Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

La place de l'homme dans l'univers...

26 Juillet 2015 , Rédigé par Paul Keirn

Où voulez-vous que soient les origines de la vie ? Sinon dans l'espace et à l'interface sol-espace

Où voulez-vous que soient les origines de la vie ? Sinon dans l'espace et à l'interface sol-espace

Origines de la vie - origine du vivant

 

Que vous inspire ce film réalisé par le Planetarium Hayden (New York) ? Un voyage de six minutes qui permet de parcourir aller-retour les 14 milliards d'années-lumière de notre univers. Les données ayant permis ce voyage ont été collectées auprès de dizaines de sources scientifiques.

Comment pourrions-nous être les seuls êtres vivants intelligents à habiter un univers où 22% des étoiles (soleils) disposent de planètes, parmi lesquelles certaines sont à la "bonne" distance, celle où l'eau peut être solide, gazeuse ET liquide. Cette distance au soleil à la quelle la vie s'impose inéluctablement. Si la science exige la preuve et donc l'observation et l'expérimention, il est évident que la raison pressent la réponse.

Le scénario s'affine peu à peu : l'effondrement sur eux-mêmes des nuages d'hydrogène allument les étoiles, lieu de fusion nucléaire. Les premiers corps simples apparaissent jusqu'à la "barrière du fer". L'implosion-explosion des étoiles (supernovaes) génère le reste des corps simples du tableau de Mendéleev. Les corps simples intéragissent pour former des molécules, parmi lesquelles figurent les molécules organiques (C,H, O, N).

La complexification paraît être une des règles, sinon la règle fondamentale de l'univers. Une complexification universelle.

Les flux énergétiques de toutes les longueurs d'onde (massique ou non, y compris donc les photons) permettent des assemblages que l'on sait - retrospectivement - être les "briques du vivant" : acides aminées, polyphosphates, sucres.

Ici prend place la dernière "boîte noire" : celle où le chimique, le chimique organique, acquiert les capacités à s'autorépliquer, se reproduire, stocker des informations, s'enfermer dans une membrane, être en équilibre avec son environnement et se réparer (homéostasie). Le "vivant", forme spécifique, probabiliste et darwinienne du chimique.

Chacune de ses étapes a été observée et/ou reproduite, mais pas encore tout le déroulement du chimique au vivant. La compréhension totale de cet assemblage n'est plus très loin (celle de Shapiro est sans doute la plus fine, la plus structurée).

Cette inéluctable complexification a eu pour théâtre à la fois l'espace sur les poussières interstellaires (panspermie), les argiles des bords des mers et des lacs, les "fumeurs noirs" souffrés du fond des océans, les abords des volcans. Quelles furent les premières formes ? Sans doute les virus, alors non parasites, puis, déjà beaucoup plus complexes, les bactéries. Peut-être même des formes intermédiaires aujourd'hui disparues et non retrouvées.  

C'était il y a 4,3 milliards d'années sur notre Terre, très "rapidement" après le refroidissement nécessaire et la formation de ces "flaques d'eau" que sont les océans : 2,8 km de profondeur, en moyenne, sur les 12750 km du diamètre de la Terre !  2,8 Km sur 12750 Km...Flaques d'eau liquide ! 

Le reste, c'est-à-dire l'"évolution", où peut-être mieux, la complexification du vivant, n'est que la suite darwinienne (sélection naturelle, sexuelle, intellectuelle) à laquelle s'ajoute, véritable catalyseur, la transmission non génétique de caractères acquis (épigénétique).

Partout dans l'univers, le même processus s'est produit et le vivant est partout. Forcément partout. Seulement lié à la probabilité d'apparaître en fonction des conditions physiques du milieu.

Quant à la conscience d'être vivant, elle n'est que la plus récente expression du processus de complexification. Et donc pas la dernière.

Et vous ? Que vous a inspiré ce film ? Qu'en pensez-vous ?

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article