Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

Communiqué de presse FOODWATCH : Alimentation : les arnaques « made in France »

31 Juillet 2017 , Rédigé par Paul Keirn Publié dans #MIEUX CONSOMMER !, #DEFENSE DES CONSOMMATEURS, #CONSOMMATION

MADE IN FRANCE EN INDE...

L'ONG FOODWATCH défend les consommateurs et ausculte notamment les étiquettes trompeuses. J'ai moi aussi tendance à acheter un produit marqué "Made in France"...Normal. Encore faut il ajuster ses lorgnons pour lire d'un oeil critique ce qui est indiqué sur l'étiquette. Quand vous voyez  «ingrédients issus de l’agriculture UE/non UE » , cela signifie que certains composés viennent d'Europe (UE), mais aussi...d'ailleurs (non UE).

Alors le "Made in France" devant et "ingrédients non UE" derrière, c'est de l'arnaque !

Il vous reste le pouvoir, le colossal pouvoir, de reposer le produit sur son étagère. C'est la punition. D'autres, de plus en plus radicaux écrasent le produit, le jette derrière les autres et même certains les percent. Ce qui est illégal. Simplement ne pas les choisir est votre levier en tant que consommateur. Et c'est un puissant levier !

COMMUNIQUE DE FOODWATCH

Alimentation : les arnaques « made in France »

13/07/2017
Dans les rayons des supermarchés, les étiquettes affichant le drapeau tricolore, la mention « France » en lettres capitales ou la carte de l’hexagone prolifèrent. Mais derrière cette abondance de bleu-blanc-rouge se cachent en réalité de véritables arnaques. A la veille de la fête nationale, foodwatch a mené l’enquête. Le verdict est sans appel : grandes marques, marques de distributeurs mais aussi bio mettent en avant le « made in France » pour des aliments qui ne contiennent parfois pas le moindre ingrédient français. Or neuf personnes sur dix n’hésitent pas à dépenser plus pour un produit fabriqué en France. Les industriels ont flairé la bonne affaire. Les étiquettes regorgent d’inventivité pour leurrer les consommateurs qui croient, à tort, soutenir les filières françaises.

La majorité des consommateurs se tourne vers des produits fabriqués en France au moment de faire ses courses. 91% sont même prêts à payer un peu plus pour consommer du « made in France », d’après un sondage Ifop. Les industriels agroalimentaires ont bien compris qu’ils avaient là une carte (de France) à jouer pour vendre toujours plus. foodwatch a mené l’enquête dans les rayons des supermarchés et son verdict est sans appel : de nombreux produits font croire qu’ils sont français à grands coups de drapeaux tricolores ou de logos fantaisistes alors que leurs ingrédients viennent de bien loin. Ils sont uniquement « fabriqués » c’est-à-dire assemblés dans l’hexagone. 

Des cornichons Charles Christ « Conditionnés dans le Loir-et-Cher et cueillis main » viennent en réalité d’Inde. [Mais cela vient de changer, comme quoi le combat paie, voir ci-dessous]

/////////////////31 JUILLET 2017////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Réponse de Reitzel à foodwatch : Les cornichons « Charles Christ » bleu-blanc-rouge provenant d’Inde, c’est fini.

Rebondissement après les révélations de foodwatch sur le scandale des aliments « made in France ». Dans un courrier adressé à l’ONG, le groupe Reitzel, qui commercialise le bocal de cornichons Charles Christ qui mettait en avant un bandeau tricolore « conditionné dans le Loir-et-Cher » pour des cornichons provenant d’Inde, reconnaît que les consommateurs ont pu se sentir induits en erreur par l’étiquetage. Le fabricant commercialise sous une autre marque un bocal bleu-blanc-rouge de cornichons cette fois bel et bien cultivés en France. 
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Des boudoirs Babybio affublés d’une carte de l’hexagone sont en fait composés d’ingrédients « issus de l’agriculture UE/non UE », donc pas forcément français. L’avant de l’étiquette des raviolis Panzani vante la filière bovine française mais ce produit renferme aussi du porc dont la marque tait l’origine…

Pour Karine Jacquemart, de foodwatch : « L’évocation de la France sur les emballages frôle la surenchère dans les rayons. L’ambiguïté profite clairement aux industriels qui désinforment les consommateurs en toute impunité ». Car rien ne contraint les fabricants à indiquer la vérité sur l’origine des ingrédients qui composent nos aliments (à l’exception de la viande et du lait). 

Or comme souvent sur les étiquettes, le diable se cache dans les détails. foodwatch a sélectionné une dizaine de cas flagrants, tous rayons confondus. Pour voir la liste complète, cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article