Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Natures Paul Keirn

TOUS AU POTAGER : vertical, sur botte de paille, semis d'épluchures, mulch, serre, graines exotiques, permaculture...

29 Mars 2015 , Rédigé par Paul Keirn

TOUS AU POTAGER : vertical, sur botte de paille, semis d'épluchures, mulch, serre, graines exotiques, permaculture...


Ça y est ! Le moment est venu de s'ébrouer, de reprendre notre sport préféré : le potager ! (si, si c'est un sport). Qu'il soit urbain, sur les toits et balcons, vertical ou horizontal, avec des semis en bouteille, sur botte de paille, sous la paille, avec seulement des herbes aromatiques ou des potirons géants, le jardin c'est parti !

MOSANTO, TON ROUND UP, C'EST FINI !

Bio évidemment et chez soi on ne peut pas plus local ! D'autant plus bio que l'on vient d'apprendre que le ROUND UP de chez Monsanto vient d 'être classé comme « cancérogène possible », ce qui veut tout dire quand on connaît la prudence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En langage clair « cancérogène très probable ». C'était avant hier. Hier, c'est un organisme danois annonçait que le cocktail des additifs alimentaires était bien plus nocif pour le corps que chacun d'entre eux. Charmant !

HALTE AUX PESTICIDES : QUAND ALLEZ-VOUS LES BANNIR DE VOTRE JARDIN ?

Du pesticide dans les cheveux de femmes
Le Point - Publié le 12/03/2015 à 09:09
http://www.lepoint.fr/sante/du-pesticide-dans-les-cheveux-de-femmes-12-03-2015-1912172_40.php
Une vingtaine de résidus de perturbateurs endocriniens, en moyenne, essentiellement des pesticides, ont été trouvés dans les cheveux de 28 femmes d'Ile-de-France en âge de procréer, indique une enquête rendue publique jeudi par l'association Générations futures. 21,35 perturbateurs ont été retrouvés en moyenne par femme, dont une moyenne de 19,42 pesticides, précise-t-elle. Le nombre de résidus par échantillon de cheveux va de 12 au minimum à 32, au maximum. La quantité moyenne de résidus de perturbateurs endocriniens par échantillon est de 109,39 picogrammes par milligramme de cheveux, selon l'enquête.

DEFENDONS LA BIODIVERSITE DES GRAINES CONTRE LES SEMENCIERS

C'est dire que tout ce que nous achetons bio, tout ce que nous produisons nous même, si peu que ce soit, est une forme de résistance pour une meilleure santé face à l'industrie alimentaire, plus soucieuse de dévaliser notre porte-monnaie que de notre santé et celle de nos enfants. Sans oublier qu'il faut aussi résister au catalogue des semenciers qui tend à réduire la biodiversité à...ce qu'ils vendent !

ALORS, ON FAIT QUOI ?

Si c'est pour la culture classique, des milliers de sites proposent tout ce qu'il faut savoir. Intéressons nous aux tendances originales, au plus fun

A / C'est le plein moment des semis en bouteille, comme le montre la vidéo de Rustica ci-dessous. C'est la technique que j'utilise pour ne pas avoir à me préoccuper de l'arrosage. Il est toujours parfait et la levée rapide.


Des graviers au fond, une tasse d'eau, une poignée de terre. On plante les graines

Des graviers au fond, une tasse d'eau, une poignée de terre. On plante les graines

On scotche la bouteille. Quand la pousse est faite, on coupe le fond de la bouteille et on repique.

On scotche la bouteille. Quand la pousse est faite, on coupe le fond de la bouteille et on repique.

B / Choisissez des plants et graines originales.
Cette année j'ai choisi le Schiso (Perilla frutescens), une plante de la cuisine japonaise, à la fois condimentaire, médicinale, décorative. 
Le Basilic thaï, avec un goût plus prononcé que le « grandes feuilles » italien, que je conserve néanmoins.
Deux pieds de tamarillo, les arbres à tomates, produisant des fruits au goût à mi chemin entre la tomate et la mangue. De bons sorbets en perspective.
Sans oublier les « haricots-kilomètres » qui produisent des gousses type haricots verts mais de 40 à 80 cm. On va s'amuser !

