Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Fêtes du mimosa à Cavalaire

22 Février 2010 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #PROMENADES

DSC05108.JPGCette fête du mimosa de Cavalaire (21 février 2010) est l'occasion de mieux connaitre cette plante, mais aussi d'utiliser "ScriBD", une base de stockage associée à une présentation assez spectaculaire.
Ci-dessous, à la suite de "View mode" choisir "Book", puis "full screen" en haut de la page. On peut dès lors, plein écran, tourner les pages de l'album en cliquant sur le bord de la page de droite (ou gauche), dès que la flèche prend la forme d'une main.



mimosa





















steeve-matson.jpglink  Copyright © 2005 Steve Matson - Acacia dealbata - Avec l'aimable autorisation de Steve Matson , photographe botanique (11500 photos dans la base Calphotos de Berkeley University)


Acacia dealbata (ci-dessus) est aussi appelé "Mimosa des fleuristes"
Wikidit :
"Par un étrange télescopage entre les noms vernaculaires et les noms scientifiques, il existe une confusion dans les appellations de trois genres : les genres Acacia, Robinia et Mimosa. En effet, l'espèce appelée mimosa dans le langage courant a pour nom de genre Acacia, alors que ce que nous appelons acacia est en fait du genre Robinia. Quant aux espèces portant le nom de genre Mimosa, nous les appelons plutôt "sensitives".

La "sensitive" n'est pas de la même espèce que le mimosa. Ses "réflexes" méritent cependant d'être connus.


Le mimosa est originaire d'Australie. Les Anglais avaient colonisé l'Australie. Les anglais aimaient aller sur la Cote d'Azur...D'où le mimosa. 

La promenade des Anglais  
Au début du XIXe siècle c’est un modeste sentier[1] terreux et graveleux, large de 2 mètres, nommé « Chemin des anglais », reliant la rive droite du Paillon au faubourg de la Croix de Marbre. Il est construit par la communauté anglaise hivernante et financé dit-on par le Révérend Lewis Way[2].
Le document n°107 annexé au Plan régulateur du Consiglio d'Ornato ( lettres patentes du 26 mai 1832) prévoit une route au bord de mer de l’embouchure du Paillon jusqu’au vallon Magnan. La libre disposition du littoral est accordée à la municipalité par les patentes du 5 mai 1835 signées du roi Charles-Albert. Le 29 avril 1836, le Conseil municipal approuve le projet soumis, par l’architecte de la ville Antoine Scoffier, où figure le tracé, dessiné dès 1830,[3] avec une extension et un gabarit à l’échelle de l’actuelle Promenade. En 1844 [4] , les travaux d’équipement de cet ouvrage d’art débutent par un premier tronçon, depuis l’angle sud-est de l’embouchure du Paillon jusqu’au vallon Saint-Philippe. Il est surélevé de 5 mètres au dessus du niveau de la mer. Sa largeur est de 23m mais seulement 12m sont exécutés[5].
En 1854-1856, la voie prend le nom de Promenade des Anglais.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article