines de milliers de tonnes d'eau de mer, puis d'eau douce, ont été utilisées pour refroidir les réacteurs et empêcher la fusion du combustible nucléaire. 

Une partie de cette eau contaminée, évaluée à plus de 60 000 tonnes, a inondé les salles des machines de trois des six réacteurs de la centrale, ainsi que des canalisations et des galeries souterraines. Le taux de radioactivité élevé empêche les ouvriers de Tokyo Electric Power (Tepco), propriétaire et opérateur de la centrale, d'intervenir à l'intérieur des bâtiments pour réparer les circuits de refroidissement.

>>> MISE A JOUR DE 15H30>>>

Selon slate.fr et The Lancet, la célèbre revue médical britannique, les autorités jaonaises refuseraient de procéder à des prélèvements massifs de sang afin de conserver les cellules souches des personnes qui risquent d'être contaminées :

SLATE.FR

Fukushima: de liquidateur à kamikaze

Il suffirait d'un simple prélèvement sanguin pour prévenir au mieux les conséquences médicales dramatiques de l'irradiation de ceux qui travaillent dans la centrale. Les autorités japonaises, qui refusent, sont accusées de non-assistance à personne en danger de mort.

Deux nouvelles informations, essentielles, concernant la catastrophe nucléaire de Fukushima: les responsables de Tokyo Electric Power Company (Tepco), opérateur privé de la centrale viennent de reconnaître qu’il leur faudra près d’un an avant de commencer à maîtriser la situation; les autorités sanitaires japonaises refusent de mettre en œuvre des mesures médicales qui permettraient de réduire les risques sanitaires majeurs auxquels sont exposés les «liquidateurs»../...

 

http://www.slate.fr/story/37063/fukushima-cellules-souches-cancer-danger

the lancet lance un appel : picto-pdf.gif


TCHERNOBYL

OUEST FRANCE

Vingt-cinq ans après la catastrophe, la communauté internationale se réunit à Kiev pour bouclerle financement du nouveau sarcophage, destiné à sécuriser le réacteur détruit. Il y a urgence.

La catastrophe de Fukushima aura-t-elle l'effet d'un électrochoc ? Poussera-t-elle la communauté internationale à remettre la main au portefeuille pour sécuriser, enfin, le site de Tchernobyl, où la radioactivité resterait « soixante fois supérieure à la normale » ?

Les pays donateurs se retrouvent ce matin à Kiev. Aux commandes de cette conférence : le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, et François Fillon, représentant la France, actuellement chef de file du G8. Au menu, un casse-tête : trouver 740 millions d'euros pour achever le titanesque chantier de construction du nouveau sarcophage de Tchernobyl.

 

FRANCE-SOIR

Les accidents cachés du chantier de l’EPR

L’Autorité de sûreté nucléaire enquête sur une sous-déclaration des accidents du travail sur le chantier du réacteur EPR.

A Flamanville, dans la Manche, près d’un quart des accidents du travail sur le chantier du réacteur nucléaire EPR, pourraient n’être pas déclarés a indiqué jeudi l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le gendarme du secteur. « Il y a une enquête en cours sur une sous-déclaration d’accidents sur le chantier », indique Simon Huffeteau, chef de la division de l’ASN basée à Caen et couvrant une partie de l’Ouest. 

.../...

Les syndicats dénoncent des pressions exercées sur des ouvriers sur un chantier de 3.256 personnes hors EDF, avec un tiers d’intérimaires et un tiers d’étrangers.

« Pour nous, EDF (maître d’œuvre du chantier) est en tout cas responsable d’avoir été laxiste et d’avoir trop fait confiance à des sous-traitants », indique Jacques Tord, délégué CGT d’EDF sur le chantier. « Nous ferons le maximum pour améliorer les choses », répond un porte-parole de la direction d’EDF. 

L’ASN pourrait saisir la justice une fois son enquête terminée d’ici quelques semaines, indique M. Huffeteau. Le procureur de Cherbourg, Eric Bouillard, confirme par ailleurs que la CGT lui avait envoyé la copie d’un e-mail apparemment signé d’un ancien responsable contrôle et sécurité du chantier, licencié depuis selon le syndicat, faisant valoir son droit de retrait « compte tenu de l’état sécuritaire du chantier », où « chacun est en danger ». 

>>> MISE A JOUR DE 15H30>>> :

LE VIF.BE

Tchernobyl: les enfants belges ont été contaminés

mardi 19 avril 2011 à 12h31

(Belga) Tchernobyl a bien provoqué des cancers en Belgique, annonce un spécialiste des glandes endocrines à l'hôpital de Mont-Godinne, le Dr Luc Michel, dans une interview au Soir Magazine à paraître mercredi.Tout au long des années 90, le chirurgien a constaté une forte augmentation des cancers de la thyroïde chez des enfants et de jeunes adolescents qui avaient moins de 10 ans lors de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl de 1986. Cette population jeune est particulièrement à risque lors d'une contamination radiologique, souligne le magazine.

