Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

17 Juin 2015 , Rédigé par Paul Keirn

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

Quand on a une idée, elle est en fait rarement originale : c'est simplement qu'elle est dans l'air du temps. A force de jardiner, de privilégier (autant que possible) les fruits et légumes bio, l'idée s'est imposée à moi de faire un jardin d'ornement...comestible.

Un jardin où toutes les plantes seraient ornementales, mais aussi condimentaires, médicinales et culinaires. Bonnes et bienfaisantes et pas seulement belles.
Si cette approche vous a séduite, faites le moi savoir, que nous partagions les bonnes listes de plantes.

Visite guidée
Commençons par la véranda, là où les semis peuvent se faire dès février-mars. Cette année, place aux condimentaires belles et bonnes et aux plantes peu communes. Tel le cyphomandra betacea ou « arbre à tomates », qui normalement devrait fleurir à l'automne et donner ses premiers fruits en suivant.

 

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

Côté table à semis, des réussites et des échecs : rien à faire pour faire pousser de l'estragon, pourtant si bon en salade ou avec le poulet. Idem pour l'amarante pourtant décrite « telle une mauvaise herbe elle envahit aujourd'hui nos jardins »...

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible
JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

J'allais ranger du côté des échecs Houttunya cordata, une plante comestible couvre-sol. Une plante qui supporte d'être recouverte d'eau huit mois par an. Idéale pour les zones humides. Sa variété panachée lui confère le nom de « plante caméléon » : elle vire du vert au rouge par exposition au soleil. En outre, feuilles et racines agrémentent la cuisine chinoise de la région de Guizou, juste au nord du Viet-Nam. Eh bien en prenant la photo j'ai découvert qu'elle présentait des stolons au bord du pot.
 

En revanche le shiso et le basilic thaï sont pleinement réussis. Le shiso, couramment utilisé au Japon, se déguste en salade ou avec les nems. Le Basilic thaï renouvelle lui aussi la gamme des saveurs nouvelles.
 

Shiso (à gauche) et Basilic Thaï (à droite)

Shiso (à gauche) et Basilic Thaï (à droite)

Côté serre, jamais de problème. Le seul peut-être est d'éviter que la chaleur ne dépasse pas les 40°, qui inhibe la pousse des tomates. Les insectes aiment la chaleur humide et pollinisent bien les courgettes, concombres, tomates et poivrons. Première cueillette dans une semaine.

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible
Très attendues...Les Cornues des Andes

Très attendues...Les Cornues des Andes

Cette année les fragiles plants de salades ont été protégés par un cadre de bois, enduit de colle à bois puis de verre pilé ! Autant dire que pas une limace s'y est aventuré. Elle sont parfaites. Pas le moindre trou.

Le répulsif naturel qu'est l'oeillet d'Inde a lui aussi joué son rôle, planté aux extrémités et au milieu de la serre. Six pieds.

 

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible
JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

Au dehors, un carré de pommes de terre non plantées, posées sur le sol à peine griffé, présente une bonne pousse. D'après quelques sites, les nouvelles pommes de terre pousseront entre la paille et le sol. Il suffira – théoriquement – de retirer la paille pour les récolter.
 

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

Les haricots, dûment plantés au pied d'un filet à ramer, lui même accroché à un ancien portique à balançoires, commencent à donner. Seuls les « haricots kilomètres », africains, ne poussent pas : pas assez de chaleur. Les nuits sont froides dans l'arrière pays varois ! (400 mètres – semi-montagnard – zone de rusticité USDA 9a, soit -7° au pire). On est loin de la zone subtropicale (USDA 10!) de Hyères et Porquerolles, pourtant distante de seulement 30 Km vers le sud. L'USDA (signifie Département de l'Agriculture des Etats-Unis) a défini 13 zones de rusticité. Voir ci dessous. Une zone de rusticité correspond à une zone géographique accueillant les plantes susceptibles de supporter les températures minimales hivernales. C'est la température minimale qui est déterminante, évidemment.
 

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible
JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

Sur le grillage, les pois mangetout « Carouby de Maussane » (ça fait chic pour des haricots!) poussent bien mais attendent la fin des pluies pour fleurir.

La lasagne de mes adorables voisins, en bonne et due forme, avec son alternance de couches « vertes » et « brunes », plantées de tomates (plants bio) et de « gourmands » est prometteuse. Un grand tournesol, rescapé des semis atteint déjà 1,80m.

JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible
JARDINS & POTAGERS - Tendance 2015, le jardin d'ornement comestible

Enfin, les « patates en sac », que l'on peut faire sur un balcon urbain, poussent on ne peut mieux. Le principe est simple : dès qu'elles dépassent la terre de 15 cm, rajouter 10 cm de terre (il faudra que je le fasse!). Ainsi les plants donnent à tous les niveaux et multiplient les récoltes par 4 ou 5. On en reparle lors de la récolte, quand la terre arrive en haut du sac et que les plantes jaunissent.

La visite est terminée ! N'oubliez pas le guide, en lui laissant un message.

Une production de NATURES

à découvrir :

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bodin 20/12/2015 15:20

Bonjour, en 2014 j'ai fait un essai de culture sur bottes de paille, avec trois essais de produits différents pour faire composter mes bottes, engrais organique bio, engrais gazon bio, jus de lombricompostage.
J'avais utilisé une méthode plus complexe que la votre pour composter les bottes trouvée dans un bouquin de Joel Karsten.
Globalement cela a très bien marche, tomates, courges, aubergines, pommes de terre ( à part une géante attaque de mildiou qui m'a privé de tomates...)mais ma paille n'étaient pas bio, c'est dur à trouver et le cout des engrais élevés, du coup en 2015 je n'ai pas renouvelé l'expérience.
Peut-être vais-je réessayer en 2016

Je transforme moi aussi petit à petit mon jardin en potager comestible et esthétique et vais continue au printemps prochain mais pour l'hiver ce n'est pas évident de garder quelque chose de beau

Paul Keirn 21/12/2015 00:36

Bonjour et merci pour votre message. Oui, je crois qu'il faut réessayer toujours et encore. Je n'ai pas non plus que des succès, mais je modifie ceci ou cela. La lecture permet aussi de gagner beaucoup de temps en profitant de l'expérience de tous ceux qui nous ont précédé !

Les petits lutins 07/07/2015 16:41

Bonjour,
Je m'intéresse aussi au jardin comestible, mais sous forme de forêt comestible multi-usage. J'ai piur cela acheter le livre de Patrick Whitefield traduit par les éditions imagine un colibri: créer un jardin forêt
http://aupetitcolibri.free.fr/Permaculture/Permaculture.html#Jardin_foret
Je pense le faire sur 1000m2 doncje m'intéresse aussi à toutes ces plantes vivaces comestibles...

Paul Keirn 08/07/2015 09:03

Avez-vous un site ?

Paul Keirn 08/07/2015 08:46

Je viens d'aller voir le site en référence. C'est en effet tout à fait original. Je vais me le procurer