Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Capitulaire de Villis : Charlemagne organise les potagers...

1 Avril 2010 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #PLANTES & ETHNOBOTANIQUE

Charlemagne et AlcuinLE "CAPITULAIRE DE VILLIS" A L'ORIGINE DES TOUS NOS POTAGERS...


"Capitule 70 - Nous voulons que l’on cultive dans le jardin toutes les plantes, à savoir : lis, roses, fenugrec, balsamite, sauge, rue, citronnelle, concombres, citrouilles, gourdes (ou artichauts d’Espagne), doliques (ou mongettes ou mogettes), cumin, romarin, carvi, pois chiche, scille (oignon marin), glaïeul (ou iris), estragon, anis, coloquinte, chicorée amère (ou souci), ammi, séséli (ou chervis), laitue, nigelle, roquette, cresson [de terre], bardane, menthe pouliot, maceron, persil, céleri (ou ache), livèche, sabine, aneth, fenouil, chicorée, dictame, moutarde, sarriette, menthe blanche (ou nasitord), menthe, menthe sauvage, tanaisie, calament (ou cataire ou herbe à chats), grande camomille (ou centaurée), pavot, bette, cabaret, guimauve, mauve, carotte, panais, arroche, blette, chou-rave, chou, oignons, ciboulette, poireau, navet (ou raifort ou radis), échalote, cive, ail, garance, cardon, fève, pois, coriandre, cerfeuil, épure, sclarée. Et que le jardinier sur son toit de la joubarbe."

Le "CapitulareJardin médicinal de Wiesbaden de villis vel curtis imperii" souvent abrégé en "Capitulaire de Villis" est l'ensemble des articles faisant force de lois édictées entre 770 et 813 par Charlemagne (certains disent par son successeur Louis le Pieux) pour la bonne gestion des domaines impériaux. Un seul manuscrit est parvenu jusqu'à nous. Ce document écrit en latin médiéval, qui montre comment les jardins de l'époque carolingienne devaient être gérés. Il est conservé à la Bibliothèque de Wolfenbüttel en Allemagne. (Photo : le jardin des plantes médicinales de Wiesbaden).
 
Sont citées comme devant être cultivées : 94 végétaux se répartissant en 73
plantes et herbes, 16 arbres fruitiers, 3 plantes textiles et 2 plantes tinctoriales. Voici la liste des végétaux cités dans les capitules 43 et 70 mise au point par Alain Canu qui a fait un travail de traduction tout à fait exemplaire (le Capitulaire in extenso en latin, français suivi de commentaires par Alain Canu)

Cette liste n'est pas nouvelle historiquement : les 89 plantes de la capitule 70 se retrouvent dans deux ouvrages importants du 1er siècle, l'"Histoire Naturelle" de Pline et dans l'ouvrage de Dioscoride "De materia Medica".

Capitule 43 - Que l’on distribue à temps dans nos ateliers féminins, selon l’usage, le lin, la laine, la guède, le vermillon, la garance, les peignes à carder la laine, les chardons* , le savon, la graisse, les petits récipients et autre matériel nécessaire en ces lieux.

(*ndr- il faudrait dire "chardon à foulon" ou cardère - voir en fin d'article)

LISTE DES PLANTES DU CAPITULAIRE DE VILLIS.
Le premier mot est le nom commun français, le mot entre parenthèses est le nom en latin médiéval inscrit dans le Capitulaire. Il ne s'agit pas de la nomenclature botanique en latin)
Dans un premier temps, voyons la liste. Ensuite, nous reprendrons la liste des plantes, pour autant qu'elles soient peu connues de nos jours

Capitule-70.jpg
La capitule LXX (70) liste les plantes souhaitables dans tous les jardins du royaume - A cliquer !


ail (alia)
ammi (ameum)
aneth (anetum)
anis (anesum)
arroche (adripias)
aurone mâle (abrotanum) herbe de la Saint-Jean, herbe de feu, tabac de Saint-
Pierre)
bardane (parduna)
bette (betas)
blette (blidas)
cabaret (vulgigina)
calament ou cataire ou herbe à chats (neptam) 
calebasse (Lat. cucurbitas  ou fr. : courge pélerine)
carotte (carvitas)
carvi (Lat; careium, Fr. cumin des prés ou faux-cumin)
céleri ou ache (apium)
chardon (cardon)
chicorée (intubas)
chou (caulos)
chou-rave (ravacaulos)
ciboulette (britlas)
citrouille ou potiron  (pepon)
cive (cepas)
coloquinte (coloquentidas)
concombre (cucumere)
cresson (nasturtium)
cumin (ciminum)
dictame (diptamnum)
dolique (Lat. Fasiolum, Fr. haricot mongette ou mogette)
échalote (ascalonicas)
estragon ou serpentaire(dragentea)
fenouil (fenicolum)
fenugrec (fenigrecum)
fève (fabas maiores)
garance (warentia)
glaïeul ou iris bleu (gladiolum)
grande camomille ou centaurée (febrefugiam)
guède indigo ou pastel (waisdo)
guimauve (mismalvas)
laitue (lactucas)
Lin  (linum)
lis (lillium)
livèche (levisticum)
maceron (olisatum)
mauve (malvas)
menthe (mentam)
menthe pouliot (puledium)
menthe blanche ou nasitord (sisimbrium)
menthe sauvage (mentastrum)
menthe-coq (costum, costus)
moutarde (sinape)
navet ou raifort ou radis (radices)
nigelle (git)
oignons (uniones)
panais (pastenacas)
pavot (papaver)
persil (petresilinum)
pois chiche (cirerum italicum)
poireau (porros)
romarin (rosmarinum)
roquette (eruca alba)
rose et églantier (rosas)
rue (rutam)
sabine (savinam)
sariette (satureiam)
sauge (salviam)
scille maritime (Lat. Squillam, Fr. oignon marin)
sermontain ou chervis (silum)
souci (solsequiam)
tanaisie (tanazitam)

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paul Keirn 24/01/2016 08:33

Sous Charlemagne, on est autour de l'an 800...
L'épinard sera vraiment introduit dans les potager par Catherine de Médicis...750 ans plus tard
L'asperge vers 1400
La lentille et le salsifis, idem, vers la fin du Moyen Age
Cela ne veut pas dire que ces légumes sont inconnus. Ils le sont depuis l'antiquité, mais sont le plus souvent ramassés sauvages
EN tout cas, bonne remarque !
Paul

Pascal 02/05/2015 20:03

Bonjour à tous,

Aux historiens des plantes potagères, j'aimerais savoir pourquoi l'épinard, l'oseille, la lentille, le salsifis et l'asperge sont absents de ce capitulaire? Etaient-elles inconnues , absentes du territoire, ?redoutées? Maudites? Non conseillées?
En fouillant sur Internet, j'ai pourtant trouvé qu'elles devaient être consommées au Moyen Age...
Mais me direz-vous, le Moyen-Age c'est grand!
Merci de votre aide...