 

ALTA FREQUENZA (Corse)

Deuxième réunion pour la commission Tchernobyl  (Aujourd'hui 12h30)

(Laetitia Pietri - Alta Frequenza) - La commission Tchernobyl de l’assemblée de Corse est réunie depuis ce matin (mardi) à Bastia. Cette structure, rappelons-le, a pour rôle d’étudier les conséquences du passage du nuage radioactif sur la Corse. Cette nouvelle réunion, aujourd’hui est consacrée à une série d’auditions. Les membres doivent notamment entendre différents professionnels de la santé avec des médecins épidémiologistes ou encore des pharmaciens. L’agence régionale de Santé, elle, ne sera entendue qu’au mois de mai, mais elle a donné à la commission une communication sur les modalités de suivi du nuage radioactif provenant cette fois de la centrale de Fukushima au Japon. La commission Tchernobyl, rappelons-le est en charge de la réalisation d’une enquête épidémiologique sur les conséquences sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl en Corse. Elle va, pour cela, lancer un appel d’offre européen afin de désigner un cabinet qui sera chargé de cette enquête. Elle demande également la création d’outils de suivi, avec un registre des cancers et une cellule interrégionale d’épidémiologie spécifiques à la Corse. Enfin, elle a proposé également d’engager un partenariat avec l’Etat et l’Université.

 

FRANCE

20 MINUTES

Nucléaire La visite décennale a débuté à la centrale de Fessenheim

L'unité de production n°2 de Fessenheim a été arrêtée, samedi, « pour procéder au renouvellement d'une partie du combustible et réaliser un important programme de maintenance et de contrôle », a annoncé, hier, EDF, le gestionnaire du site


LE FIGARO - 18.04 6 22H33

Une unité de décontamination nucléaire unique en France

« J'espère qu'on n'aura jamais à se servir de cet endroit », souffle le Dr Roch Joly, médecin urgentiste responsable de l'unité de décontamination du CHRU (Centre hospitalier régional universitaire) de Lille. Dans les salles immaculées de ce hangar situé aux portes de l'hôpital, tout est pourtant « prêt à l'emploi ». En cas de catastrophe chimique ou nucléaire, l'unité peut dégainer un processus de désinfection massive, qui peut décontaminer une soixantaine de personnes valides par heure, et une quinzaine de non valides. L'idée étant d'isoler et de détruire toute particule dangereuse et contagieuse, du type éclaboussure de produit chimique ou poussière nucléaire par exemple.

lire la suite

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/04/12/01016-20110412ARTFIG00744-une-unite-de-decontamination-nucleaire-unique-en-france.php

Pourquoi Lille ? Notamment parce qu'il y a à peu de distance la centrale de Graveline, la plus grande d'Europe.

 

FESSENHEIM sur la selette

« Compte tenu des risques potentiels et spécifiques à la Région du Rhin Supérieur (sismiques, hydrauliques) », le conseil général « exige que soient engagées, sans délai, des négociations avec l'Allemagne et la Suisse afin de définir un calendrier d'audit des treize réacteurs existants actuellement dans le Rhin Supérieur », ajoute le texte.

Mise en service en 1977, la centrale dispose de deux réacteurs à eau pressurisée, d'une puissance de près de 900 mégawatts chacun. 

Lundi dernier, le conseil municipal de Strasbourg avait demandé, à la quasi-unanimité, la fermeture de la centrale haut-rhinoise.

Source : AFP

>>> MISE A JOUR DE 15H30>>> :

 

 

FIL ROUGE - investigations

LE POINT

Accident de Fukushima : EDF auditionnée par l'ASN

Il a précisé que l'ASN présenterait mercredi au Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN) le cahier des charges de l'audit des installations nucléaires françaises demandé par le gouvernement après l'accident de Fukushima. 

HCTISN ?

Haut Comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire ! Explorons. Je tape HCTISN dans Google. Je vois qu'on peut accéder aux compte-rendu des réunions (cela dit pour le Comité de Haute tranparence etc, cela ferait mauvais effet qu'il en soit autrement)

Extrait d'une réunion du HCTISN

Anomalie sur le système d’injection de sécurité des unités de production de 900 MWe

.../...

"3. Impact de l’anomalie

a) - Conséquences réelles : aucune

b) - Conséquences potentielles : On ne sait pas démontrer à court terme l’absence d’impact dans certaines situations accidentelles hautement improbables"

Finement dit non ? Pour dire "on patauge" ! Moi,  je ne sais pas évaluer l'absence d'efficacité de cette commission probablement hautement efficace.