TOUS AU POTAGER : vertical, sur botte de paille, semis d'épluchures, mulch, serre, graines exotiques, permaculture...
TOUS AU POTAGER : vertical, sur botte de paille, semis d'épluchures, mulch, serre, graines exotiques, permaculture...
TOUS AU POTAGER : vertical, sur botte de paille, semis d'épluchures, mulch, serre, graines exotiques, permaculture...
TOUS AU POTAGER : vertical, sur botte de paille, semis d'épluchures, mulch, serre, graines exotiques, permaculture...

C / On cultive les épluchures !
Le céleri, le chou (et le choux chinois) ainsi que la salade "romaine", le gingembre, la pomme de terre, l’ail, les oignons, le topinambour, repartent tout seul. Essayez donc de planter vos épluchures de pommes de terre ou de gingembre (moins facile à faire repousser). Concernant les salades du potager, vous ne les couperez plus au ras de la terre, mais à cinq centimètres au-dessus du trognon, en abandonnant la base des premières feuilles. La salade se reconstituera pour être à nouveau consommée, feuille à feuille, puis vous la laisserez monter en graines. Des graines gratuites pour vos semis...
Quant aux pommes de terre, regardez la vidéo ci-dessous. La regarder, c'est l'adopter.

Un autre article sera consacré à la pratique de la culture des épluchures, plante par plante.

Aux Etats-Unis et au Canada c'est la folie des chips d'épluchures (carottes, pomme de terre, notamment) servies avec du fromage fondu. BIO évidemment, sinon c'est accroître l'empoisonnement dû aux pesticides, fongicides et autres poisons. 

D / On cultive « en tour » ou «sous la paille »

Sous la paille, l'expérimentation commence cette semaine, c'est dire qu'on en reparlera. Principe : on griffe la terre. On pose les pommes de terre à même le sol. On les recouvre de 20 cm de paille. Et...C'est tout. Il n'y a plus qu'à attendre. Les racines des tubercules posés s'enfoncent dans la terre, mais les nouveaux tubercules restent au niveau du sol, entre paille et sol. Au terme de la culture, on retire la paille et on ramasse les pommes de terre...propres. Pas mal, non ?

« En tour », la culture des pommes de terre offre un rendement correct, surtout avec des « tardives », qui ont tendance plus facilement que les autres à faire et refaire des tubercules. C'est aussi pour celles et ceux dont le jardin a la taille d'un balcon la possibilité de produire des pommes de terre.

E / Sous serre pour des rendements exceptionnels

J'en avais assez de ramasser 3 à 4 k de tomates maltraitées par les vents bien que leur apportant toute mon attention. Alors j'ai acquis une petit serre de 18 m² (6 de long, 3 de large).
Deux images résument à elles seules ce qu'est vraiment une serre. Là où le seul problème est de ne pas dépasser 40° quand il fait 27° dehors. Et pourtant grande ouverte des deux côtés.
La première photo montre la serre installée, boutures plantées, canalisation à buses sous plastique noir, en date – très tardive - du 6 juin 2014. La seconde montre l'état de la serre le 10 août, deux  mois après, avec des tomates de 2,30 m sans jamais avoir été pincées. Une production jusqu'au 4 décembre et 220 k de tomates pour 23 pieds. Un bonheur ! Il faudrait y consacrer un article entier.

Et puis s'il y en a de trop : donnez-le à ceux qui manquent, postez les graines là où la faim ou la malnutrition sévissent. Vivez le plaisir du partage. C'est aussi cela le potager !

L'état de la serre le 4 juin 2014 après la plantation très tardive de boutures

L'état de la serre le 4 juin 2014 après la plantation très tardive de boutures

Etat de la serre le 10 août. La forêt tropicale !

Etat de la serre le 10 août. La forêt tropicale !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article