Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Aliaa, égyptienne, nue, athée et indignée par le sort fait aux femmes

2 Décembre 2011 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #INDIGNé(e)S

aliaa-la-courageuse-in-natures-paul-keirn.jpg

Aliaa Almahdy, une égyptienne athée nue...

Repris du journal Le Monde 

Aliaa Almahdy (ou Alia Magda el Mahdi), la jeune Egyptienne qui s'expose nue sur son blog,  se présente comme une étudiante en médias et communication, regrette que les modèles nus aient été interdits à la faculté des beaux-arts, que les livres d'arts soient désormais expurgés de toute nudité, que les statues antiques soient brisées. Elle revendique haut et fort sa "liberté d'expression". Aliaa Almahdy, dont le blog s'intitule "Confessions calmes", se dit clairement "athée et individualiste". Elle milite "contre une société de violence, de racisme, de sexisme, de harcèlement sexuel et d'hypocrisie".

Son site : clic ! - La photo de sa révolte : aliaa.jpg

http://arebelsdiary.blogspot.com/?zx=9e91c0d2ae8a7dfa

-o0o-

Tu vois Aliaa, il est quand même incroyable qu'à notre époque l'exposition de sa nudité continue d'être un moyen de crier sa rancœur contre les injustices faites à la moitié de la population mondiale, les femmes. Faut-il que les hommes n'aient jamais vraiment accepté d'être privés de la capacité de procréer ? Faut-il qu'ils aient à ce point peur de ce sexe qui diffère tant du leur ? A peine compréhensible !

Sur ton site, il y a encore aujourd'hui, jour et nuit, une connexion par seconde ! Qui sont-ils ces internautes ? Des ados ricanant devant ce qu'ils craignent et espèrent ? Sans doute. Des intégristes de toutes les religions qui renforcent leur haine à la vision d'une nudité qu'ils voudraient honteuse, voilée, coupable ? Aussi. On croit rêver !

Combien de temps encore les écrits religieux des débuts de l'Histoire ou du Moyen Age, soigneusement rédigés par des hommes, pour les hommes, continueront-ils de réduire les femmes au carcan d'obligations présentées comme des signes de respectabilité relatifs à leur « nature » ? Peut-on cantonner les femmes à faire des enfants, les soigner, faire le ménage, la vaisselle et surtout leur imposer en plus de la fermer, de ne pas contester cet esclavage ahurissant. D'autant plus ahurissant que toutes les autres portes leur sont fermées ou presque. En échange de quoi les femmes reçoivent en retour une image sanctifiée définie par des religieux, soutenus par une majorité d'hommes trop contents que leurs croyances absurdes rejoignent la défense de leur virilité. Invraisemblable ! Les prétendues divinités seraient-elles esclavagistes ? Félicitations !

Aujourd'hui encore, pour des questions d'honneur des familles pour le paiement de dot, en Inde, des femmes sont arrosées d'essence et brulées. Dans les pays où domine l'Islam le plus archaïque on peut lapider les femmes ou accepter que face à un témoin masculin il faille deux témoins féminins ! Et en Europe, là où les états – à la suite d'un rude et légitime combat – il y a eu séparation de l'Église et de l'État, en France même, aujourd'hui encore, des hommes continuent à tuer leurs compagnes à coups de poings, à raison d'une tous les deux jours ! Comme ailleurs. Sans compter toutes les femmes battues, blessées corps et âmes, violées, ou violées et assassinées pour être au mauvais endroit au mauvais moment (semble-t-il partout !) en faisant leur jogging. Ailleurs encore, elles sont excisées, cousues, décousues, infibulées. Accablant.

Les mâles de l'espèce humaine sont-ils à ce point fous et haineux ?

Le 22 mars 1968, à L'université de Nanterre, s'est constitué un mouvement, dit du «22 mars », protestant contre l'interdiction faite aux étudiants hommes de pénétrer dans le bâtiment des étudiantes femmes de la résidence universitaire. On connait la suite de mai 68. Là aussi le sexe a été le détonateur de tous les ras-le-bol de l'époque.

Si le sexe n'est pas « révolutionnaire », il faut en revanche constater qu'à toutes les époques il sert d' « analyseur » des sociétés, de mètre-étalon pour mesurer le degré de liberté acquis à un moment donné de l'Histoire ; le degré d'autonomie accordé par une société aux personnes qui la compose, et notamment les femmes, objets de tous les contrôles depuis la nuit des temps.

Tu vois Aliaa, partout beaucoup d'hommes de tous les pays ont encore bien du chemin à faire dans leur tête.

Paul.

-o0o-

alia-el-mahdi-egypt-girl-indignee.jpg

Gageons que les adeptes de la célèbre "religion de paix et de tolérance" sachent défendre les aspirations de liberté qui sont au coeur des printemps arabes de l'année 2011, à commencer par le droit à la laïcité et les droits des femmes.

nude1-par-aliaa-al-mahdi.jpg Extrait du site d'Alia

AUTRE SITE D'ALIAA AL MAHDI

remarques-apaisee-d-aliaa-magda-al-mahdi.jpg

Lecture complémentaire : article "La laïcité, c'est d'abord le droit de ne pas croire en une religion", sur ong-humanitaire.over-blog.com  

 

http://ong-humanitaire.over-blog.com/article-humeurs-n-10-31-mars-2011-la-laicite-c-est-d-abord-le-droit-de-ne-pas-croire-en-une-religion-70711377.html

 

Allez sur son site pour soutenir Aliaa.

-o0o-


 

Ceux qui se sont intéressés au sort d'Aliaa ont également aimé :

 

QR Code : tout comprendre sur le nouveau code-barres 2D

Street art (art de rue) :

Les oeufs pourris ou centenaires :

La mandragore à forme humaine : voici pourquoi !

Un cosmonaute sur la cathédrale ?!


 


Paul Keirn

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article