Je vois un glossaire, je capture :

GLOSSAIRE 

Aarhus (convention d') Négociée dans le cadre de la Commission Economique pour l’Europe des Nations Unies (CEE-NU), la convention relative à l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement a été signée le 25 juin 1998 à Aarhus (Danemark). 

Intéressant  ! VOIR APRES LE GLOSSAIRE

AFFSSAPS   Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé  

ACRO    Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest 

ANCLI    Association nationale des commissions locales d’information 

ANDRA    Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs 

AP-HP    Assistance publique - Hôpitaux de Paris 

ASN    Autorité de sûreté nucléaire 

CADA    Commission d’accès aux documents administratifs 

CEA    Commissariat à l’énergie atomique 

CFDT    Confédération française démocratique du travail 

CHSCT   Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail  

CHU    Centre hospitalier universitaire 

CI    Commission d’information (autour des INBS) 

CLI    Commission locale d’information (autour des INB) 

CLIS    Commission Locale d’Information et de Surveillance 

CNDP Commission nationale du débat public 

CNE Commission nationale d'évaluation 

CNRS    Centre national de la recherche scientifique 

CSM    Centre de stockage de la Manche 

CSSIN Conseil supérieur de la sûreté et de l’information nucléaires 

CSTFA Centre de stockage des déchets de très faible activité 

DGPR    Direction générale de la prévention des risques du MEEDDM 

DGS    Direction générale de la Santé 

DGT    Direction générale du Travail 

DHOS    Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins 

 

CONVENTION D'AARHUS

Cette Convention, signée par 40 des 55 pays de la CEE-NU, a été ratifiée par la France le 8 juillet 2002.  La convention d'Aarhus sur l'accès à l'information, la participation du public au processus décisionnel et l'accès à la justice en matière d'environnement, signée le 25 juin 1998 par 39 États, est un accord international visant à :

- améliorer l'information délivrée par les autorités publiques, vis-à-vis des principales données environnementales ;

- favoriser la participation du public à la prise de décisions ayant des incidences sur l’environnement (par exemple, sous la forme d'enquêtes publiques ;

- étendre les conditions d’accès à la justice en matière de législation environnementale et d’accès à l’information.

Elle a été complétée par un amendement sur les organismes génétiquement modifiés (OGM), et par un autre sur les émissions de polluants (protocole sur les registres des rejets et transferts de polluants (protocole PRTR) de 2003, entré en vigueur le 8 octobre 2009 et transposé en droit européen par le règlement n° 166/2006).

Elle s'est traduite par plusieurs directives : la directive 2003/4/CE

(On va voir la directive  : La directive 2003/4/CE est une directive européenne qui fixe des règles permettant d'assurer la liberté d'accès à l'information en matière d'environnement détenue par les autorités publiques, ainsi que sa diffusion. Elle fixe également les conditions de base et les modalités pratiques par lesquelles cette information doit être rendue accessible.

Cette directive est l'application légale des principes définis dans la Convention d'Aarhus en 1998.

Le portail français Toutsurlenvironnement.fr permet la mise en application de cette directive dans le cadre du Grenelle de l'Environnement.)

qui stipule notamment que toute collectivité doit donner toute l'information qu'elle détient en matière d'environnement à toute personne qui la lui demande (sans que cette personne ait à justifier son identité ni du pourquoi de la demande). Toutefois, l'accès peut en être restreint dans le cadre de nuisances aux relations internationales, à la sécurité publique ou à la défense nationale. Dans cette directive, les États sont aussi considérés comme des collectivités.

Des directives instituant une obligation d'organiser le débat du public sur les projets d'aménagement ayant une incidence sur l'environnement, et sur les plans et programmes concernant l'environnement (les décisions amont visant à organiser l'activité autour d'enjeux environnementaux, par exemple les SDAGE).

Les principes de la convention d'Aarhus ont été repris dans la charte de l'environnement, dans son article 7."

VOILA LE POINT DE DEPART DE VOTRE ACTION ! Pour ma part, je vais demander le plan ORSEC-RAD !
Et vous ?

Ecrire un commentaire 

A SUIVRE...

nuage radioactif 

 Clic ! Suivi de l'actualité de la catastrophe de FUKUSHIMA en DIRECT (optimisé Firefox, Chrome, Opera)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Thierry Beaujin 21/04/2011 14:52



Bonjour,


et bravo, à nouveau. J'apprécie le suivi jour par jour, c'est du vrai sérieux,


relevé d'une pointe d'humour très bien venue.


Je trouve intéressante l'analogie en début de page, selon laquelle


l'accident catastrophique  de FUKUSHIMA reconcentre l'information parcellaire antérieure sur les aléas réels de l'industrie nucléaire,


comme la radioactivité se concentre le long de la chaîne alimentaire.


Pour la prolonger, j'en viens à souhaiter  à cette information


(si cruciale, au sens propre, car elle peut nous décider entre deux chemins)


une RÉACTION EN CHAÎNE!


C'est d'ailleurs dans cet esprit que j'emboîte le pas à votre initiative,


et souhaite la faire connaître, dès à présent. 


Trés cordialement


TB



Paul Keirn 21/04/2011 18:56



Merci de pour vos encouragements. Alors,...je continue !
Cordialement
Paul 



ubick 20/04/2011 07:51



Bonjour et merci. Vous faites un excellent travail de recherche, de synthèse et de remontée de l'information. J'ai mis un lien vers votre page sur mon blog, créé récemment à la demande de
plusieurs commentateurs du blog de Dominique Leglu sur Sciences et Avenir. 


Je vais moi aussi mettre en pratique l'apllication de la directive que vous citez, et j'inciterais tout le monde à faire de même.


Bon courage et au plaisir de vous suivre.



Paul Keirn 20/04/2011 09:06



Bonjour et merci à vous aussi pour la clarté de votre site, l'efficacité du classement choisi et des adresses sélectionnées. Je vais mettre un lien vers votre site également. Concernant la
directive, je crois en effet qu'il faut utiliser ces outils, voire à démontrer qu'ils ne fonctionnent pas le cas échéant ! Je travaille sur un grand tableau de bord avec des accès rapide à "tout"
pour que chacun puisse assurer une veille active. Par ailleurs, si vous voyez passer un job compatible avec ce que je fais, je suis preneur ! 
Cordialement
Paul 



kiki 20/04/2011 02:56



salut, jai trouvé sa pour orsec rad: http://samu2a.free.fr/pdf/amu.pdf


on est plusieurs sur facebook: https://www.facebook.com/home.php?sk=group_199557063409827&ap=1


cordialement



Paul Keirn 20/04/2011 10:46



Ah merci ! Je vais regarder !!



olivier 19/04/2011 22:26



Elévation inexpliquée de la radioactivité


France-Guyane France-Guyane 18.04.2011





Lundi dernier, une élévation de la radioactivité a été décelée à Cayenne. Celle-ci n'aurait aucun lien avec la catastrophe de Fukushima, selon l'Institut de radioprotection et de
sûreté nucléaire.




Une élévation jusqu'ici inexpliquée de la radioactivité a été détectée lundi dernier par une balise, avant un retour à la normale le lendemain matin. Selon l'Institut de radioprotection et de
sûreté nucléaire (IRSN), cette élévation aurait « une origine locale, sans relation avec la dispersion des rejets radioactifs de la centrale de Fukushima » .


L'institut recherche l'origine de l'élévation anormale du débit de dose ambiant qui a débuté lundi vers 9 heures pour atteindre à 15 h 20 un maximum de 2,5 microSievert (ou 2 500 nanoSievert,
nSv) par heure. Le pic principal de radioactivité s'est produit entre 11 h 30 et 17 h 30. Tôt mardi, elle était revenue à son niveau habituel (environ 70 nSv/h), précise l'IRSN. Un
dysfonctionnement de la balise de mesure installée récemment sur le toit de la gendarmerie de Cayenne « n'est pas à exclure » explique-t-on à l'IRSN, où l'on affirme que «
cette élévation, de durée limitée, ne peut pas avoir pour origine les rejets radioactifs de l'accident nucléaire de Fukushima » . « Sinon on l'aurait vu sur d'autres balises » , relève Didier
Champion, directeur de l'environnement à l'IRSN. Or, aucune élévation anormale du rayonnement ambiant n'a été décelée par les balises Téléray en Martinique et Guadeloupe, relève l'IRSN.


Une origine locale


Parmi les sources locales pouvant expliquer l'élévation temporaire de la radioactivité à Cayenne, l'incinération accidentelle d'une source radioactive, peut-être d'ordre
médical, est citée. « On ne connaît pas aujourd'hui la source, s'il s'agit bien d'une dispersion atmosphérique, on ne connaît pas le point d'émission, ni les produits radioactifs qui
composaient cette émission » , mais on pense que « la source ne devait pas être extrêmement éloignée » de la balise, a précisé Didier Champion. Il évoque le « soupçon » qu'une incinération «
s'est mal passée » soit dans un incinérateur soit dans une aciérie. « Mais cette hypothèse n'est pas démontrée » , souligne l'IRSN.





Paul Keirn 19/04/2011 22:59



Oui, j'ai vu ça, mais je n'ai pas retenu cette info.